menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
05
sep
2016

NextFlex : valoriser la flexibilité électrique

En mars 2016, ENGIE présentait les cinq premiers nouveaux business incubés en interne et développés par des collaborateurs du Groupe, parmi lesquels NextFlex. Cette start-up permet de moduler à la baisse la consommation en électricité d’un site industriel, à la demande et en moins de deux heures. Elle valorise par ailleurs la production «non consommée» auprès d’opérateurs de réseaux électriques. Son créateur, Christophe Huguet, nous explique.

Grâce à la technologie NextFlex, la consommation électrique d’un site industriel peut être réduite momentanément et répondre à un besoin du réseau électrique national.

Proposer aux sites industriels ou tertiaires1 de réduire leur consommation électrique et valoriser ces mégawatts «non consommés» auprès d’opérateurs de réseaux européens : c’est l’idée novatrice qu’a su développer Christophe Huguet. D’autres y ont pensé…  C’est pourquoi Christophe Huguet, qui a conjugué compétences techniques et marketing tout au long de sa carrière chez ENGIE, a ciblé son offre à destination des sites de taille moyenne.

Ce concept valorise ce que l’on appelle la «flexibilité électrique» des sites concernés, c’est-à-dire leur capacité à modifier leur consommation d’électricité à la demande, dans un court délai (moins de deux heures). Résultats ? NextFlex fait coup double : une rémunération pour les sites clients et de la flexibilité pour répondre aux pics de demande en électricité, dans les pays européens.

Et ça marche ! NextFlex valorise aujourd’hui la flexibilité électrique de 76 sites en France, de l’hypermarché à l’usine agro-alimentaire. Soit une réduction de puissance consommée potentielle de 120 MW. La start-up va poursuivre son développement en France et compte s’implanter en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.

1 dont la facture électrique annuelle dépasse 200 k€.

Chiffres clés

  • Equipe incubée par ENGIE depuis le 1er juillet 2014
  • 5 collaborateurs en janvier 2016
  • 1,5 million d’euros de chiffre d’affaires

«Au début, on se bride, on manque parfois de confiance en soi. Grâce à la phase d’incubation, on prend de l’assurance», Christophe Huguet, créateur de la start-up NextFlex

Christophe Huguet, créateur de la start-up NextFlex

Comment est née votre idée de start-up et qu’est-ce qui a favorisé votre passage à l’acte ?

Comme salarié d’ENGIE, au sein de l’équipe marketing «Entreprises et Collectivités», j’étais très sensibilisé aux sujets de la transition énergétique et j’avais déjà essayé de développer une offre de valorisation de la flexibilité électrique car je savais que le marché existait. Mais ce n’était pas facile de donner vie à mon projet en restant dans le strict cadre d’un grand Groupe. Lorsque la démarche d’incubation de start-ups a été lancée par ENGIE, j’y ai tout de suite vu le vecteur idéal pour développer mon idée beaucoup plus vite.

C’était votre rêve d’être acteur en première ligne de la transition énergétique ?

Je me sentais déjà partie prenante de la transition énergétique mais le dispositif interne d’incubation m’a effectivement permis de passer en première ligne, et de  bénéficier du meilleur des deux mondes : la liberté d’entreprendre, de prendre des risques, sans forcément avoir beaucoup de visibilité, et la possibilité de m’appuyer sur les expertises, les réseaux, les capacités de distribution d’ENGIE.

Votre idée aurait-elle pu voir le jour sans la démarche d’Open Innovation et sans le dispositif d’incubation d’ENGIE ?

Clairement non. J’avais les contours de l’offre en tête mais le challenge était de transformer mon idée en entreprise viable. Au tout début du processus d’incubation, j’ai bénéficié d’un coaching personnalisé, j’ai été conseillé pour recruter et fidéliser mon équipe, développer mes capacités commerciales, et, progressivement, acquérir l’étoffe d’un vrai patron de start-up. Au début, on se bride, on manque parfois de confiance en soi. Grâce à la phase d’incubation, on prend de l’assurance.

Etes-vous toujours accompagné par ENGIE aujourd’hui ? Est-ce encore indispensable ?

Oui. Je suis sorti de la phase d’incubation pour passer à celle de l’accélération. Avec, toujours, ENGIE à mes côtés. C’est une vraie valeur ajoutée pour NextFlex de rester au sein d’un grand Groupe de l’énergie : nous pouvons bénéficier de synergies commerciales avec les branches du Groupe, notre offre venant enrichir la leur, et le soutien financier d’ENGIE nous aide à être «Lean» et «low-cost», et donc plus compétitifs.

  

NextFlex : sortie d'incubation
Retour liste