Les négociations sur le climat vont se faire par groupes
© ENGIE

Les négociations sur le climat vont se faire par groupes

24 novembre 2015. Pour que 195 pays parviennent à un accord pour limiter le réchauffement climatique à deux degrés avant la fin du siècle, leurs représentants devront se réunir au Bourget selon une organisation particulière. Et c’est précisément par groupes que ces derniers devront définir un certain nombre de mesures. Ainsi, sur le site d’RTL, on apprend que les îles devront réfléchir ensemble à des solutions face à la montée des eaux, que les pays en développement, parmi lesquels ceux d’Afrique et d’Asie, devront «plancher» sur un système de financement et que la France, sera quant à elle représentée par l’Europe, qui aura un groupe dédié.

Les catastrophes climatiques de plus en plus nombreuses
© ENGIE

Les catastrophes climatiques de plus en plus nombreuses

23 novembre 2015. Selon un rapport du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophes (Unisdr), inondations, tempêtes, vagues de chaleur, sécheresse et autres événements météorologiques ont provoqué la mort de plus de 600 000 personnes en vingt ans. Parmi les victimes du dérèglement climatique, des populations à faibles revenus issues en majorité de Chine, d’Inde et du Banglasdesh. Une situation dramatique qui est loin de s’améliorer si l’on se réfère à la récente analyse du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec). Ce dernier annonce notamment une augmentation des précipitations ainsi qu’une hausse du nombre de jours très chauds, à l’échelle planétaire. Si le lien direct entre le réchauffement climatique et ces phénomènes dévastateurs reste à prouver de façon précise par la communauté scientifique, la COP21 paraît indispensable, aux yeux de nombreux observateurs, pour en limiter les dégâts.

Avant la COP21, la France cherche l’appui des émergents
© Parti socialiste/Flickr

Avant la Cop21, la France cherche l'appui des émergents

23 novembre 2015. Dernière tournée mondiale pour Laurent Fabius avant le lancement de la COP21. Au programme l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud soient le 3e pollueur mondial, le premier responsable de la déforestation, et le Président du G77, la coalition des pays en développement. Autant de pays qui constituent donc, avec la Chine, visitée début novembre, des partenaires clés pour désamorcer des négociations climatiques encore tendues entre pays du Nord et du Sud, entre responsabilité historique des premiers et frein au développement des seconds. Pour la diplomatie française, la présence confirmée de 140 chefs d’Etats est un signal plus qu’encourageant et il y a fort à parier qu’aucun de ces pays ne voudra être « [celui] qui [a] dit non [à un accord universel sur le climat] ».

Faute de marche pour le climat, les ONG se mobilisent autrement
© Frédéric Bisson/Flickr

Faute de marche pour le climat, les ONG se mobilisent autrement

23 novembre 2015. Si la COP21 en tant que telle a été maintenue malgré l’état d’urgence en France, la participation de la société civile sera, elle, limitée, les grands rassemblements étant interdits du 29 novembre au 12 décembre. Ainsi, la grande marche pour le climat, qui devait être un moment clé de la COP21, sera remplacée suite à l’appel de Coalition COP21, qui réunies 130 ONG, par un dépôt massif, dans les rues aux abords de la Place de la République, de chaussures symbolisant les pas des manifestants. L’organisation s’enorgueillit même de la participation de Laurence Tubiana, négociatrice en chef pour la France lors de la COP21. Mais, si la marche ne peut avoir lieu à Paris, ses marcheurs peuvent demander à être représentés, par procuration, dans la marche d’une autre manifestation, en France ou dans le monde, grâce au site March4me.org. L’Express propose une liste complète d’initiatives et d’événements auxquelles participer pour montrer son engagement citoyen.

Climat : le G20 dit sa détermination avant la COP21, non sans peine
© Palazzo Chigi/Flickr

Climat : le G20 dit sa détermination avant la COP21, non sans peine

16 novembre 2015. Réunis en G20 les 15 et 16 novembre à Antalya en Turquie, les vingt premières puissances économiques mondiales ont plaidé pour la conclusion, à la Conférence de Paris sur le climat, d'un «protocole, autre instrument ou accord ayant force juridique» qui soit «juste, équilibré, ambitieux, durable et dynamique». Cet accord devra respecter les «responsabilités différenciées et les capacités de chacun», selon le G20. Le communiqué mentionne l'objectif des 2 degrés de réchauffement maximum, «une mention en apparence consensuelle qui a pourtant fait l'objet de discussions acharnées», souligne l’article du Parisien.

Climat : Paris dévoile sa feuille de route pour réduire d’un quart ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 5 ans
© COP21

Climat : Paris dévoile sa feuille de route pour réduire d’un quart ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 5 ans

13 novembre 2015. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a présenté le 12 novembre son Plan stratégique pour la transition énergétique de la capitale, une feuille de route qui prévoit la réduction de 25% des émissions de gaz à effet de serre de la ville d’ici à 2020. La stratégie s’inscrit dans la continuité du Plan Climat énergie territorial qui avait été adopté en 2007 par le Conseil municipal et actualisé en 2012. Parmi les mesures phares de ce nouveau plan d’action, la capitale prévoit de se fournir à 100% en électricité d’origine renouvelable d’ici à 2016, l’amélioration de l’efficacité thermique de plus 55 000 logements ou des mesures de réduction de la consommation des bâtiments.

Climat et cinéma
© ARP Sélection

Climat et cinéma

13 novembre 2015. «L’Homme face au climat». C’est l’un des thèmes abordés au Forum des Images, dans le cadre du 7e festival «Un état du monde… et du cinéma», jusqu’au 22 novembre. Au programme : There Will be Blood de Paul Thomas Anderson, Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin ou encore La Terre des hommes rouges de Marco Bechis. Autant de chefs d’œuvre qui permettent de comprendre, à la lumière des analyses d’économistes, de climatologues et de journalistes, la part de responsabilité des citoyens dans le réchauffement climatique. Organisée en partenariat avec ArtCOP21, qui relaie plusieurs centaines d’initiatives culturelles engagées autour de la COP21 à travers le monde, la manifestation cinématographique prévoit également des conférences présentant des solutions innovantes pour la protection de l’environnement.

COP21 : Hollande intraitable sur l'aspect contraignant de l'accord sur le climat
© U.S. Embassy Kyiv Ukraine/Flickr

COP21 : Hollande intraitable sur l'aspect contraignant de l'accord sur le climat

12 novembre 2015. Dans un entretien accordé au Financial Times le 12 novembre, le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, a déclaré que l’accord de Paris sur le climat ne contiendra pas «d’objectifs de réduction [des émissions de gaz à effet de serre] juridiquement contraignants, comme cela avait été le cas à Kyoto». Washington tient à éviter la forme du traité qui devra, pour être ratifié, passer par le Congrès, majoritairement républicain et peu acquis aux engagements climatiques de l’administration Obama. Alors que le président français, François Hollande, a affirmé que l’accord serait contraignant ou il n’y en aurait pas, le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a jugé possible de «discuter de la forme juridique de l’accord» mais que celui-ci devra comprendre «des dispositions juridiquement contraignantes», conformément à ce qui avait été acté en 2011 à Durban.

