GNL
GNL

Contexte et enjeux

Depuis 2012, une directive européenne, reprenant les chiffres de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), fixe de nouveaux seuils maximums de soufre dans les carburants marins. Ces seuils deviendront mondiaux en 2020 ou 2025. Les émissions d’oxyde d’azote devront être abaissées dès 2016. L’utilisation du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) comme carburant permet de réduire considérablement les émissions de gaz polluants et de gaz à effet de serre dans les transports maritimes et routiers.

 

Description de la solution

Refroidi à 162 degrés Celsius, le gaz naturel se présente à l’état liquide. Ce Gaz Naturel Liquéfié (GNL) occupe 600 fois moins d’espace qu’à l’état gazeux et représente un carburant moins polluant et à plus faible impact environnemental que le diesel ou l’essence pour le transport maritime et routier.

Il est également plus performant : les moteurs fonctionnant au GNL sont plus puissants et demandent moins d’entretien. Le GNL améliore en outre le confort à bord car ces moteurs sont moins bruyants.

ENGIE maîtrise toute la chaîne de production du Gaz Naturel Liquéfié, de l’exploration à la distribution, pour répondre à une demande croissante des professionnels du transport. Le Groupe a signé avec Mitsubishi Corporation et NYK un accord cadre portant sur le marché mondial du GNL carburant.

 

Résultats

Pour le transport maritime, l’utilisation de GNL réduit les émissions en soufre de 90%, en particules de 95%, en oxyde d’azote (NOx) de 80% et en CO2 de 15 à 20%, par rapport au diesel. Le GNL permet de répondre aux nouvelles directives sur les seuils maximums de soufre dans les carburants marins prévus par l’Organisation Maritime Internationale (OMI) et repris par une directive européenne votée par le Parlement européen. 

 

Chiffres clés

Réduction des émissions par rapport au diesel pour le transport maritime : 

  • en soufre de 90%
  • en particules de 95%
  • en oxyde d’azote (NOx) de 80%
  • en CO2 de 15 à 20%

Volume du Gaz Naturel Liquéfié par rapport à l’état gazeux : 600 fois moins.