menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
22
fév
2017

L’œil de l’experte Émilie Loit : les Françaises et la FED CUP - #4

Émilie Loit, ambassadrice tennis d’ENGIE et vainqueur de la FED CUP en 2003, nous livre son avis sur le choix de Caroline Garcia de ne pas jouer pour l’équipe de France de Fed Cup cette année, ainsi que sur la décision de prendre des sanctions ou non à son encontre.

Émilie LoitEntre histoires d'amour du maillot et concentration exclusive sur sa carrière personnelle, les avis sont partagés sur la question. Sanction ou pas pour les joueuses qui refusent d'honorer une sélection en équipe de France ?

Je pense que le problème vient en parti de l'éducation que les joueuses ont reçu pendant leur parcours de formation et de leur environnement familial pendant leur apprentissage.

Prenons l'exemple de Kristina Mladenovic. La culture « bleue » fait partie intégrante de son éducation. Dès son plus jeune âge, elle a baigné dans un environnement très patriotique et ces valeurs sont ancrées en elle. Elle a bien évidement adhéré aux discours de ses parents et de son entourage. Ce n'est pas un hasard si Kristina est habitée par le maillot bleu. J'ai pris l'exemple de Kristina comme j'aurai pu prendre celui de Pauline Parmentier ou d'Alizé Cornet, qui ont toujours répondues présentes (hormis 1 fois en 2016 pour Alizé) aux convocations avec honneur et fierté. 

A ce jour, Caroline Garcia a décidé de faire un break pour se consacrer à sa carrière individuelle. Les 2 compétitions sont loin d'être incompatibles. Je dirais même qu'elles sont complémentaires. 

La programmation de la saison de Caroline comprend toujours un double objectif en Grand Chelem : le simple et le double. Cela représente une dizaine de matchs par quinzaine. Si son objectif est d'atteindre la 2e semaine, puis de gagner un tournoi du Grand Chelem en simple, alors pourquoi ne pas favoriser le simple et la récupération sur les journées off au profit du double ?

La  FED CUP quant à elle représente 2 ou 3 semaines par an en incluant les stages de préparation. Se priver de l'expérience, des conseils de Mary Pierce et de Yannick Noah sur et en dehors du terrain me semble aussi incohérent que de jouer le double en Grand Chelem. Ces anciens champions connaissent le chemin pour performer. Caroline a atteint des très hauts niveaux de jeu en Fed Cup lui permettant d'avoir des repères sur son niveau pour la suite de la saison. Comment peut-elle se priver de cela ? 

Quant à Océane Dodin, qui décline la sélection avant même d'avoir essayé, cela montre que le problème est très profond. J'ai du mal à imaginer que ces joueuses aussi jeunes aient un avis aussi tranché sur la question. 

Les valeurs patriotiques et d'équipe ne sont pas perçues par toutes les joueuses de la même manière. 

Malgré tout, je ne suis pas certaine que les sanctions occulteraient les problèmes. En revanche, travailler à la source, l'éducation et le mode de fonctionnement me paraît plus productif à long terme. 

Retour liste