Le 4e colloque de l’Observatoire des précarités énergétique et hydrique a rassemblé 200 acteurs souhaitant mettre en œuvre leurs connaissances, leurs savoir-faire et leur engagement au profit d’un même combat : la lutte contre la précarité énergétique et hydrique.

«En tant que fournisseur d’énergie socialement responsable, GDF SUEZ s’engage sur les territoires pour contribuer au développement des populations. Notre engagement ne s’arrête pas à la porte du client, ni à son compteur. Or, certains d’entre eux, pour de multiples raisons, traversent une situation économiquement difficile. Il est essentiel pour nous de les accompagner afin de co-construire des solutions économiquement viables».

Le ton est donné. Lors de l’ouverture du colloque, Jean-François Cirelli, Vice-Président, Directeur Général Délégué de GDF SUEZ en charge de la branche Energie Europe, n’a pas manqué de rappeler l’ampleur de ce fléau social qu’est la précarité énergétique (50 à 125 millions d’Européens seraient touchés) et l’importance de trouver des solutions collectives. L’objectif ? Comprendre, mesurer et agir. Trois axes de réflexion destinés à guider innovations et initiatives pour lutter contre la précarité énergétique, trois thèmes autour desquels se sont organisées les tables rondes d’experts et de partenaires tout au long de la journée.

Comprendre

Parce qu’il est essentiel de bien comprendre le phénomène pour pouvoir l’appréhender et le contrer, la première table ronde a réuni sociologue, designer et experts de GDF SUEZ et de la Fondation Agir Contre l’Exclusion. La principale préoccupation des différents acteurs se résume à une question fondamentale : comment repérer les foyers victimes de précarité énergétique ou à risques ? 

«L’objectif de l’Observatoire est de comprendre le phénomène de précarité qualitativement et quantitativement. Malheureusement, les données statistiques actuelles ne sont pas toujours suffisantes », précise Didier Chérel, secrétaire de l’Observatoire National de la Précarité Energétique. «D’où l’importance de mettre en place des personnes ou des points relais, via des associations par exemple, dans des zones ciblées en difficulté, afin qu’elles nous aident à identifier les foyers en situation de précarité énergétique», ajoute Christophe Beslay, maître de conférences associé en sociologie à l’Université de Toulouse.

C’est ainsi que plusieurs dispositifs de détection des ménages sont en cours de déploiement dans les territoires : c’est le cas du programme SLIME (service local d’intervention pour la maîtrise de l’énergie), du concept EGAL (Energie garantie au locataire) ou encore du programme Habiter Mieux, lancé en 2010 par l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat dont GDF SUEZ est partenaire, et propose d’allier lutte contre la précarité énergétique et aide à l‘insertion professionnelle des jeunes.

Mesurer

Autre point important du débat : la mesure de la précarité énergétique. Quels indicateurs utiliser pour suivre l’évolution de ce phénomène et les actions de lutte menées partout en Europe ? A l’occasion de cette table ronde, le CRIGEN (Centre de recherche et innovation gaz et énergies nouvelles de GDF SUEZ ) était invité à dresser un état des lieux de la précarité énergétique dans les pays où GDF SUEZ est présent. «Notre objectif est de comprendre les contextes  de chaque pays pour gagner en efficience et proposer des solutions efficaces. Par ailleurs, il est également possible de partager et d’échanger sur les bonnes pratiques de chacun», affirme Nadjma Ahamada, coordinatrice des études sociologiques au CRIGEN. En présence des représentants des filiales de GDF SUEZ en Italie, en Roumanie et en Belgique, chacun était invité à faire part des plans d’action conduits dans chaque pays :

  • Partenariat avec des associations en Roumanie (Habitat for Humanity et SOS Children’s village)
  • Actions préventives en France avec les programmes ISIGAZ ou Habiter Mieux
  • Actions financières en Italie pour aider les ménages à faire de leur logement un habitat durable
  • Innovation en Belgique avec la mise en place de «La Plateforme», déclinaison belge de l’Observatoire GDF SUEZ des précarités énergétique et hydrique.

