Réseau de chaleur urbain - GDF SUEZ devient ENGIECette opération de haute technicité, parfaitement sécurisée, s’étendra jusqu’en février 2014. Deux forages successifs à 1 600 mètres de profondeur permettront de recueillir l’eau naturellement chauffée du Dogger. Cette couche géologique ou aquifère est située dans le sous-sol de l’Ile-de-France, entre 1500 et 2000 mètres de profondeur, et renferme une eau d’une température comprise entre 55 et 85°C.

60% des besoins en énergie du réseau couverts

Dès 2015, la centrale géothermique, fournira 60% des besoins en énergie du réseau, évitant ainsi le rejet dans l’atmosphère de 14 600 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent des émissions annuelles de 8 000 véhicules. D’une puissance totale de 48 MW, le réseau ARGÉO alimentera en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 10 000 logements (équipements publics, immeubles collectifs et entreprises) sur un réseau de 13 km.

Ce projet représente un investissement total de 32,2 millions d’euros, subventionnés à hauteur de 23% par l’ADEME et la région Ile-de-France.

Réseau de chaleur urbain - GDF SUEZ devient ENGIEMaîtriser le prix de l’énergie

À l’heure où le chauffage représente aujourd’hui le plus gros poste de la consommation énergétique des ménages (74%) selon l’ADEME, le réseau de chaleur ARGÉO offrira une solution concrète et efficace à la problématique de la précarité énergétique. La part des énergies renouvelables dans le réseau de chaleur étant supérieure à 50%, les usagers bénéficieront du taux réduit de la TVA à 5,5%.

Première création ex nihilo d’une centrale géothermique et d’un réseau associé depuis plus de 30 ans en Ile-de-France, ce projet s’inscrit dans le programme de transition énergétique amorcé par les deux villes en répondant à un triple objectif environnemental, économique et social.

Un projet de géothermie innovant dans le 19e arrondissement de Paris

Le Prix de l’Innovation a été attribué à Cofely Réseaux en novembre 2012 lors des Journées de la Géothermie pour “Paris Nord-Est”, le premier projet de centrale géothermique capable de produire du chaud et du froid pour une zone urbaine très dense et de grande diversité locative. Située dans le nouvel éco-quartier du 19e arrondissement de Paris, la centrale se distingue par ses performances et sa complexité. Le site comprend des logements, des bureaux, des locaux d’activités et des équipements et espaces ouverts au public dont la Philharmonie, salle de concert de 2.400 places. La centrale géothermique de «Paris Nord Est» est enterrée sur trois niveaux et d’une surface totale de 1 200 m².

 

La géothermie en Île-de-France

  • La géothermie en Ile-de-France - GDF SUEZ devient ENGIELe bassin sédimentaire du bassin parisien bénéficie de conditions géologiques favorables à l’exploitation de la géothermie. Il forme d’ailleurs l’un des deux réservoirs les plus importants de France. Il concentre ainsi 80% de l’énergie géothermique française produite.

  • En Île-de-France, on recense 33 installations de géothermie actuellement en fonctionnement. Celles-ci alimentent 170 000 équivalents logements, soit une économie de plus de 130 000 tonnes d’équivalent-pétrole (Tep) par an.

  • La géothermie représente 10% de l’énergie distribuée par les réseaux de chaleur en Île-de-France.

  • En 2005, la direction régionale de l’ADEME, le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières) et le Conseil régional ont lancé un plan de relance de la géothermie en Ile-de-France visant à accompagner la réhabilitation d’opérations existantes et à favoriser la création de nouvelles installations pour doubler, à terme, le nombre d’équivalents logements chauffés par cette énergie.

«Dans les cinq ans à venir, nous envisageons de développer un à deux projets de géothermie par an en Ile-de-France. Nous nous intéressons par ailleurs au potentiel de développement en Gironde, en Alsace et dans la Vallée du Rhône.»

Damien Térouanne, Directeur Général de Cofely Réseaux.