ENGIE développe un parc de production diversifié pour assurer un approvisionnement en électricité fiable et sécurisé ainsi que des sources d’énergie de moins en moins carbonées, à l’image du gaz naturel et des énergies renouvelables. Pour ENGIE, il s’agit d’une révolution énergétique plus que d’une simple transition.

L’électricité thermique fournit par ENGIE à l’échelle internationale repose sur différentes technologies :

  • Des centrales thermiques classiques : appelées également centrales thermiques à flamme, elles fonctionnent avec l’énergie produite par une chaudière à vapeur alimentée par du charbon, du gaz naturel, du fuel mais aussi de la biomasse. Cette vapeur actionne une turbine qui, à son tour, entraîne un alternateur pour produire de l’électricité.

 Centrale thermique classique

  • Des centrales à gaz à cycle combiné ou TGV (centrale Turbine Gaz Vapeur) : elles combinent une turbine à gaz et une centrale thermique classique pour produire de l’électricité. À la différence des centrales thermiques classiques, l’énergie résiduelle des gaz est utilisée pour un autre cycle. C’est une des raisons pour lesquelles le rendement de ces centrales est plus important (plus de 56 %), limitant ainsi les émissions de CO2 par rapport aux centrales classiques.

Centrale TGV

Le gaz entre d’abord en action dans la turbine à combustion. Il génère ensuite de la vapeur qui alimente une autre turbine. Turbine à combustion et turbine à vapeur fonctionnent alors en duo pour faire tourner un ou plusieurs alternateurs. C’est eux qui produiront de l’électricité.

  • Valorisation des gaz sidérurgiques : la production d’électricité peut aussi être obtenue par la récupération et la valorisation de gaz sidérurgiques (gaz de haut-fourneau, gaz de cockerie ou gaz d’aciérie), dans une chaudière classique (technologie comparable aux centrales thermiques classiques) ou dans une chaudière de récupération d’une centrale à gaz à cycle combiné.
  • Des turbines à gaz et turbojets : utilisées majoritairement comme soutien à la production d’électricité des autres centrales thermiques, les unités de type turbines à gaz et turbojets peuvent prendre très vite le relais en cas de dysfonctionnements d’autres unités de production ou de pics de consommation inattendus.

Turbine à gaz

Turbine gaz et turbojets : Le compresseur aspire l’air, le comprime et l’injecte dans la chambre de combustion. Le gaz naturel (turbine à gaz) ou le kérosène (turbojet) y est injecté pour être brûlé. Les gaz de combustion chauds font tourner la turbine, qui entraîne un alternateur pour produire de l’électricité.

  • Des unités de cogénération : elles produisent simultanément de la chaleur (à titre principal) et de l’électricité (à titre secondaire), dans une même installation et avec un seul combustible. Il s’agit d’un dispositif très économe en énergie. En récupérant l’énergie thermique perdue d’ordinaire lors de la production électrique, ces unités permettent de produire de l’électricité et de la chaleur avec un rendement proche de 90%, ce qui présente un grand intérêt pour les sites industriels.

Centrale à cogénération

Cogénération : Le moteur à gaz entraîne un alternateur qui produit de l’électricité. La chaleur des circuits de refroidissement du moteur et des gaz de combustion réchauffe un circuit d’eau par l’intermédiaire d’échangeurs de chaleur.

Vers un mix de production électrique de plus en plus décarboné

ENGIE vise à être un leader de la transition énergétique. La stratégie du Groupe repose sur le développement d’activités à faibles émissions de carbone, d’infrastructures de gaz et de solutions intégrées proposées à ses clients.

ENGIE remodèle ainsi son portefeuille d'activités et cède progressivement ses actifs de production au charbon. Le Groupe repositionne ses outils de production thermiques vers le gaz et la cogénération, en complément du développement des énergies renouvelables. En effet, les centrales gaz à cycle combiné participent à garantir la stabilité du réseau électrique en période de pics de consommation électrique (grands froids…) ou de baisse de la production des énergies renouvelables (hydroélectricité, solaire, éolien, biomasse ou géothermie) du fait de leur intermittence.

Combustible souple, efficace, facile à stocker et à transporter, le gaz naturel est ainsi amené à jouer un rôle important dans la fourniture d’électricité en période de forte demande. Il est par ailleurs connu en tant que ressource fossile la plus propre : ses émissions de CO2 sont deux fois moindres que celles du charbon. ENGIE intervient à toutes les étapes de la chaîne gazière et sa maîtrise du cycle et son expertise permettent de travailler à l’amélioration de l’efficacité énergétique du gaz et de ses performances environnementales.