Notre périmètre d’action

Comme toute activité humaine, les métiers du groupe ENGIE sont en constante interaction avec la biodiversité.

Cette interaction est à double sens : les activités du Groupe sont en partie dépendantes des services rendus par les écosystèmes (ressources en biomasse, régulation des eaux et du climat), et nos activités ont aussi un impact sur la biodiversité. La fragmentation et les perturbations des habitats générés par l’emprise territoriale des sites constituent le principal impact des activités du Groupe (imperméabilisation des sols, rupture de continuités écologiques, etc.).

La plus grande emprise territoriale est celle des canalisations de transports de gaz et des installations de stockage gaz qui, enterrées ne participent pas à la fragmentation du territoire, et celles des réservoirs pour la production d’électricité d’origine hydraulique.

Les centrales thermiques impactent la biodiversité par les rejets atmosphériques de CO2, NOx, SO2 et particules, qui sont chaque année mesurés et présentés dans le reporting environnemental ainsi que par ses prises et rejets d’eau pour le refroidissement.

Les parcs éoliens perturbent plus particulièrement l’avifaune et les chiroptères. L’activité de transport par GNL peut contribuer via les eaux de ballast à la propagation d’espèces exotiques envahissantes. Par ailleurs, des milieux favorables au développement des espèces exotiques envahissantes peuvent aussi être créés sur les sites et notamment lors des chantiers.

Les principaux impacts indirects sont liés aux approvisionnements du Groupe, notamment charbon et biomasse.

La protection de la biodiversité s’inscrit dans les métiers du Groupe par les risques et opportunités en terme réglementaire et de réputation. Une mauvaise prise en compte ou anticipation des évolutions réglementaires toujours plus fortes ou des attentes des parties prenantes peut notamment entraîner des délais ou des arrêts dans nos activités, et par conséquent des coûts financiers importants. La protection de la biodiversité participe pleinement à la responsabilité environnementale et sociétale du Groupe et constitue un enjeu fort de l’ancrage territorial de son activité.

Nos engagements

Afin de contribuer à la lutte contre l’érosion mondiale de la biodiversité, de remédier à ses impacts dans le cadre du triptyque «Éviter, réduire et compenser» et de continuer à bénéficier des services éco systémiques, le Groupe s’est engagé dès 2010 à intégrer la biodiversité dans sa stratégie ainsi que dans ses différents métiers et dans le développement de nouveaux projets.

En 2010, le Groupe s’est fixé comme objectif de mettre en place un plan d’action ciblé sur tous ses sites prioritaires en Europe à l’horizon 2015.

Cet objectif, partie intégrante de la politique biodiversité (lien), a été reconnu, en tant qu’engagement volontaire, au titre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) par le Ministère français chargé de l’écologie. La politique biodiversité et le projet d’engagement volontaire d’ENGIE ont été formalisés avec l’appui du Comité français de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN).

Notre reporting «Biodiversité»

Les indicateurs biodiversité qui permettent de suivre l’engagement d’ENGIE en faveur de la biodiversité s’appuient sur la notion de site prioritaire et sur le recensement des sites qui sont couverts par un plan d’action.

Un site prioritaire est un site qui présente un risque potentiel pour la biodiversité en raison de son activité, qui est situé dans ou à proximité d’une aire protégée et qui ne rencontre pas d’interruption (naturelle ou artificielle) entre son emplacement et l’aire protégée. L’évolution du nombre de sites prioritaires ayant mis un plan d’action est présentée dans le tableau suivant.

 

 Année20112012201320142015
Pourcentage de sites prioritaires, en Europe, ayant mis en place un plan d’action28%14%36%72%99%

 

Les nouvelles exigences définies en 2012 pour les indicateurs biodiversité conformément à l’engagement présenté dans la SNB se sont donc traduites temporairement par une régression apparente des résultats, mais elle ne signifie pas une diminution du nombre d’opérations menées par le Groupe, qui a poursuivi depuis 2012 ses actions en faveur de la biodiversité. Fin 2015, 99% des sites jugés prioritaires en Europe étaient munis d’un plan d’action.

Les indicateurs biodiversité ont été audités en 2015 par les commissaires aux comptes dans le cadre de la campagne annuelle de reporting environnemental du Groupe.

Nos actions pour la biodiversité

L’application du triptyque Eviter, réduire Compenser dans le développement de nouveaux projets.

Parmi les critères extra-financiers des projets présentés au comité des investissements figure un critère relatif à l’application de la séquence éviter, réduire compenser s’appuyant sur les réglementations nationales et les recommandations de l’IFC (International Finance Corporation).