Climat : la demande mondiale d'énergie va augmenter de 30% d'ici à 2040
© ENGIE

Climat : la demande mondiale d'énergie va augmenter de 30% d'ici à 2040

10 novembre 2015. Le rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), publié le 10 novembre, fait l’état des grands enjeux énergétiques et climatiques des 25 années à venir. L’AIE prévoit que la demande mondiale en énergie augmentera de 30% d’ici 2040 mais déclare que celle-ci est «bien moindre que la progression des richesses produites», autrement dit que «chaque point supplémentaire de PIB mondial, au fil des ans, nécessitera moins d'énergie». Si la transition énergétique est engagée avec le développement notable des énergies renouvelables - en 2040, «les renouvelables fourniront la moitié de l'électricité produite en Europe, 30% en Chine et au Japon, 25% aux Etats-Unis et en Inde» -, les énergies fossiles resteront les principales sources d’énergie à l’horizon 2040, notamment dans les pays d’Asie du Sud Est, note le rapport. D’après l’AIE, les engagements nationaux risquent de ne pas suffire à limiter la hausse de la température moyenne à 2°C d’ici la fin du siècle.

Les pauvres, premières victimes du changement climatique
© Thanh Mai Bui Duy/Flickr

Les pauvres, premières victimes du changement climatique

9 novembre 2015. Selon un rapport de la Banque mondiale, le réchauffement climatique pourrait faire basculer dans la pauvreté plus de 100 millions de personnes à l’horizon 2030. En cause, «les sécheresses, les inondations, les tempêtes dont le nombre ne fera qu’augmenter si l’on ne contient pas la hausse des températures», explique l’économiste Stéphane Hallegatte, à l’origine de l’étude. À ces dérèglements naturels, qui détruisent les récoltes, s’ajoute la multiplication de maladies telles que la diarrhée ou le paludisme. La situation dans laquelle vivent certaines populations d’Asie du Sud et d’Afrique subsaharienne est déjà critique et le déficit de financements des infrastructures dans les pays en développement s’élève déjà à 1 000 milliards de dollars par an. Pour Stéphane Hallegatte, il devient urgent de protéger les peuples démunis contre ces catastrophes annoncées grâce, notamment, à l’instauration d’une taxe carbone, au développement d’une agriculture plus résistante et à la création de fonds d’urgence.

Des ministres à Paris pour une répétition générale
© Alexander Johmann/Flickr

Des ministres à Paris pour une répétition générale

8 novembre 2015. Une soixantaine de ministres de l’Environnement et de l’Énergie internationaux se sont réunis à Paris dimanche pour préparer, trois jours durant, la conférence internationale pour un accord universel sur le climat (COP21). Premier point abordé : l’élaboration de propositions claires, à partir du texte de 55 pages obtenu fin octobre à Bonn, en Allemagne, jugé «trop long» par le Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius. Des groupes de travail ont également débattu de la question de l’équité entre pays, du niveau d’ambition de l’accord, des actions à mener avant 2020 et du financement sur la période post-2020.

Barack Obama entreprenant, les pays du Golfe récalcitrants
© ENGIE

Barack Obama entreprenant, les pays du Golfe récalcitrants

6 novembre 2015. Le Président des Etats-Unis, Barack Obama, a mis un terme au projet d'oléoduc géant Keystone XL, critiqué par plusieurs ONG car il aurait permis l’extraction de sables bitumeux. Dans le même temps, le Koweit, le Qatar, l'Iran, l'Irak et l'Arabie saoudite n’ont pas encore remis leurs contributions pour la COP21. Pourtant la situation climatique dans cette région du monde est critique, comme l’annonce notamment l’étude de Jeremy Pal, professeur à la Loyola Marymount University à Los Angeles, et Elfatih Eltahir, du Massachusetts Institute of Technology de Cambridge. D’après ces spécialistes, «des pics de température humide dans la région du Golfe, vont probablement frôler et dépasser un seuil critique» avant la fin du siècle si rien n'est fait pour inverser la trajectoire des émissions des gaz à effet de serre.

La Chine prête à agir pour lutter contre la pollution
© ENGIE

La Chine prête à agir pour lutter contre la pollution

3 novembre 2015. Lors d’une visite officielle à Pékin, organisée lundi en amont de la COP21, le Président de la République François Hollande a défini avec son homologue chinois, le Président Xi Jinping, une ligne de conduite à adopter afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre mondiales. «Les politiques énergétiques de la Chine sont réorientées vers le renouvelable et le pays a atteint son pic charbon l'année dernière avec six ans d'avance. Ils sont en train de changer leur modèle de développement. C'est un signal encourageant», a commenté Pascal Canfin, ex-ministre délégué au Développement, interrogé par Le Figaro. Une prise de conscience chinoise également saluée par le PDG d’ENGIE Gérard Mestrallet, qui a souligné au micro d’Europe 1 «un basculement du charbon au gaz» particulièrement efficace pour dépolluer les villes.

Le Grand Palais et le Bourget parés pour la COP21
© ENGIE

Le Grand Palais et le Bourget parés pour la COP21

3 novembre 2015. 200 organismes issus du milieu associatif, des scientifiques, des entreprises, dont ENGIE, et des collectivités se réuniront au Grand Palais du 4 au 10 décembre prochains, pour présenter, en marge de la COP21, leurs solutions innovantes pour lutter contre le réchauffement climatique. Au Bourget, où aura lieu la conférence internationale pour un accord universel sur le climat, le chauffage de la moitié des installations sera assuré par la filiale services énergétiques du Groupe ENGIE, partenaire de la COP21, via une chaudière alimentée par du biométhane, dont l'installation est désormais terminée.

Climat : 60 millions d'emplois potentiels d'ici 2030
© ENGIE/MIRO/MEYSSONNIER ANTOINE

Climat : 60 millions d'emplois potentiels d'ici 2030

3 novembre 2015. 15 à 60 millions de postes, contre cinq millions aujourd’hui, pourraient voir le jour dans le monde d’ici quinze ans, grâce à la croissance verte, estime l’Organisation internationale du travail (OIT). Des emplois créés notamment dans le développement des énergies renouvelables ou encore l’efficacité énergétique à laquelle, par exemple, 100 000 postes sont dédiés chez ENGIE. «La transition vers une économie verte décarbonée est une opportunité de créer des emplois, de réduire la pauvreté et les inégalités sociales», explique au Figaro Cyril Cosme, directeur du bureau de l'organisme à Paris. A contrario, le modèle économique actuel pourrait conduire à long terme à la destruction d'emplois, à des pertes de revenus résultant de la surexploitation des ressources naturelles et à d'importants coûts sociaux associés à la dégradation de l'environnement.

L’arbre, pilier naturel de la lutte contre le CO2 atmosphérique
© ENGIE/MIRO/MEYSSONNIER ANTOINE

L’arbre, pilier naturel de la lutte contre le CO2 atmosphérique

2 novembre 2015. «L’expansion des plantations d’arbres pourrait compenser 15% des émissions de carbone des combustibles fossiles dans la première moitié du XXIe siècle», estime l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), rapporte La Croix. Une solution naturelle de lutte contre le réchauffement climatique rendue possible grâce à l’écosystème forestier (arbre-sol) qui accumule d’énormes quantités de carbone dans le feuillage, les branches, le tronc, les racines et le sol, mais qui, face aux sécheresses, tempêtes, incendies et maladies pourrait bien ne plus être efficace à long terme.