Agir

Comprendre c’est bien, mais agir c’est encore mieux. Surtout agir ensemble. C’est pourquoi GDF SUEZ a lancé, en 2011, l’initiative Rassembleurs d’Energies : elle rassemble entrepreneurs sociaux et experts de terrain via des partenariats. L’objectif ? Soutenir l’entrepreneuriat dans le domaine de la lutte contre la précarité énergétique, grâce à des actions de subvention, d’investissement et d’assistance technique.

D’où la présence lors de la troisième table ronde de trois acteurs de l’économie sociale et solidaire, des partenaires essentiels du Groupe dans ce domaine :   

  • L’entreprise Chênelet construit des logements écologiques, à haute performance énergétique, à destination des plus démunis.
  • Les Toits de l’Espoir, quant à eux, réhabilitent des habitations vacantes et en état d’insalubrité pour les rénover et y installer des personnes en situations d’insertion.
  • Habitat et Humanisme, avec qui GDF SUEZ a signé un partenariat le jour même du colloque, a pour mission de lutter contre la précarité énergétique et de permettre l’accès des personnes en difficulté à des logements décents.

Ec’Audit, un projet étudiant pour l’habitat durable lauréat du Challenge Fondation GDF SUEZ-EnactusEc’Audit, un projet étudiant pour l’habitat durable lauréat du Challenge Fondation GDF SUEZ-Enactus

Ec’Audit, c’est un projet étudiant certes, mais «très professionnel et abouti» selon l’un des membres du jury. Lancé par des étudiants de l’ENSE de Grenoble (Ecole Nationale d’ingénieurs en énergie, eau et environnement), le projet a remporté le prix du Challenge Fondation GDF SUEZ-Enactus en juin dernier.

Le principe repose sur 2 leviers :

  • L’audit : les étudiants réalisent un état des lieux énergétique des bâtiments afin de cibler les priorités en termes de rénovation thermique.
  • L’accompagnement : dans un deuxième temps, les habitants sont sensibilisés aux éco-gestes pour économiser sur leur facture énergétique.

L’an dernier, 150 logements ont ainsi été audités par l’association, passée de 5 à 60 volontaires en quelques mois. «Nous voulions un projet utile à la société, qui ait un impact durable sur l’environnement et viable économiquement», expliquent Mathieu Bonvoisin, Coline Gazet et Guillaume Martin, les trois étudiants porteurs du projet. «Grâce au prix de la Fondation, nous allons gagner en visibilité et en crédibilité. Nous espérons pouvoir étendre et pérenniser notre projet au-delà de Grenoble».


Concours Maisons de Qualité : la remise des prixConcours Maisons de Qualité : la remise des prix

La Fondation GDF SUEZ et l’association Maisons de Qualité ont lancé un concours d’idées, à destination des architectes, portant sur la recherche de solutions de rénovation énergétique innovante de l’habitat. Sur la base d’un scénario précis – une personne âgée vivant seule dans sa maison en milieu rural – les trois groupes d’architectes lauréats ont imaginé des moyens innovants d’améliorer la performance énergétique du bâtiment, tout en tenant compte du budget, de la mobilité de la personne et du lien social à préserver.

Palmarès des prix :

  • Le 3e Prix, remis par Jean-François Battoue, directeur commercial Services à l’habitat GDF SUEZ Energie France, a été décerné à Kevin Pion, David Quere et Damien Gaidier.
  • Le 2e Prix, remis par Yannick Allain, directeur de la Fédération Maisons de Qualité, a été décerné à Adeline Maury, Laetitia Fronty et Jean-Julien Barillot.
  • Le 1er Prix, remis par Catherine Guillon, de la Fondation GDF SUEZ,  a été décerné à Jean-Louis Umani et Jean-François Terpend.
  • Le prix spécial du Jury, remis par Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable, a été décerné à Jean-Louis Umani et Jean-François Terpend.

Chiffre Clé

  • 14,4%
    C’est le pourcentage de foyers français touchés par la précarité énergétique