Salem, responsable de l'efficacité opérationnelle et de la sûreté de l'usine de dessalement d'eau de mer de Ras Laffan B

C’est à Ras Laffan B, une centrale de production électrique à cycle combiné et de dessalement d’eau de mer, que Salem manage une équipe de 12 personnes qui assure le bon fonctionnement de la centrale. Ingénieur de quart, il prend le relai de l’équipe de nuit. Son travail consiste à maximiser la production de la centrale, tout en garantissant la sécurité des collaborateurs sur le site.

Après 7 ans d’études d’ingénierie aux Etats-Unis, Salem est revenu travailler dans son pays, le Qatar. Au sein d’ENGIE, il continue à renforcer son expertise grâce à l’ingénieur référent qui l’accompagne pour assurer la parfaite maîtrise de la centrale. Ce qui l’anime «c’est l’envie de faire partie de quelque chose de grand. On touche la vie de tous avec l’eau et l’énergie. Sans, il n’y a pas de civilisation», explique-t-il. En effet, dans cette région désertique, la centrale de dessalement de Ras Laffan B fournit 11365 m3 d’eau/h.

Qatar : vers le transfert des compétences

Rencontre avec Salem Al Awi, responsable de l'efficacité opérationnelle de l'usine et de la sûreté à l'usine de dessalement d'eau de mer de Ras Laffan B. Au Qatar, Etre Utile aux Hommes, ça signifie délivrer des services essentiels à la vie, comme apporter de l'eau dans un pays où elle est rare. Salem a ici l'impression de réaliser l'impossible : transformer de l'eau de mer en eau potable.