Faire du climat la base d’un business model
© ENGIE/MIRO/MEYSSONNIER ANTOINE

Faire du climat la base d’un business model

26 octobre 2015. Poser les fondations d'une nouvelle culture d'entreprise qui prendrait en compte les enjeux du climat : tel est le défi à relever au sein des conseils d’administration, rapporte Les Echos. En procédant à un état des lieux entouré d’experts RSE compétents, en renouvelant les systèmes de production afin qu’ils soient plus respectueux de l’environnement et en recrutant des ingénieurs prêts à s’engager dans cette logique «verte», les entreprises peuvent arriver à ce but. L’opération «Earth on Board» a notamment été conçue pour orienter les instances dirigeantes des groupes vers une politique en faveur du développement durable. Ce changement de modèle économique est déjà en marche : tandis qu’en France, ENGIE a annoncé lors d'un séminaire stratégique de ses administrateurs à New York, qu'il ne construira plus de centrales à charbon, Slate se penche sur les initiatives des géants du Net outre-Atlantique.

Le réchauffement climatique comme source d’inspiration artistique
© JR Artist/Facebook

Le réchauffement climatique comme source d’inspiration artistique

25 octobre 2015. Plusieurs médias en ligne s’intéressent au réchauffement climatique comme source d’inspiration artistique. La Fin du Monde de Camille Flammarion, Le Monde englouti de James Graham Ballard, Le monde vert de Brian Aldiss : les premiers ouvrages de science-fiction à avoir imaginé les conséquences du réchauffement climatique sur la terre dépeignent un environnement loin d’être rassurant, rapporte France Inter. Aujourd’hui, les sécheresses et la montée des eaux inspirent l’artiste parisien JR, qui a appelé les New-Yorkais à se réunir à Elizabeth Street Garden lundi, dans le cadre du projet «7billion Witnesses». Organisé en amont de la COP21, avec la participation du réalisateur américain Darren Aronofsky (Requiem for a Dream, Black Swan), ledit projet consiste à compiler dans une vidéo plusieurs centaines de portraits pour alerter l’opinion publique quant à l’avenir de la planète, explique My French City.

Dernières négociations à Bonn : un bilan en demi-teinte
© ENGIE

Dernières négociations à Bonn : un bilan en demi-teinte

23 octobre 2015. La dernière semaine de pourparlers avant la COP21, qui s’est achevée vendredi à Bonn, en Allemagne, laisse une impression mitigée à la plupart des commentateurs. Romain Benicchio, porte-parole pour l'ONG Oxfam France parle d’«un accord ambitieux et équitable, qui souligne l'importance de l'adaptation pour les populations les plus vulnérables au changement climatique», tandis qu’Emmanuelle Réju, envoyée spéciale pour La Croix, rapporte une prise de position encourageante de l’ambassadrice sud-africaine Nozipho Mxakato-Diseko, représentante du «G 77 + Chine». Mais le texte censé faire office de base à l’accord international de décembre prochain, allongé d’une vingtaine de pages, est loin de satisfaire l'ambassadrice française Laurence Tubiana. «Nous n'avons pas réellement négocié cette semaine, nous avons clarifié les options, mais nous ne pourrons pas répéter ça la prochaine fois, vous devez être prêts à négocier à Paris dès le premier jour» a-t-elle déclaré. La question des transferts financiers entre les pays développés et les pays en développement reste par ailleurs un des principaux points de désaccord. Pour les observateurs médiatiques, la lutte contre le réchauffement climatique, à l’organisation complexe et au parcours semé d’embûches depuis ses prémices en 1988, est encore balbutiante.

Objectif 0% de carbone : l’exemple du Danemark
© Shaun Dunphy/Flickr

Objectif 0% de carbone : l’exemple du Danemark

20 octobre 2015. Dans le cadre du «Project Zero», qui vise à ne plus émettre de carbone d’ici 2029, la ville de Sonderborg, au Danemark, a déjà réduit de 30% ses émissions de CO2 en six ans. Un résultat prometteur, rapporte France Info, qui n’aurait pas été possible sans la contribution de ses 75.000 habitants : chacun d’entre eux, à son niveau, a repensé son mode de consommation et sa façon de dépenser les énergies. Les familles investissent dans des panneaux solaires et se déplacent à vélo électrique, certaines entreprises se spécialisent dans la fabrication de composants pour optimiser les systèmes de chauffages, de refroidissement et de ventilation et les autorités locales veillent à ce que les établissements publics ne soient plus «énergivores». À ce jour, il reste notamment le domaine des transports à améliorer afin que Sonderborg atteigne son objectif.

La COP21 au menu de la conférence sociale
© ENGIE

La COP21 au menu de la conférence sociale

19 octobre 2015. La conférence des Nations unies sur le climat qui aura lieu en décembre à Paris était l’un des grands thèmes abordés lors de la quatrième conférence sociale du Président de la République François Hollande, lundi, au Palais d’Iéna. «Nous avons une certaine confiance dans le résultat de cette COP21 dès lors que les Etats se sont engagés et que des contributions ont été portées» a-t-il déclaré. Il a également souligné l’impact déterminant de la transition énergétique et écologique dans l’avenir de l’industrie française : «près d’un million de personnes travaillent directement dans l’économie verte. Demain nous pensons que ce sera le double, voire le triple» a-t-il ainsi ajouté.

L’appel de la jeunesse pour sauver la planète
© Coy11.org

L’appel de la jeunesse pour sauver la planète

19 octobre 2015. Près de 5000 personnes de 18 à 35 ans sont attendues à la Conference of Youth 11 (COY11), à Villepinte, du 26 au 28 novembre prochains. Décrit par le Huffington Post comme la «grand-messe de la jeunesse sur le climat», l’événement organisé en parallèle de la COP21 propose à cette catégorie de citoyens de partager leurs idées quant à un modèle d’économie plus durable. Au programme : des ateliers, des conférences ainsi qu’un concert en guise de clôture de la manifestation. Pour le média en ligne, ce n’est pas la première fois qu’un tel mouvement prend vie chez les jeunes en France. Il cite à titre d’exemple l’ONG CliMates, qui multiplie depuis deux ans, les projets pour sensibiliser les jeunes au réchauffement climatique et à la protection de l’environnement.

COP21 : le point sur les promesses internationales
© UNclimatechange/Flickr

COP21 : le point sur les promesses internationales

18 octobre 2015. À ce jour, 149 pays sur 195 ont remis à l'ONU leurs engagements de réduction des gaz à effet de serre à l'horizon 2025-2030. Les délégations venues du monde entier sont réunies à Bonn, en Allemagne, jusqu’au 24 octobre, pour une dernière semaine de négociations autour d’une nouvelle base de travail, réduite cette fois à une vingtaine de pages. Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), se montre optimiste et décrit une situation plus positive que celle de 2009, lors des pourparlers de Copenhague. «L’accord de Paris a toujours été pensé comme un texte évolutif qui guidera l’économie mondiale pendant les deux ou trois prochaines décennies. Les contributions des Etats sont une base, pas un plafond. Il y a un consensus croissant en faveur d’un mécanisme de révision de ces ambitions tous les cinq ans. Ce texte, c’est un cheminement», confie-t-elle à Libération.

La réduction des injustices climatiques, enjeu clé de la COP21
© ENGIE

La réduction des injustices climatiques, enjeu clé de la COP21

15 octobre 2015. Pour Alain Ayong Le Kama, professeur d’économie à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, et président de l’Association française des économistes de l’environnement et des ressources naturelles, la COP21 devrait inciter les pays engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique, à venir en aide aux Etats les plus touchés par le phénomène, et notamment ceux d’Afrique, dont la contribution aux émissions de gaz à effet de serre est inférieure à 4% du total mondial. Pour ces pays «vulnérables», explique-t-il, il s’agit d’accomplir un «devoir historique» car ce sont les pays du Nord et non ceux du Sud, qui polluent le plus la planète depuis la révolution industrielle. Alain Ayong Le Kama doute que ce principe de «responsabilité commune», bien qu’il soit plein de «bon sens» sera adopté lors de la conférence internationale de décembre prochain.

