Laure Vinçotte, Directrice générale de Rassembleurs d’Énergies60% des investissements effectués par Rassembleurs d’Énergies l’ont été en 2014, soit trois ans après son lancement. Pourquoi ce délai ?

Beaucoup de dossiers ont été soumis et examinés avant que nous sélectionnions ceux qui nous semblaient les meilleurs, selon nos cinq critères de référence. Il a aussi fallu du temps avant que les business units (filiales) nous connaissent, fassent remonter des idées, et surtout que nous nous fassions connaître et accepté dans cet univers de qui était encore tout nouveau il y a seulement 5 ans.

Qui sont vos relais au sein des entités du Groupe ?

Nous nous reposons sur un réseau d’“ambassadeurs” qui nous apportent leurs compétences technologiques, leur relationnel interne et externe. Ils assurent une veille sur des solutions potentiellement intéressantes. Ils jouent également le rôle de consultants auprès des entrepreneurs sociaux sélectionnés.

Quel est votre stratégie d’investissement pour 2015, année emblématique pour le climat et le développement durable ?

Le mandat initial de Rassembleurs d’Énergies était de placer au mieux les 10 millions d’euros alloués par le Groupe. Nous poursuivrons dans cette voie avec la volonté d’investir à la fois sur des start-ups et des entreprises plus matures, afin de gérer au mieux le risque financier. Géographiquement, nous souhaitons nous diversifier en Amérique Latine où le Groupe est très présent. En termes de technologie, nous souhaitons nous développer dans les micro grids, les foyers de cuisson améliorés ou encore dans le biogaz.