GNVERT, opérateur de mobilité durable

Le GNV, un marché mondial en développement

Dans le monde, 14 millions de véhicules roulent au Gaz Naturel Véhicule (GNV). Ils sont ravitaillés par environ 21 000 stations-service GNV. C’est en Asie et en Amérique du Sud que ce carburant a le plus de succès : le Pakistan, la Chine, l’Argentine, l’Iran et le Brésil sont les 5 pays qui comptent plus de 1 000 stations de GNV sur leur territoire. En comparaison, la France n’en compte que 177.

Le marché français et, plus globalement, européen représente donc des perspectives de développement importantes pour GNVERT. Travaillant main dans la main avec les collectivités locales et les entreprises, GNVERT vise à promouvoir l’utilisation du GNV dans 4 secteurs principaux : le transport de personne, la propreté urbaine, le transport de marchandises et la flotte légère de véhicules utilitaires.

GNVERT, fournisseur de carburants propres

Dans un contexte de crise économique et environnementale, le GNV, carburant écologique, s’impose comme une solution évidente aux collectivités territoriales et entreprises qui souhaitent renouveler leur parc automobile dans le respect de l’environnement et de leur budget.

Le premier argument en faveur de ce type de carburant est financier : le coût du GNV est d’environ 30% moins élevé que le diesel. Par ailleurs, les véhicules fonctionnant au gaz naturel, comparativement aux véhicules électriques, ont une bien meilleure autonomie, ce qui en fait un carburant idéal pour le transport de marchandises : un plein de GNV permet d’effectuer 400 kilomètres (km) de trajet. Une distance qui monte à 1 200 km avec du gaz naturel liquéfié.

A l’avantage économique s’ajoute un argument écologique. Peu polluant, le GNV permet de réduire de 20% les émissions de CO2 par rapport à l’essence. Il permet également de réduire de 80% les émissions de particules fines d’oxydes d’azote pour les véhicules diesel légers.

Actuellement, GNVERT compte 143 stations d’approvisionnement GNV en service en France. Elle vise dès l’an prochain un rythme de développement de 10 nouvelles stations-service de gaz naturel par an. Ces 143 stations servent à l’approvisionnement d’environ 13 500 véhicules GNV (dont 10 000 utilitaires, 2 600 bus et près de 1 000 poids lourds).

GNVERT, acteur de la transition énergétique

Parce que les transports sont le deuxième secteur le plus consommateur d’énergie en France, mais aussi le principal émetteur de CO2 avec un tiers des émissions totales, le gouvernement français a fixé des objectifs ambitieux en termes de qualité de l’air lors du Grenelle de l’environnement : il prévoit par exemple de réduire de 20% les émissions du secteur des transport d’ici à 2020. Cela pousse les grandes villes françaises à réfléchir à des moyens de limiter la circulation des véhicules polluants : c’est le cas de Paris qui, via son Plan Climat, impose que la moitié des livraisons soient effectuées par des véhicules non diesel d’ici 2017. Dans ce cadre, GNVERT propose des solutions innovantes et peu polluantes, répondant à ces différents objectifs. 

GNVERT, partenaire des entreprises vertes

Economie et écologie : deux atouts de poids pour les entreprises, conscients de leur «éco-responsabilité» en matière de développement durable. La société Point.P, filiale de la Compagnie de Saint-Gobain, l’a bien compris : le groupe s’est associé au constructeur de poids lourd Iveco et à GNVERT pour développer une flotte de six camions GNV. A long terme, l’objectif est de disposer d’une flotte de 70 véhicules GNV 100% propre dans Paris intra-muros à échéance 2014. C’est le début d’une longue collaboration puisque Point.P envisage de développer des solutions propres de ce type dans d’autres agglomérations françaises comme Bordeaux, Marseille ou Nantes.

Les atouts du Biométhane comme carburant

Camion GNV du groupe CarrefourEncore plus écologique, le biométhane offre de nouvelles perspectives de développement pour la filière GNV et Biogaz. Produit à partir de déchets (ordures ménagères, déchets agricoles, etc.), le biométhane est une énergie renouvelable inépuisable qui permet à la fois de valoriser énergétiquement les biodéchets mais aussi de réduire les émissions de CO2 : mélangé au GNV, il affiche une réduction de 97% des émissions de CO2.

Par ailleurs, la nouvelle réglementation autour du biométhane offre un nouvel axe de croissance pour GNVERT : la loi dite Grenelle 2 oblige le secteur de la grande distribution à trier ses déchets et valoriser ses biodéchets. Dans ce contexte, le groupe Carrefour a lancé un projet pilote, avec la mise en circulation de trois camions GNV, alimentés par du biométhane issus des déchets organiques du groupe. Associée à GNVERT, l’entreprise réfléchit au déploiement de cette expérience sur la région Ile-de-France.

NEWS

La filière du biométhane