 Du 6 au 25 octobre, embarquez dans le «train du Climat»
© Reuters/Charles Platiau

Du 6 au 25 octobre, embarquez dans le «train du Climat»

Du 6 au 25 octobre 2015. Il traversera 19 villes de France, pour sensibiliser et expliquer le changement climatique, à l’approche de la COP21. Ses six voitures sont occupées par une quarantaine de «messagers du climat» tous scientifiques, présents pour informer mais également pour ouvrir le débat et inviter les visiteurs de tous âges à se forger leur propre opinion sur le réchauffement climatiques, ses conséquences et les actions à mener. Une idée née lors d’une discussion entre des scientifiques toulousains : face aux besoins d’information de la population française sur ces enjeux, les événements de la COP21 ne pouvaient se cantonner à la seule région parisienne. Marseille, Lyon, Caen, Lille, Nancy, Clermont-Ferrand, Nantes, dans chaque ville le train sera accompagné d’évènements spécifiques. Pour le suivre, cliquez ici.

Réchauffement climatiques et biodiversité, quelles conséquences ?
© Flickr

Réchauffement climatiques et biodiversité, quelles conséquences?

13 octobre 2015. Gilles Bœuf est biologiste, spécialiste de la biodiversité marine et, depuis quelques mois, accompagne Ségolène Royal sur toutes les questions de climat et particulièrement sur la préparation de la COP21. Dans Challenges, il dresse une liste des impacts déjà constatés du réchauffement climatique sur la biodiversité, et de ceux auxquels on peut s’attendre : migration des espèces, acidification et transformation des océans, etc. Gille Boeuf rappelle que le problème est moins le changement climatique en soit que sa rapidité, et donc l’incapacité de la faune et de la flore à s’y adapter. «Entre 1970 et 2012, 49% de tous les animaux vertébrés ont disparu. Les glaciers du Pérou ont plus fondu ces 40 dernières années que sur les trois derniers siècles.» Mais que peut faire la COP21 pour lutter contre ces  bouleversements massifs et en chaîne ? Permettre une prise de conscience tout d’abord, car il est encore temps d’agir pour le climat. Seulement pour le biologiste, ce ne sera qu’un début : «il faudra ensuite s'attaquer aux 6 autres plaies écologiques qui sont le productivisme agricole, le gaspillage de l'eau, la surexploitation des stocks, la déforestation, l'effondrement de la biodiversité et la pollution.»

Climat : les rapports du GIEC sont-ils compréhensibles ?
© Arnaud-Bouissou/Flickr

Climat : les rapports du GIEC sont-ils compréhensibles ?

12 octobre 2015. Optimiser les rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) pour faciliter le consensus des décideurs politiques sur les grands enjeux du climat. C’est la proposition d’un groupe de scientifiques européens qui a passé au crible d’un outil d’analyse linguistique les précieux «résumés à l’intention des décideurs » du GIEC. Des rapports d’évaluation produits qui sont les éléments centraux de toutes les discussions scientifiques et politiques sur le climat depuis leur première parution en 1990. Pour ce groupe, dirigé par Ralf Barkemeyer, professeur à Bordeaux, ces rapports seraient cependant peu compréhensibles sans diplômes en science du climat et pire, seraient de «complexité croissante». Un problème loin d’être anecdotique :« Les résumés du GIEC sont si difficiles à comprendre qu’il peut y avoir beaucoup d’interprétations différentes sur le même point, précise Ralf Barkemeyer. Ils peuvent être facilement mal interprétés, par exemple par des climato-sceptiques». Le GIEC a cependant fait des efforts de pédagogie auprès des dirigeants précise l’article et la complexité des rapports ne peut, à elle seule, justifier une quelconque inaction politique sur le sujet, rappelle Le Monde. Ces efforts devraient continuer puisque le GIEC vient d’élire à sa tête l’économiste sud-coréen Hoesung Lee qui a inclus, parmi les 4 priorités de son mandat, l’amélioration des communications du Groupe. L’objectif ? Qu’elles soient, certes plus intelligibles, mais aussi plus efficaces pour informer le grand public.

Buzz et climat, la bonne recette pour engager les jeunes ?
© Fondation Nicolas Hulot/Flickr

Buzz et climat, la bonne recette pour engager les jeunes ?

8 octobre 2015. Il n’est plus à présenter : depuis une semaine, Nicolas Hulot fait le «buzz» avec son clip d’appel à signature de sa pétition «Osons». Avec cette vidéo, réalisée en collaboration avec Golden Moustache, célèbre studio de production de vidéos sur le web, et comptant à son générique parmi les youtubeurs les plus populaires actuellement, la Fondation Nicolas Hulot cherche avant tout à interpeller les jeunes. Libération revient sur ce coup de com' réussi alors que paraissait quasi-simultanément une étude constatant que 67% des 15 à 30 ans n’avaient «pas du tout» entendu parler de la COP21. S’il n’est pas connu à ce jour, le nombre de signataires a certainement battus des records. L’on peut cependant s’interroger, comme le fait Libération, sur le message réellement retenu par les jeunes, ou les nombreux signataires médiatiques. L’engouement se traduira-t-il par des actions ?

Climat : un projet d’accord sur la table des négociateurs
© ENGIE

Climat : un projet d’accord sur la table des négociateurs

6 octobre 2015. Après une trentaine de réunions en un mois, les deux coprésidents des négociations climatiques, Ahmed Djoghlaf et Dan Reifsnyder, sont parvenus à rédiger une base de réflexion pour le sommet international prévu à Paris en décembre. Rendu publique par le secrétariat de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), ce document préparatoire s’articule en une série de trois textes : un projet d’accord de vingt pages pour la COP21, un projet de décisions de trois pages couvrant la période pré-2020 et une note de scénario précisant la méthode de travail choisie. Si Thomas Spencer, directeur de programme énergie et climat à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri) salue «un assez bon équilibre entre les positions différentes des parties […] qui permettra de faire un autre pas vers la bonne direction.», certaines ONG regrettent l’absence de références aux énergies renouvelables et à la faim qui sévit dans certaines régions du monde.

COP21 : la contribution de l’Inde décevante
© Sayamindu Dasgupta/Flickr

COP21 : la contribution de l’Inde décevante

5 octobre. L’Inde, troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre, a déposé vendredi sa contribution pour atteindre l’objectif de la COP21. Le Premier ministre Narendra Modi a promis de réduire de 33 à 35% les émissions de dioxyde de carbone par point de PIB d’ici 2030, en investissant dans le solaire et le nucléaire, mais il entend aussi doubler le nombre de centrales thermiques, pour répondre à la forte croissance de son économie. En conséquence, les émissions de gaz à effet de serre devraient encore doubler d’ici 2030. Aux vues des autres contributions apportées à ce jour dans le reste du monde, de nombreux commentateurs estiment que l’objectif de la COP21 est encore loin.

Les violentes intempéries dans les Alpes-Maritimes sont-elles dues au réchauffement climatique ?
© ENGIE

Les violentes intempéries dans les Alpes-Maritimes sont-elles dues au réchauffement climatique ?

