Camila De Matos, Ingénieure Quelle formation avez-vous suivie ?

Après un BTS en analyses chimiques, j’ai obtenu un diplôme d’ingénieure chimiste. Un an après mes études d’ingénieur, suite à une première expérience professionnelle, j’ai décidé de me spécialiser et de reprendre les études. Je me suis orientée vers les technologies liées aux énergies renouvelables avec un master à l’École Polytechnique (Master REST: Master Renewable Energy Science & Technology), pour lequel j’ai obtenu une bourse du programme Quai d’Orsay / ENGIE.

 

Quel est votre parcours professionnel ?

J’ai participé à différents projets de recherche scientifique au Brésil et en France et j’ai eu aussi une expérience de 18 mois dans l’industrie. Après mon master en énergies renouvelables, je cherchais une opportunité qui pourrait me permettre de faire le lien entre le milieu de la recherche et l’application dans l’industrie. C’est à Laborelec en Belgique que je l’ai trouvée. J’y ai travaillé sur l’énergie solaire en tant que stagiaire puis intérimaire. J’ai ensuite eu l’opportunité de continuer à collaborer avec Laborelec dans sa nouvelle filiale au Chili.

 

Comment avez-vous été recruté chez ENGIE ?

Santiago du ChiliLe programme Quai d’Orsay a été déterminant. Pour obtenir la bourse, j’ai préparé un dossier et passé des entretiens au Brésil chez ENGIE ainsi qu’à l’Ambassade de France. J’ai ensuite été suivie par un mentor qui m’a présenté les activités du Groupe et j’ai été conseillée par la DRH Groupe et une Talent Advisor du Groupe pendant toute la durée de mon master. Au cours de cette période j’ai été orientée vers un programme d’apprentissage du Groupe en Amérique Latine qui m’a enthousiasmée : «Cuanta Energia Tienes» (CET). Finalement j’ai eu une offre pour rejoindre l’équipe de Laborelec au Chili, avec un contrat à durée indéterminée.

 

En quoi le programme « ¿Cuanta Energia Tienes? » a-t-il été un plus ?

CET m’a permis de continuer dans le Groupe et m’a permis de rencontrer de nouveaux défis dans ce marché en croissance qu’est l’Amérique Latine. Je vais ainsi pouvoir développer mes compétences dans le domaine technique et de marché, en contribuant à la transition énergétique au Chili. De plus, j’apprends une nouvelle culture, une nouvelle langue.

 

Travaillez-vous en équipe ?

Oui et pour moi cela est très important. Nous sommes une petite équipe à Laborelec Chili et il y a beaucoup de partage entre nous. Mais nous sommes aussi très proches des experts qui sont en Belgique.

 

Que souhaiteriez-vous faire à l’avenir, dans quelle direction souhaitez-vous évoluer ?

Ma priorité c’est de développer mes compétences techniques sur l’énergie solaire et de devenir experte. Pour cela mon poste actuel m’a déjà ouvert la voie, mais ce sera un long processus de perfectionnement permanent. Ensuite, j’aimerais bien approfondir ma connaissance des aspects économiques et de marché. Enfin, j’aimerais bien acquérir des connaissances sur la gestion de projets pour évoluer vers un poste avec plus de responsabilités.