Eviter l'émission de 2720 tonnes de CO2 chaque année grâce à l'aménagement d'une chaufferie biogaz

Contexte et enjeux

La création de réseaux de chaleur innovants est l’une des solutions pour aider les collectivités à réduire leur impact environnemental et s’engager dans la transition énergétique.

Produit à partir de la décomposition des déchets organiques (déchets verts, ordures ménagères, déchets agricoles, déchets agroalimentaires ou encore déchets industriels) dans une enceinte privée d’oxygène, le biogaz est une source d’énergie locale et renouvelable. Utilisé comme combustible dans les chaufferies, il peut alimenter des réseaux de chaleur urbains ou être utilisé pour produire de l’électricité. On parle alors de cogénération.

Description de la solution

La ville de Pont-à-Mousson, en Meurthe-et-Moselle, a opté en juin 2014 pour un réseau de chaleur urbain principalement alimenté par du biogaz. La chaleur, provenant de la combustion du biogaz, sera produite sur le site de l’ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux) de Lesménils exploité par SITA, filiale de Suez Environnement.

Le réseau de chaleur sera construit par Cofely Services, une première dans le Nord Est pour la filiale d’ENGIE. Cette dernière exploitera également une cogénération gaz qui produira de l’électricité. En accompagnant la ville de Pont-à-Mousson, Cofely Services concrétise son engagement à développer des solutions innovantes pour enrichir le mix énergétique au service du territoire.

Résultats

La mise en service du réseau de chaleur urbain est prévue pour la fin de l’année 2015. Son exploitation par Cofely Services se fera sur une durée de 27 ans.

Ce dispositif permettra d’éviter l’émission de 2 720 tonnes de CO2 chaque année, soit l’équivalent des rejets de CO2 générés par la circulation du parc automobile de Pont-à-Mousson durant trois ans. En outre, la facture énergétique des abonnés sera réduite d’au moins 10%.

 

Chiffres clés

  • Date de lancement de la chaufferie biogaz de Pont-à-Mousson : fin 2015
  • Un réseau de 6,8 km qui permettra d’alimenter l’équivalent de 1 250 logements
  • 85% des besoins couverts par les énergies renouvelables
  • 10% de réduction sur la facture énergétique des abonnés au réseau
  • Réduction de 2 720 tonnes de CO2 émis chaque année
  • 68 000 tonnes de CO2 évitées sur la durée du contrat, soit 27 ans.

Schéma de principe de fonctionnement d’un réseau de chaleur urbain alimenté par du biogaz

Chaufferie biogaz – Fonctionnement

La nouvelle installation de Pont à Mousson d’une capacité de 15 GWh, fournira un réseau de chaleur long de 6,8 km permettant d’alimenter l’équivalent de 1 250 logements.