menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
14
jui
2016

Pour un prix du carbone à l’échelle mondiale

Gérard Mestrallet, président du Conseil d’Administration du Groupe ENGIE, plaide depuis longtemps en faveur d’un prix du carbone généralisé au niveau mondial. Désigné à la tête d’une Commission sur le prix du carbone par le gouvernement français, il est intervenu lors d’une conférence de la Carbon Pricing Leadership Coalition lors de la quatrième session du Business Dialogue.

Gérard Mestrallet a participé à la 4e session du Business Dialogue et s’est félicité de l’accord conclu à Paris en décembre dernier. Il a insisté sur l’importance de la coopération entre États et entreprises dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pourquoi instaurer un prix du carbone ?

Gérard Mestrallet porte cette idée depuis plusieurs années : pour lutter efficacement contre le réchauffement climatique, il faut instaurer un prix du carbone. En effet, donner une valeur économique aux émissions de gaz à effet de serre incitera les entreprises à investir dans des énergies propres. Sans cela, il sera difficile de maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C, conformément à l’Accord de Paris sur le climat.

Gérard Mestrallet a été nommé à la tête d’une Commission sur le prix du carbone avec l’ancien ministre Pascal Canfin et l’économiste Alain Grandjean. Leur mission : paver la voie de la généralisation d’un prix du carbone.

Vers un prix du carbone au niveau mondial

La Commission a récemment rendu un rapport intermédiaire qui se focalise sur l’Europe. Son constat est sans appel : le système de prix européen est trop lacunaire pour permettre une réallocation des investissements vers des technologies bas carbone. Elle préconise donc de mettre en place un corridor de prix à l’échelle européenne qui définirait un prix plancher et un prix plafond des émissions de carbone pour envoyer un signal clair aux acteurs économiques.

Gérard Mestrallet intervient en parallèle au sein d’alliances visant à rassembler décideurs politiques et acteurs économiques autour de la mise en place d’une tarification efficace du carbone :

  • le Business Dialogue, qui rassemble des négociateurs de près de 30 pays et des chefs d’entreprise internationaux de tous secteurs d’activité pour discuter des suites de la COP21.
  • la Carbon Pricing Leadership Coalition, qui réunit plus d’une vingtaine de gouvernements et plus de 90 entreprises à travers le monde.  

ENGIE engagé dans un futur décarboné

Derrière l’engagement de Gérard Mestrallet, il y a celui du Groupe ENGIE. Le Groupe met en place des dispositions concrètes pour réduire ses émissions de CO2 :

  • Bien que déjà inférieur de 20 % à la moyenne mondiale, le taux d’émission par kWh du parc mondial de production d’électricité d’ENGIE sera encore réduit de 20 % d’ici 2020 (en référence à 2012).
  • Le Groupe ne développera plus de nouveaux projets de production d’électricité au charbon et accroîtra de façon accélérée son portefeuille de production à base d’électricité renouvelable.
  • ENGIE continuera à soutenir ses efforts tant en recherche et développement qu’en déploiement auprès de ses clients de solutions d’efficacité énergétique en mobilisant ses 100 000 salariés dédiés à cette activité.

 

Retour liste