4 octobre 2015. Pour Philippe Drobinski, directeur de recherches au CNRS, on ne peut pas attribuer les très violents orages qui se sont abattus, samedi 3 octobre au soir, sur les Alpes-Maritimes au changement climatique car «on manque encore de recul». En revanche, ce type d’événements risque de devenir plus fréquent et plus intense dans un contexte de réchauffement climatique. La situation est encore plus complexe aux yeux du spécialiste, dans le cas précis de l’arc méditerranéen. D’un côté, les températures augmentant, le climat devient de plus en plus aride et il pleut moins en moyenne. Et de l’autre, avec la chaleur, davantage d’eau s’évapore de la Méditerranée, qui est ensuite retenue dans l’atmosphère et conduit à une intensification des précipitations intenses. Le projet HyMex, dirigé par Philippe Drobinski et soutenu par Météo France, vise à comprendre comment ces épisodes dits «cévenols» fonctionnent d’une année sur l’autre, notamment du point de vue de l’impact du changement climatique.

L’architecture, alliée de la lutte contre le changement climatique
© ENGIE

L’architecture, alliée de la lutte contre le changement climatique

2 octobre 2015. À l'occasion du Jour mondial de l'architecture, dont le thème est, cette année, le climat, Esa Mohamed, président de l'Union Internationale des Architectes (UIA), a rappelé le rôle déterminant des professionnels de l’urbanisme dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans un contexte où les bâtiments représentent 32% de la consommation mondiale d'énergie et presque 20% des émissions totales de gaz à effet de serre et où 50% de la population mondiale vivra dans les villes et les zones urbaines en 2020, les architectes doivent «concentrer leur énergie et leur créativité au développement de l'utilisation des énergies renouvelables». À l’échelle des villes, des plans sont déjà mis en place tels que la New York City 80x50 strategy outre-Atlantique, la certification Green Mark à Singapour ou encore la stratégie d’adaptation aux risques climatiques en France, soumis mardi 29 septembre au Conseil de Paris par la maire de la capitale Anne Hidalgo.

Près de 3 jeunes sur 4 ne croient pas au succès de la COP21
© ENGIE

Près de 3 jeunes sur 4 ne croient pas au succès de la COP21

29 septembre 2015. Selon un sondage d'Odoxa pour les Presses universitaires de France (PUF) rendu public mardi, 71% des personnes âgées de 15 à 30 ans sont convaincues que la conférence mondiale sur le climat à Paris, qui tentera de sceller un accord pour limiter le réchauffement planétaire en décembre, ne parviendra pas à atteindre ses objectifs. Une majorité de jeunes (66%) pense pourtant que «nous pouvons encore éviter le pire» en matière climatique. 53% plébiscitent les associations et les ONG, jugées «à la hauteur» contrairement aux Etats, pour faire face aux enjeux du réchauffement. 39% des jeunes estiment qu'il faut «forcer les entreprises à diminuer leurs émissions de CO2 sous peine de sanctions» et 34% qu'il faut «changer totalement notre mode de vie et prôner la décroissance».


© Philippe GRATIER de SAINT LOUIS/Flickr

Le commerce des produits «verts», allié du climat ?

28 septembre 2015. À deux mois de la COP21, Le Monde s'interroge sur les « freins » qui empêchent le développement des technologies ayant le coût par tonne de CO2 évitée le plus bas. Premier obstacle : la question du transport. Pour les auteurs de l'article, on ne devrait pas s'inquiéter des conséquences du transport de ces produits sur la planète : «il est plus efficace du point de vue climatique de consommer des tomates acheminées par bateau et produites au Maroc que des tomates cultivées en France dans des serres chauffées puis transportées en brouette !». La réduction, voire la suppression, des droits de douane qui pèsent par ailleurs sur ces produits et actuellement négociée par l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), est à leur yeux un enjeu de taille dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Climat : les entreprises font entendre leurs voix
© ENGIE

Climat : les entreprises font entendre leurs voix

27 septembre 2015. Plusieurs représentants de grandes entreprises se sont réunis les 26 et 27 septembre à New York pour la 7e édition de la «Climate Week» afin de marquer l’engagement des entreprises dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ce «Business Dialogue», une structure pilotée par le Président Directeur Général d’ENGIE, Gérard Mestrallet, fait suite à une première réunion qui s’est tenue à Paris, en mai dernier, dans le cadre du «Business & Climate Summit». Les échanges ont notamment porté sur les mécanismes de tarification du carbone et plusieurs multinationales américaines se sont engagées à n’utiliser, à terme, que des énergies renouvelables dans le cadre de l’initiative RE100. Par ailleurs, selon l’étude du cabinet américain Arabella, le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a dépassé 2 300 milliards d’euros. Cette annonce est d’autant plus significative qu’un rapport rendu public le 21 septembre par l’OCDE tire la sonnette d’alarme et chiffre à près de 442 milliards d’euros les moyens fournis par les gouvernements en faveur des énergies fossiles alors que celles-ci seraient responsables de 80% des émissions mondiales de CO2.

Climat : des avancées lors du sommet Obama- Xi Jinping
© Global Panorama/Flickr

Climat : des avancées lors du sommet Obama- Xi Jinping

26 septembre 2015. Les présidents Barack Obama et Xi Jinping ont signé le 25 septembre, à l’occasion d’une visite d’Etat du président chinois à la Maison Blanche, une déclaration commune dans laquelle les Etats-Unis et la Chine précisent leurs engagements pour réduire leurs émissions. Les deux pays les plus pollueurs de la planète ont ainsi confirmé leur volonté d’avancer concrètement dans la lutte contre le réchauffement climatique et d’accélérer la transition vers une « économie bas carbone ». La Chine s’est engagée à mettre en place un marché national de quotas de CO2 en 2017 et à débloquer 3,1 milliards de dollars pour aider les pays en développement à lutter contre le réchauffement climatique. Les Etats-Unis ont réaffirmé leur contribution de 3 milliards de dollars pour le fonds vert, annoncée en 2014, et ont rappelé leur engagement de réduire de 32% leurs rejets polluants d’ici à 2030 conformément au «Clean Power Plan».

Les dix-sept objectifs de l’ONU pour une planète durable
© Palazzo Chigi/Flickr

Les dix-sept objectifs de l’ONU pour une planète durable

25 septembre 2015. Les Nations Unies ont adopté, lors de la 70e Assemblée générale des Nations Unies le 25 septembre, de nouveaux objectifs de développement durable pour mettre fin à la pauvreté d’ici à 2030 et préserver la planète. Ces 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) feront suite aux 8 Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), adoptés en 2000 et qui prennent fin cette année. Ce nouvel agenda international inclut les enjeux climatiques comme objectifs à part entière, ce qui constitue un signal positif en vue de la Conférence sur le climat. Par ailleurs, le président français a annoncé devant l’Assemblée générale de l’ONU que la contribution de la France aux financements pour le climat passerait de 3 milliards de dollars à plus de 5 milliards par an en 2020. Ces engagements internationaux sont importants alors que près de trois jeunes Français sur quatre se déclarent pessimistes sur les chances de succès de la COP21, quand bien même ils sont 76% de Français à estimer que le dérèglement climatique constitue «une menace sérieuse», selon le Baromètre annuel de l’Agence Française de Développement.