À titre d’exemple, plusieurs études environnementales ont été menées en amont de la construction du parc éolien d’Hangest-sur-Somme pour définir un projet de moindre impact sur la faune, la flore, l’acoustique et le paysage. Par ailleurs, des mesures d’accompagnement spécifiques sont programmées en faveur de la biodiversité parmi lesquelles le suivi avifaunistique sur trois ans dès la mise en service du parc, le développement de la population de chiroptères en facilitant leur accès à des cavités favorables ou encore la mise en place de trois parcelles de 5000 m2 de jachère à végétation rase à 1 km du parc.

La mise en œuvre de plans d’action sur les sites en exploitation

Les actions menées illustrent toute la richesse et la diversité des initiatives que le Groupe peut mettre en place pour préserver voire améliorer localement la biodiversité : fauches tardives et gestion différenciée des espaces verts, pose de nichoirs et création de zones de refuge pour la faune, entretien des zones d’herbage par des moutons pour limiter l’usage des herbicides, réhabilitation d’anciennes friches, méthodes de forage sans ancrage pour protéger les coraux, mise en place de techniques à ultrasons pour éviter la capture de poissons dans les grilles de pompage d’eau de centrale thermique, passe à poissons pour leur permettre de franchir les barrages, arrêt ou réduction de la production éolienne durant les périodes migratoires, etc.

Des plans d’action biodiversité sont aussi déployés en dehors d’Europe comme les programmes de restauration de la flore et de protection de la faune et ichtyofaune le long des berges des barrages au Brésil ou les actions mises en place sur les centrales thermiques en Thaïlande pour limiter l’impact des prises ou rejets d’eau en mer.

Le Groupe a aussi renouvelé son partenariat avec Souffleurs d’écume en octobre 2015 et a équipé deux de ses méthaniers d’un système pour lutter contre les collisions entre navires et cétacés. Les méthaniers du Groupe seront progressivement équipés de traitement des eaux de ballast à partir de 2016.

La prise en compte et la protection de l’environnement sont aussi sources de performance accrue pour le Groupe (réputation, mobilisation interne, réduction des procédures d’autorisation, valorisation de son patrimoine, etc.). Le retour d’expérience des plans d’action dans le Groupe montre que certains sites vont au-delà de l’objectif de plan d’action ciblé. Ils adoptent des approches proactives qui visent à impliquer et engager les différentes parties prenantes, comme le projet biodiversité de gestion différenciée sur le site Céré-La ronde que Storengy a pour objectif de démultiplier sur ses différents sites et qui a lui aussi été reconnu au titre de la SNB. GRTgaz et GRDF ont également reçu la labelisation SNB pour leur projet. Celui de GRTgaz vise principalement à ce que les bandes de servitude du réseau gaz contribuent au maillage des continuités écologiques, essentielles pour permettre aux espèces animales et végétales de se déplacer entre deux espaces naturels. Celui de GRDF vise à cerner et réduire l’impact de ses chantiers sur la biodiversité.

La prise en compte des impacts indirects

Les engagements biodiversité du Groupe portent sur le périmètre opérationnel du Groupe. Cependant le Groupe s’implique pour développer les bonnes pratiques internes ou externes au regard de la biodiversité dans ses approvisionnements énergie, notamment en biomasse et charbon. Le Groupe est partenaire de l’initiative Sustainable Biomass partnership et de l’initiative Bettercoal qui définissent des grilles d’évaluation et de réduction des risques environnementaux, incluant la biodiversité.

Solutions basées sur la nature

Les solutions basées sur la nature sont des solutions qui s’appuient sur la biodiversité et les écosystèmes et qui limitent les impacts globaux de catastrophes naturelles ou du changement climatique (lien UICN). FirstLight’s Hydro aux Etats-Unis s’est impliquée dans un projet pour mieux stabiliser les rivages des réservoirs par la création de zones tampons végétalisées.

C’est une solution basée sur des plantes indigènes qu’a adopté ENGIE en 2013 sur le site de Monterrey au Mexique pour renforcer ses installations face aux épisodes de tempêtes, de vents violents, d’inondations ou de sécheresses.

Nos partenaires

Pour faire vivre son projet et atteindre son objectif, ENGIE s’appuie sur deux partenaires principaux : le Comité français de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), et la Fédération France Nature Environnement (FNE).

Le partenariat avec le Comité français de l’UICN France permet :

  • au Comité français d’apporter au Groupe son expertise pour intégrer davantage la biodiversité dans sa stratégie et ses activités;
  • la conduite de réflexions communes avec les membres, experts et partenaires entreprises du Comité français;
  • le soutien et la participation de ENGIE à des initiatives et projets menés par l’UICN France.

Le partenariat France Nature Environnement est centré sur un niveau plus opérationnel via un appui à des réalisations concrètes et la mise en relation avec les associations locales.

  • L’élaboration d’outils permettant d’adapter nos stratégies ou indicateurs au niveau local et au niveau métier
  • Le dialogue sur des sujets d’opportunités et la mise en contact avec des experts locaux
  • La conduite d’actions de communication et de sensibilisation