menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
06
mar
2017

Éolien : des capacités de production qui s’envolent en Europe

Dans un contexte européen de lutte contre le changement climatique, la part de charbon dans la production d’électricité européenne ne cesse de chuter. Un récent bilan de l’association européenne WindEurope confirme cette tendance et indique que les capacités éoliennes viennent de dépasser les capacités installées des centrales à charbon en Europe.

L’éolien est le deuxième plus grand parc de capacité de production d’électricité en Europe, derrière le gaz et désormais devant le charbon.

Alors qu’elle représentait 40 % de la production d’électricité européenne en 1990, la part du charbon et du lignite n’en représentait plus qu’un quart en 2014. Des chiffres sur la bonne voie pour la transition énergétique puisqu’une étude de l’institut Climate Analytics estime que l’ensemble des centrales électriques à charbon de l’Union européenne devront fermer d’ici 2030 si cette dernière souhaite respecter ses engagements pris dans le cadre de l’accord de Paris sur le Climat.

Les capacités de l’éolien décuplées

L’énergie éolienne - illimitée, propre, mature et compétitive - connaît un fort développement. Avec une capacité installée de 153,7 gigawatts (GW) en Europe, elle a récemment dépassé le charbon pour devenir le deuxième plus grand parc de capacité de production d’électricité derrière le gaz selon WindEurope. L’éolien représente plus de la moitié de l’ensemble des nouvelles capacités de production européennes mises en service en 2016. Au total, 10,9 GW ont été installés sur terre et 1,56 GW en mer.

Et si l’Allemagne reste le premier marché européen pour l’éolien, totalisant 44 % des nouvelles installations (+ 5,4 GW), d’autres pays européens tirent également leur épingle du jeu en ayant battu leur record de nouvelles installations en 2016 : la France (1,6 GW), les Pays-Bas (887 MW), la Finlande (570 MW), l'Irlande (384 MW) et la Lituanie (178 MW).

Seul petit bémol au tableau, l’énergie éolienne n’a constitué que 10,4 % de la consommation européenne d’électricité en 2016 (10,7 % en 2015). Cela s’explique par un rendement des installations encore inférieur aux énergies conventionnelles.

L’éolien est une énergie dans le vent chez ENGIE !

ENGIE s’est engagé en octobre 2015 à ne plus construire de centrales à charbon et a décidé que tous ses nouveaux investissements dans la production d’électricité seraient désormais des projets n’émettant pas ou peu de CO2.

Le Groupe est aujourd’hui le premier producteur éolien en France et en Belgique. En Belgique, la filiale ENGIE Electrabel a récemment revu ses ambitions à la hausse pour atteindre 500 MW de capacité éolienne terrestre en 2020, soit l’alimentation de 300 000 ménages en électricité durable. Ce sont ainsi 200 MW qui s’ajouteront aux 300 MW déjà implantés à travers notamment des partenariats public-privé ainsi que grâce au financement participatif des riverains via Electrabel CoGreen.

ENGIE développe également de nombreux projets éoliens à l’échelle internationale. Au Mexique, par exemple, ENGIE va construire un parc éolien de 51,8 mégawatts (MW) dans le nord-est du pays, à Tamaulipas. En matière d’éolien en mer, le groupement constitué d’ENGIE, d’EDP Renewables et de Neoen Marine a été retenu par l'État français pour développer et installer deux parcs éoliens offshore d’une puissance totale de 1 000 MW au large du Tréport, de l’île d’Yeu et de l’île de Noirmoutier. Le Groupe est également candidat au nouvel appel d’offre éolien en mer de Dunkerque. ENGIE est également engagé dans le projet Mermaid en mer du Nord, un parc éolien de 250 MW qui devrait voir le jour en 2020.

Les capacités totales d’ENGIE dans l’éolien en 2016 :

  • Près de 4 555 MW (en opération)
  • Plus de 600 MW (en construction)
Retour liste