Villes et régions s’engagent aussi pour le climat
© ENGIE

Villes et régions s’engagent aussi pour le climat

25 septembre 2015. À quelques semaines de la Conférence mondiale sur le Climat, 14 collectivités du monde entier, parmi lesquelles l’Ecosse, New-York, Mexico ou la région Rhône-Alpes, se sont engagées à réduire considérablement leurs émissions de gaz à effets de serre : de 80% à 95% par rapport au niveau de 1990 d’ici à 2050. Les collectivités impliquées dans ce «Protocole d’entente en dessous de 2» ou «Under 2 MOU», lancé en mai dernier à l’initiative de l’État de Californie et de la région allemande du Bade-Wurtemberg, sont désormais 38 au total. Ces engagements pris à l’échelle locale marquent l’ambition commune des villes et des régions de jouer un rôle décisif dans la lutte contre le changement climatique. C'est d’ailleurs dans cette optique que la maire de Paris, Anne Hidalgo, organise, le 4 décembre 2015 au Bourget, un «Sommet des gouvernements locaux pour le climat» en marge de la COP21 qui devrait rassembler plus de mille élus locaux afin de présenter une déclaration commune aux chefs d'Etat.

Pourquoi le changement climatique est-il si difficile à comprendre ?
© ENGIE

Pourquoi le changement climatique est-il si difficile à comprendre ?

20 septembre 2015. Annamaria Lammel, membre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), anthropologue et psychologue cognitive à l'Université Paris 8, s’est interrogée sur la capacité des individus à comprendre et à s’emparer de la question climatique. Interviewée par Sciences et Avenir, la chercheuse explique notamment que les perceptions varient selon l’origine géographique : un Parisien, qui «subit chaque année le retour du froid hivernal», s’inquiètera moins du réchauffement climatique qu’un Guyanais qui vit sous une chaleur de 27°C la plupart du temps. De par leur culture, certaines populations redoutent des conséquences néfastes du réchauffement climatique pour les générations futures, alors que d’autres ne s’en soucient pas, sous prétexte qu’ils ne seront plus de ce monde. Avec l’opération #maplanète2050, France Info donne la parole aux plus jeunes, particulièrement préoccupés par ces questionnements. Une première rencontre à Bordeaux nous invite à suivre la réalisation d’un court-métrage sur le thème de l’eau, par une classe de 5e imaginant un futur «entre espoir et crainte».

Les transports en commun, héros de la COP21
© Roman Lashkin/Flickr

Les transports en commun, héros de la COP21

19 septembre 2015. «Bougez autrement», telle est la devise de la Semaine européenne de la Mobilité qui a débuté samedi, en parallèle des Journées européennes du patrimoine. Labellisée COP21, cette initiative encourage les citoyens à privilégier les transports en commun pour garantir un avenir plus propre à la planète et limiter le réchauffement climatique. Journée des vélo-écoles, Journée du transport public, Journées Nationales des Voies Vertes et Journée Nationale de la qualité de l’air : ces rendez-vous mettent en lumière des solutions de mobilité durable, qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre tout en restant économiques pour les utilisateurs. Le 27 septembre aura également lieu dans la capitale la première «Journée sans voiture» en faveur de la lutte contre la pollution, de la santé des Parisiens, de la transition énergétique et de la modification des comportements individuels.

L'Europe et l’ONU parés pour la lutte contre le réchauffement climatique
© ENGIE

L'Europe et l’ONU parés pour la lutte contre le réchauffement climatique

18 septembre 2015. Les 28 Etats membres de l’Union Européenne se sont entendus vendredi pour réduire «d'au moins 40 %» leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport au niveau de 1990 puis de 50% en 2050. Ils ont également décidé de soutenir un mécanisme de vérification et de révision, qui serait activé tous les cinq ans, pour s'assurer que la planète «reste sur les rails de la COP21», rapporte Le Figaro. L’ONU leur a emboîté le pas lundi : 64 pays ont annoncé des plans d’action pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, vivement encouragés par la principale responsable du Climat de l’institution, Christiana Figueres. Augmenter l’ambition de ces Etats en amont de la COP21, c’est aussi le souhait de l’ancienne présidente de l’Irlande, récemment nommée «envoyée spéciale pour le changement climatique» par l’ONU, Mary Robinson. Interviewée par La Croix, celle-ci explique l’importance d’adopter 17 nouveaux objectifs de développement durable, le 26 septembre prochain, pour éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous.

La contribution des agences spatiales à la COP21
© NASA's Marshall Space Flight Center/Flickr

La contribution des agences spatiales à la COP21

18 septembre 2015. «Sur les 50 variables climatiques essentielles définies par le Global Climate Observing System, 26 ne sont observables que depuis l’espace», ont déclaré les chefs d’Agences spatiales, réunis vendredi lors d’un sommet au Mexique. À leurs yeux, les satellites sont des outils indispensables dans l’observation du changement climatique et peuvent être particulièrement efficaces pour mieux en mesurer les causes. Pour exemple, le satellite Merlin, dont le lancement est prévu en 2020, permettra de déterminer l’origine des émissions de gaz carbonique, responsables du réchauffement climatique. Ce type de mesures serait fort utile pour mieux contrôler, à l’avenir, les engagements des pays, dans le cadre de la Convention Climat de l'ONU.

COP21 : le compte à rebours a commencé
© Le Figaro

COP21 : le compte à rebours a commencé

16 septembre 2015. Le président de la République François Hollande a donné jeudi dernier le coup d’envoi de la mobilisation française pour la COP21, en présence de nombreux ministres et personnalités. Cette intervention très médiatisée, et relayée sur les réseaux sociaux via le hashtag #GoCop21, est l’occasion pour Le Figaro.fr de faire le point sur les promesses des pays engagés pour un accord universel sur le climat. Une infographie publiée dans le média en ligne montre notamment l’UE en «bonne élève» qui souhaite baisser ses émissions de 40% par rapport à leur niveau de 1990 (année de référence) à horizon 2030 (année d'objectif), tandis que les États-Unis n'envisagent qu'une baisse de 30% par rapport au niveau de 2005 à horizon 2025. 1000 collégiens français participent aussi au lancement de la COP21, en se réunissant à l’Auditorium de la Maison de la Radio le 3 novembre prochain, pour présenter leurs propositions autour de personnalités politiques et économiques, dans le cadre de l’opération #maplanète2050 lancée par France Info.

L’art au service de la planète
© Mairie de Paris

L’art au service de la planète

15 septembre 2015. Un monument composé de blocs de glace sur le parvis de l’Hôtel de Ville, un rideau d’eau pour délivrer des messages éphémères sur le pont de la rue de l’Aqueduc ou un nuage de polystyrène sur lequel des acrobates rebondiront à près de 12 mètres de hauteur rue Belliard : à Paris, la 14e Nuit Blanche mettra la COP21 à l’honneur, le 3 octobre prochain. À Bordeaux, c’est en musique que la lutte contre le réchauffement climatique a été célébrée par les artistes, lors du Festival Océan Climax, le week-end dernier. L’accord universel sur le climat a par ailleurs son timbre officiel. Conçu par une étudiante de l’Ecole supérieure d’art et design de Saint-Etienne, il représente une plante naissante dont les racines dessinent la tour Eiffel, comme le symbole du lien fort entre la nature, l’homme et la civilisation.

Négociations climat : «des zones de convergence identifiées»
© Parti socialiste/Flickr

Négociations climat : «des zones de convergence identifiées»

7 septembre 2015. En amont de la COP21, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a reçu dimanche et lundi une quarantaine de ministres étrangers à Paris. L’objectif de cette rencontre ? Clarifier certains points des futures négociations climatiques, qui demeurent à ce jour en suspens, alors que la difficulté et la lenteur des négociations a fait l’objet de vives critiques lors de la réunion des négociateurs à Bonn qui  s’était achevée, le 4 septembre. La question du financement devient notamment urgente, comme l’a également souligné le Président de la République François Hollande lors de sa conférence de presse. Pour la Fondation Nicolas Hulot, qui publie régulièrement le thermomètre des engagements sur le climat, beaucoup d’efforts restent à faire dans la lutte contre le réchauffement climatique. Un rapport de l'OCDE, avec «une vraie clarté sur les chiffres et les méthodologies» sera présenté le 9 octobre à la réunion du FMI et de la Banque mondiale. Demandé par la France et le Pérou, il «permettra de situer où nous en sommes», a déclaré Laurent Fabius à l’issue de la réunion ministérielle.

