Marielle Lacoste, bénévole pour Rassembleurs d’ÉnergiesDans quelle entreprise vous êtes-vous impliquée dans le cadre de votre engagement dans Rassembleurs d’Énergies ?

Je me suis impliquée dans le projet Simpa Networks, une start up technology company (telle qu’elle se définit elle-même) qui vend des systèmes solaires individuels en Utta Pradesh. Dans cet État du Nord de l’Inde, beaucoup de villages ont encore un accès difficile à l’électricité, voire en sont totalement privés. C’est encore le cas de trois-cent millions de personnes dans ce pays.

 

Comment fonctionne-t-elle ?

Simpa Networks fournit, pour un prépaiement très faible, de l’électricité à partir des panneaux photovoltaïques, batteries, chargeurs téléphoniques, lampes, ventilateurs que cette compagnie installe au domicile des populations éloignées des réseaux. Ces équipements sont distribués dans les villages par de petits entrepreneurs locaux, l’épicier par exemple. Les bénéficiaires en deviennent propriétaires au bout de deux ans environ.

 

Pourquoi cet engagement ?

Il tient un peu au hasard et beaucoup à mes convictions. J’ai participé à une session organisée par ENGIE University qui visait à définir des axes stratégiques de développement pour l’entreprise sociale du Chênelet auquel participaient 28 collaborateurs d’ENGIE. J’y ai découvert Rassembleurs d’Énergies et des développeurs enthousiastes. Ayant envie de m’investir dans une action de ce type, je n’ai pas hésité longtemps à les suivre…

 

Comment a évolué votre équipe projet ?

L’équipe de Laure Vinçotte comprend quatre personnes. Avec l’une d’entre elle (Alice), nous avons travaillé de janvier à août 2014, au départ à Paris pour réfléchir sur le plan de développement de Simpa Networks, puis en Inde, pour faire connaissance avec l’entreprise et découvrir ses bénéficiaires. Personnellement, j’ai audité l’entreprise et monté le dossier d’engagement. Celui-ci a été présenté durant l’été au Comité d’investissement du de Rassembleurs d’Energie, présidé par Gérard Mestrallet, qui a accordé au projet 1,4 million d’euros (1 million en dette et 400 000 en equity).

 

Un premier bilan de cette expérience ?

Elle est forte et enrichissante. Rassembleurs d’Énergies se révèle une démarche mobilisatrice, qui fait avancer sur les plans personnel et professionnel.

Ces entrepreneurs m’ont beaucoup impressionnée : par leur engagement, par le respect qu’ils portent à ces populations, et aussi par la très grande qualité de leur travail.

De par ma fonction, je travaille tous les jours sur les investissements d’ENGIE. La découverte du monde des investissements solidaires m’a permis de prendre du recul sur mon travail, j’ai pris conscience de la nécessité d’adapter notre modèle économique dans certains cas. Ma sensibilité environnementale s’est accrue. Travailler pour Simpa Networks a renforcé ma conviction qu’il existe des solutions énergétiques alternatives qui marchent dans les pays émergents, à une époque où certains auraient tendance à privilégier l’usage du charbon dans une vision de court terme, alors que ces pays sont confrontés à des enjeux environnementaux croissants.