menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
25
avr
2016

ENGIE participe aux Objectifs de développement durable des Nations Unies

L’an dernier, les Nations Unies ont défini 17 Objectifs de développement durable (ODD). Ils succèdent ainsi aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) adoptés en 2000 et parvenus à leur terme en 2015. Le 21 avril, un débat de haut vol a eu lieu au siège de l’ONU, à New York, sur les moyens d’atteindre les ODD à l’horizon 2030. Mission : sensibiliser encore davantage l’opinion internationale à ces questions et rassembler les énergies vers ces buts communs. C’est aussi l’occasion unique de mettre en avant la synergie entre le bilan de la COP21 et l’Agenda 2030.

Il est désormais crucial d’assurer l’accès à une source d’énergie propre et fiable, tant pour atteindre les ODD que pour respecter l’objectif fixé par l’accord de Paris : limiter à 2 °C la hausse des températures. Une bonne coopération entre toutes les parties prenantes et un cadre de réglementation solide sont donc nécessaires pour fédérer l’ensemble des dynamiques et déployer des actions concrètes.

  • Objectifs de développement durable des Nations unies à New York. © Eduardo MUNOZ/REPORTERS
  • Objectifs de développement durable des Nations unies à New York. © Eduardo MUNOZ/REPORTERS
  • Objectifs de développement durable des Nations unies à New York. © Eduardo MUNOZ/REPORTERS
  • Objectifs de développement durable des Nations unies à New York. © Eduardo MUNOZ/REPORTERS

« Bien que [l’accord de Paris] appelle clairement à une baisse considérable des émissions mondiales de gaz à effet de serre, près de 20 % de la population mondiale n’a toujours pas accès à l’électricité. Or, l’un des 17 Objectifs de développement durable définis en 2015 consiste à assurer l’accès à une énergie propre et abordable pour tous », rappelle Gérard Mestrallet, PDG d’ENGIE.

Les Objectifs de développement durable

Les « Objectifs de développement durable » (ODD), définis en septembre 2015 par les Nations Unies pour la période 2015-2030, succèdent aux Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) clos en 2015. Si la priorité absolue va à la lutte contre la pauvreté sous toutes ses formes, l’environnement occupe désormais une place particulièrement importante.

Les objectifs les plus pertinents pour ENGIE

  • Objectif n° 5 : parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Depuis 2008, ENGIE développe sa politique de mixité et déploie des actions concrètes destinées à faire progresser les femmes au sein du Groupe et à les accompagner dans leur évolution de carrière : mise en place d’objectifs chiffrés, animation d’un réseau de femmes « Women in Networking », programme de mentoring ou encore programme de formation dédié aux femmes « Women in Leadership ».

  • Objectif n° 6 : garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement

En étroite collaboration avec des partenaires locaux, Tractebel Energia a lancé un programme « Une eau de qualité » dans la région de la centrale hydroélectrique de Salto Santiago, au Brésil. L’objectif est de développer un programme de préservation de 300 sources localisées dans des propriétés rurales situées en amont du barrage de la centrale. La finalité de ce programme consiste à protéger la ressource en eau locale en termes de quantité et de qualité, à générer et à partager les connaissances environnementales avec l’ensemble des parties prenantes concernées et à contribuer au développement de l’habitat rural.

  • Objectif n° 7 : garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable

L’un des grands défis actuels consiste à trouver de nouveaux moyens de répondre à la hausse des besoins en énergie d’une population elle-même en plein essor, tout en réduisant les émissions mondiales de gaz à effet de serre. ENGIE s’est engagé à donner accès à une énergie durable à 20 millions de personnes à travers le monde d’ici 2020. Pour atteindre un tel objectif, le Groupe prend d’ores et déjà des mesures concrètes, tels que l’Initiative Terrawatt, lancée pendant la COP21, et le Fonds d’investissement « ENGIE Rassembleurs d’Énergies ».

  • Objectif n° 11 : faire en sorte que les villes soient ouvertes à tous, sûres, résilientes et durables

Pour relever les défis en évolution permanente auxquels la planète est confrontée, ENGIE travaille aux côtés de municipalités et de régions durables et dynamiques pour réfléchir aux solutions les mieux adaptées aux villes de demain. En outre, à travers Terr’innove, le Groupe définit des partenariats avec les communautés locales pour élaborer des stratégies d’énergie durable au cœur des territoires. ENGIE mobilise ses expertises pour trouver les solutions les plus efficaces et les mieux adaptées aux besoins du terrain.

  • Objectif n° 12 : établir des modes de consommation et de production durables

ENGIE Tractebel développe le contrat de performance énergétique. Solution de financement associée à une expertise technique, ce contrat offre aux maîtres d’ouvrage la garantie d’atteindre les résultats souhaités.

De plus, ENGIE travaille activement au développement et à la valorisation du biométhane, jouant des synergies avec la filière du gaz naturel. Le Groupe est l’unique acteur en France présent à toutes les étapes de la chaîne du biométhane.

  • Objectif n° 13 : prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions

ENGIE inscrit la croissance responsable au cœur de ses métiers (électricité, gaz naturel, services à l’énergie) pour relever les grands enjeux de la transition énergétique vers une économie sobre en carbone. Afin de lutter contre le changement climatique, ENGIE se concentre sur le développement d’énergies renouvelables et a doublé sa capacité de production à partir de ces ressources entre 2009 et 2015. Le Groupe a également décidé de ne plus investir dans de nouveaux projets de centrales à charbon.

  • Objectif n° 15 : préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la déforestation et la désertification, stopper la perte de biodiversité

ENGIE a intégré la préservation de la biodiversité dans les stratégies de gestion de ses centrales. Le Groupe s’est fixé comme objectif de mettre en place un plan d’action ciblé sur tous ses sites prioritaires en Europe à l’horizon 2015, en partenariat avec l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature. Exemples d’initiatives : installation de nichoirs et de refuges pour animaux sauvages, limitation du recours aux herbicides en faisant paître des moutons pour maîtriser la végétation, méthodes de forage sans ancrage pour protéger les coraux ou recours à des ultrasons pour éviter aux poissons de se laisser prendre dans les filtres d’entrée des circuits de refroidissement des centrales électriques conventionnelles.

  • Objectif n° 17 : raviver les partenariats mondiaux en faveur du développement durable

ENGIE défend la généralisation de signaux prix forts pour le carbone, dans le cadre de la Coalition pour le leadership en matière de tarification du carbone. Ces signaux sont absolument nécessaires pour rediriger les investissements vers les technologies à faibles émissions de carbone. En outre, pendant la COP21, le Groupe a lancé l’Initiative Terrawatt, dont l’objectif est de réunir toutes les parties prenantes pour définir et mettre en place le cadre réglementaire le plus efficace pour saisir tout le potentiel de l’énergie solaire. Enfin, avec les Business Dialogues, ENGIE a amorcé un dialogue de haut vol entre investisseurs publics et privés sur des questions climatiques.

Signature de l’accord de Paris

La cérémonie de signature officielle de l’accord de Paris sur le climat se déroule le 22 avril au siège des Nations Unies. 155 États devraient y apposer leur signature à New York, lors de la Journée de la Terre. Il s’agit de la plus grande cérémonie de signature de l’histoire de l’ONU. La participation du secteur privé est limitée à 50 places (en qualité d’observateurs). L’accord pourra être signé jusqu’au 17 avril 2017. Chaque Etat devra ensuite le faire ratifier dans sa propre législation nationale. L’accord de Paris entrera en vigueur lorsqu’il aura été adopté par au moins 55 pays, représentant 55 % des émissions à travers le monde.

Retour liste