Les réseaux intelligents seront-ils à la table des négociations ?
© Worklife siemens/Flickr

Les réseaux intelligents seront-ils à la table des négociations ?

7 septembre 2015. Miser sur les smart grids pour lutter contre le réchauffement climatique. Voici l’une des problématiques qui pourrait être abordée lors du sommet de la COP21, en décembre prochain, et à laquelle le site grenneetvert.fr consacre un article. Du fait de leur faible impact écologique, les réseaux intelligents         représentent une opportunité sérieuse pour développer le recours aux énergies renouvelables dans la consommation électrique. Big Data, systèmes permettant de faciliter le transport des citoyens ou de piloter à distance des éoliennes : ce type de solutions respectueuses de l’environnement, et de plus en plus utilisées en France, ont un fort potentiel pour garantir, à long terme, une planète plus verte.

 L’appel de détresse des îles du Pacifique
© ENGIE

L'appel de détresse des îles du Pacifique

5 septembre 2015. Quinze membres du Forum des îles du Pacifique (FIP) se sont réunis durant une semaine à Port-Moresby, la capitale de Papouasie-Nouvelle-Guinée, afin d’attirer l’attention des participants à la COP21 sur la montée des eaux liée au réchauffement climatique, qui risque de les engloutir dans les prochaines années. «Ce qui se passe en ce moment n'est pas uniforme, mais c'est rapide, extrême et destructeur», alerte le président des Palaos, Tommy Remengesau, à la tête du FIP. L'Australie et la Nouvelle-Zélande sont particulièrement attendues, du fait de leurs minces efforts, à ce jour, pour limiter leurs émissions de gaz à effet de serre.

Les cultivateurs pauvres, premières victimes du climat
© ENGIE

Les cultivateurs pauvres, premières victimes du climat

2 septembre 2015. Dans une tribune publiée dans Les Echos, Bill Gates, le cofondateur de Microsoft, met en lumière les difficultés rencontrées par les agriculteurs des pays en développement, pour lesquels le réchauffement climatique «vient ajouter une nouvelle couche de risque à leur vie». Pour lui, leur venir en aide, en leur apportant notamment de meilleurs outils de travail, devient d’autant plus urgent que d'ici 2050, la demande mondiale en nourriture augmentera de 60%. De son côté, le Cirad, organisme français de recherche et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes, se penche sur «le programme 4 pour 1000» initié en France lors de la conférence Our common future under climate change et qui vise à accroître de 0,4% par an les stocks de carbone dans les sols, pour pallier aux émissions de CO2. Ici, les paysans sont non seulement à protéger, mais ont aussi un rôle déterminant à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique, en renouvelant leurs pratiques.

COP21 à Paris : un semestre riche en événements
© Moyan Brenn/Flickr

COP21 à Paris : un semestre riche en événements

1er septembre 2015. Jusqu’au 3 septembre se déroule à Paris le Congrès Smart Countries & Cities, qui réunit sous la direction du Ministres des Affaires Etrangères Laurent Fabius et de la Secrétaire d'Etat au Numérique Axelle Lemaire, des décideurs clés des collectivités et gouvernements, ainsi que des experts, autour de la gestion intelligente de l’énergie et de la ville de demain. Près de 200 autres événements seront organisés par la suite dans la capitale, en amont du sommet international sur le climat. Les Parisiens pourront par exemple réaliser un court-métrage en faveur d’une planète plus verte d’ici le 28 septembre, dans le cadre du Mobile Film Festival.

Climat : la mise en garde de Barack Obama en Alaska et les Pays-Bas dans le collimateur de La Haye
© ENGIE

Climat : la mise en garde de Barack Obama en Alaska et les Pays-Bas dans le collimateur de La Haye

31 août 2015. «Nous n’agissons pas assez vite». Tels sont les mots prononcés par le Président des Etats-Unis Barack Obama lundi à Anchorage, en Alaska, lors d’une conférence internationale sur l’Arctique. Entouré des représentants des huit pays riverains de cet océan, le dirigeant américain a tiré la sonnette d’alarme face à la «menace urgente et grandissante» que représente le réchauffement climatique. Il a souligné l’importance des recherches scientifiques sur le sujet, dont les conclusions ne doivent plus, à ses yeux, être ignorées. Aux Pays-Bas, le gouvernement souhaite de son côté contester le jugement de la Cour pénale internationale, rendu le 24 juin, qui demandait une réduction de 25% des émissions par rapport aux niveaux de 1990 d'ici à 2020. Le pays avait réduit ses dépenses en faveur des énergies vertes au cours de la crise financière et sa consommation de charbon a atteint un record en début d’année.

Comment les éruptions volcaniques influencent-elles le climat ?
© Olivier Michaut/Flickr

Comment les éruptions volcaniques influencent-elles le climat ?

29 août 2015. Des chercheurs de l’université de Genève (Unige), de l’Institut de recherche pour le développement (IRD), du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et du Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ont constaté que les éruptions volcaniques, qu’elles soient massives ou de faible magnitude, ont un impact sur le climat. Ces éruptions volcaniques, du fait du nuage de gaz expulsé, qui vient bloquer les rayons du soleil une fois présent dans la stratosphère, peuvent engendrer une baisse de température plus ou moins importante. Toutefois, ce refroidissement de la surface de la Terre ne semble pas persister plus de trois ans, rapporte l’étude. Les éruptions volcaniques peuvent être aussi néfastes pour le climat, du fait qu’elles augmentent le nombre de particules fines présentes dans l’atmosphère, déjà saturée par le CO2 et autres polluants issus de l’activité humaine, explique BFM TV.

La Nasa juge inévitable une montée des océans d’un mètre d’ici 100 à 200 ans
© Billy Brown/Flickr

La Nasa juge inévitable une montée des océans d’un mètre d’ici 100 à 200 ans

26 août 2015. La fonte des glaces et la montée du niveau des eaux qui l’accompagne sont beaucoup plus rapides que prévu. Tel est constat annoncé par la Nasa, mercredi 26 août. Pour l’expert Steve Nerem à la tête de l’étude, «il est pratiquement certain que nous aurons une augmentation du niveau des mers d’au moins un mètre, et probablement davantage, sans toutefois savoir si cela arrivera dans le siècle à venir ou sur une période plus longue». Michael Freilich, directeur de la division Sciences de la Terre au siège de la Nasa ajoute : «certaines îles du Pacifique pourraient être entièrement éliminées et des grandes villes comme Dhaka, au Bangladesh, Singapour ou Tokyo seront grandement touchées». Le photographe slovène Ciril Jazbec, lauréat des Rencontres d'Arles en 2013, met en lumière les conséquences de cette montée des eaux sur l’île de Kiribati, en plein milieu de l'océan Pacifique, à travers une série publiée sur le site The Khooll, où il appelle les citoyens du monde à agir contre le réchauffement climatique.

