Les engagements du Groupe

Le Groupe s’est engagé sur 7 actions, an accord avec les axes d’engagement du CEO Water Mandate (Global Compact) :

  • Identifier les sites soumis à un risque hydrique, et élaborer des plans d’action locaux pour les plus exposés ;
  • S’assurer de la conformité avec les législations locales ;
  • Elaborer un plan d’action pour l’ensemble des sites situés en zone de stress hydrique élevé et très élevé ;
  • Réaliser la mesure de l’empreinte eau pour l’ensemble des activités ;
  • Améliorer la communication et la transparence sur le sujet ;
  • Contribuer à l’amélioration de la gestion de l’eau et de la gouvernance ;
  • Encourager les fournisseurs à le prise en compte des enjeux liés à l’eau dans leurs activités.

 

Agir à la source

ENGIE multiplie les actions visant une meilleure gestion de la ressource en eau en réduisant les prélèvements, en privilégiant les solutions de recyclage des effluents traités et en maîtrisant l’impact des rejets dans les milieux naturels. Il s’agit d’un ensemble de mesures destinées non seulement à réduire les volumes d’eau utilisés mais également à maintenir la qualité de l’eau dans les processus industriels et par la suite de celle rendue à son milieu naturel.

Lutter contre le stress hydrique

Cet engagement se traduit, entre autres, par la mise en place de programmes destinés à mieux connaître l’empreinte «Eau» d’ENGIE, à localiser les sites en zone de stress hydrique et à mettre en œuvre des plans d’action pour réduire l’impact des activités d’ENGIE sur la ressource en eau locale.

 

INNOVATION

Amélioration de la technologie de dessalement par osmose inverse 

Utilisation d’un nouvel outil statistique permettant d’évaluer la qualité de l’eau prétraitée et la détermination des doses optimales de produits chimiques : la Recherche & Innovation d’ENGIE a développé un nouvel outil statistique permettant d’évaluer la qualité de l’eau prétraitée et la détermination des doses optimales de produits chimiques . Ces nouvelles méthodes statistiques, développées par Laborelec et Degrémont, ont permis d’identifier 6 compositions d’eau de mer différentes. Pour chacun des profils définis, ces méthodes ont permis d’optimiser les quantités de produits chimiques nécessaires et d’ identifier la meilleure ligne de prétraitement à utiliser. Elles ont également permis de définir des recommandations sur la maintenance et la conception de l’usine de dessalement.

L’empreinte «Eau» est le point de départ fondamental pour comprendre l’impact des activités sur les ressources en eau. Plusieurs méthodes existent aujourd’hui. Avec l’appui des centres d’expertise CRIGEN (centre de recherche et d’expertise opérationnelle du Groupe ENGIE dédié aux métiers du gaz, aux énergies nouvelles et aux technologies émergentes) et Laborelec (centre de recherche d’Electrabel), la Direction du Développement Durable poursuit les travaux de sélection de méthode la plus adaptée aux métiers de l’énergie. En 2012, la première étape a consisté à prendre en compte l’empreinte eau dans l’Analyse du Cycle de Vie du kWh électrique. Les premiers résultats seront analysés et exploités dès 2013.

 

Le Groupe est depuis 2007 membre du CEO Water Mandate, initiative lancée dans le cadre du Pacte Mondial des Nations Unies qui regroupe des entreprises engagées dans une démarche d’amélioration de la qualité de l’eau. A ce titre, ENGIE s’est engagé à rendre ses exploitations plus efficaces dans la gestion de la ressource, et vise à travailler avec ses fournisseurs pour améliorer leurs performances dans ce domaine et optimiser la qualité des eaux résiduelles traitées. Cet engagement a également pour objectif de développer des partenariats avec les parties prenantes pour aborder les questions liées à la gestion durable de l’eau et à rendre compte de manière régulière et transparente des progrès accomplis.

 

Dans le cadre du Forum Mondial de l’Eau en 2012 , ENGIE fut un des acteurs engagés au sein du groupe de travail «Harmoniser l’eau pour l’énergie» . En 2013, les travaux se poursuivent notamment par la création de l’Advisory Council WEC-WWC. L’objectif de ce groupe de travail international est de définir un cadre méthodologique pour la mesure de l’impact des métiers de l’énergie sur l’eau. ENGIE est force de propositions en tant que membre actif du comité de pilotage.

 

ENGIE participe également au Water Leadership Group du WBCSD. Le projet «Eau» de ce groupe couvre plusieurs aspects de la gestion de l’eau par les entreprises, dont l’analyse de risques, l’approche par bassin versant, le nexus eau-énergie-alimentation, la réutilisation de l’eau, ainsi qu’une approche économique de la valeur de l’eau. Les résultats de ces travaux, partagés au sein du WBCSD, permettent aux entreprises de progresser dans l’optimisation de l’utilisation de l’eau dans leurs processus industriels, par l’application directe des connaissances nouvelles et des outils développés par ces travaux conjoints.