Climat: l'UE exhorte de grands pays émergents à soumettre leurs objectifs
© La Moncloa Gobierno de España/Flickr

Climat : l'UE exhorte de grands pays émergents à soumettre leurs objectifs

20 août 2015. Le commissaire européen chargé du Climat, Miguel Arias Cañete, a exhorté le 20 août, lors d’une conférence de presse à Bruxelles, plusieurs grands pays - dont le Brésil, l'Inde ou la Turquie - à soumettre « sans délai » leurs objectifs de réduction d'émissions de carbone, à l'approche de la conférence internationale sur le climat (COP 21) prévue à la fin de l’année à Paris. A ce jour, 56 pays, représentant 61% des émissions mondiales, ont déjà présenté leurs objectifs de réduction de rejets de gaz carbonique. Le commissaire européen a également regretté que «les discussions techniques soient sérieusement à la traîne des discussions politiques» et a rappelé l'objectif «ambitieux» de l'Union européenne : une réduction de 40% des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990.

Des responsables religieux se réunissent pour le climat
© ENGIE

Des responsables religieux se réunissent pour le climat

19 août 2015. A l’occasion d’un congrès sur le changement climatique à Istanbul, qui a rassemblé décideurs politiques, leaders religieux et universitaires de vingt pays musulmans le 18 août, la première déclaration islamique sur les changements climatiques a été adoptée. Cette déclaration, qui fait écho à l’encyclique du pape François sur le climat adopté en juin dernier, lance un appel pour que les musulmans du monde entier travaillent à la réduction de leurs émissions de carbone et sollicite les pays producteurs de pétrole à réduire leurs productions de combustibles fossiles. La rencontre a été saluée par la responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres, qui a déclaré que ce type d’événement était indispensable pour une prise de conscience collective.

Changement climatique : les pays africains s’engagent progressivement
© ENGIE

Changement climatique : les pays africains s'engagent progressivement

20 août 2015. Faibles émetteurs de CO2, mais principales victimes du réchauffement climatique, les 54 pays africains espèrent arriver à déterminer une position commune qui leur permettra de peser vraiment lors des débats de la Conférence Climat de Paris qui s’annoncent d’ores et déjà difficiles. Le Kenya, la RDC, Djibouti et le Bénin sont les quatre premiers pays à avoir annoncé leurs plans de réduction des gaz à effet de serre. L’engagement le plus significatif revenant à Djibouti avec une réduction de 40% de ses émissions de gaz à effet de serre, en développant les énergies renouvelables. Développement des économies vertes et bleues, protection et reboisement des forêts, les défis qui attendent le continent sont nombreux.  Lors d’une conférence en mai les directeurs des départements de recherches environnementales des universités américaines de Yale et Berkeley sont venus annoncer une augmentation de la température sur le continent de 7°C d’ici à 2100 rapporte Jeune Afrique.

Les forêts du globe malades du réchauffement climatique
© ENGIE

Les forêts du globe malades du réchauffement climatique

20 août 2015. La revue Science vient de publier un numéro dédié à la «santé des forêts» avec ce constat alarmant : bien qu’elles aient «survécu à d’importants changements climatiques par le passé», les forêts doivent aujourd’hui faire face à des bouleversements «trop rapides pour que leur processus d’adaptation suive le rythme». Les surfaces sylvestres couvrent 30% de la superficie des terres émergées, et les forêts tropicales constituent à elles seules le principal foyer de biodiversité mondial. Menacées par le réchauffement climatique et la baisse des précipitations mais aussi par les déforestations massives, leur modification va avoir pour conséquence «de hauts niveaux d’extinction de populations» d’après les auteurs de l’étude. En attendant que qu’elles deviennent un sujet de la COP21, les scientifiques préconisent d'établir un suivi des terres boisées les plus vulnérables et encouragent les Etats à mener une politique globale de gestion des forêts.

La loi sur la transition énergétique validée par le Conseil constitutionnel
© Tireloup/Flickr

La loi sur la transition énergétique validée par le Conseil constitutionnel

14 août 2015. Le Conseil constitutionnel a validé jeudi 13 août la loi sur «la transition énergétique pour la croissance verte», qui prévoit notamment le passage de la part du nucléaire dans la production d’électricité de 75 à 50% à l’horizon 2025. La ministre de l’Ecologie Ségolène Royal s’est réjouit de «l’aboutissement d’un an de travail» et de voir se dessiner «un cadre clair aux entreprises qui souhaitent investir dans la croissance verte». Cependant sur les soixante articles de la loi, pensés pour établir un système énergétique plus sobre et plus durable, trois ont été retoquées par le Conseil constitutionnel : celles portant sur le gaspillage alimentaire, la rénovation énergétique des bâtiments et la réduction des gaz à effet de serre dans la grande distribution.

En huit mois, l’humanité a épuisé les ressources annuelles de la planète
© ENGIE

En huit mois, l’humanité a épuisé les ressources annuelles de la planète

13 août 2015. En 225 jours au lieu de 365, les habitants du monde entier ont déjà consommé toutes les ressources de la Terre pour l’année 2015. Pour l’ONG américaine Global Footprint Network, à l’origine de ce calcul symbolique, ce «Jour du dépassement de la planète» survient malheureusement de plus en plus tôt dans l’année depuis 1970. Ainsi en quinze ans, il a été avancé de plus de sept semaines, passant du 4 octobre au 13 août. Selon le vice-président de l’ONG Sébastian Winckler, pour lequel la France «fait figure de bonne élève», l’accord discuté lors de la COP21 en décembre prochain et notamment le développement de solutions pour augmenter la «biocapacité» de la planète, via l’agriculture urbaine, permettraient de faire reculer ledit Earth Overshoot Day.

Les modestes ambitions de l’Australie pour le climat
© David Jackmanson/Flickr

Les modestes ambitions de l’Australie pour le climat

11 août 2015. Le premier ministre australien Tony Abbott a annoncé mardi que son pays réduira de 26 à 28% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport au niveau de 2025. En comparant l’objectif de l’Australie à ceux des autres pays membres de la COP21, le chef de gouvernement a déclaré : «Nous ne sommes pas en tête, mais nous ne sommes certainement pas à la traîne». Pour plusieurs ONG, cet engagement est loin d’être suffisant. Pour le groupe de recherche Climate Council, «il ne représente pas une contribution équitable au regard de l’effort mondial pour garder le réchauffement climatique sous contrôle». L’organisation Oxfam attendait une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 65% tandis que pour le WWF, qui souligne des périodes de sécheresse à répétition et des cyclones plus fréquents et violents en Australie, «si tous les pays fournissaient le même niveau d’effort, le monde pourrait se préparer à un réchauffement de 3 à 4 degrés».

Le plan «inédit» de Barack Obama pour lutter contre le réchauffement climatique
© The U.S. Army/Flickr

Le plan «inédit» de Barack Obama pour lutter contre le réchauffement climatique

4 août 2015. Le président des Etats-Unis Barack Obama a présenté lundi un ensemble de mesures visant à lutter contre la «grande menace» que représente à ses yeux le changement climatique. Elaborées en 2014 dans le cadre du plan américain pour une énergie propre (America’s Clean Power Plan), ces mesures ont notamment pour objectif la réduction d’ici à 2030, de 32% des émissions de gaz à effet de serre liées à la production d’électricité aux Etats-Unis, par rapport au niveau de 2005. Une grande première saluée par le dirigeant de l’Hexagone François Hollande qui y voit un acte courageux et «une contribution majeure au succès de la Conférence de Paris sur le changement climatique», rapporte L’Express.

Ultra chaud, le mois de juillet !
© Bertknot/Flickr

Ultra chaud, le mois de juillet !

3 août 2015. Le mois de juillet 2015 aura été le troisième mois de juillet le plus chaud depuis 1900 ! C’est ce que révèle un bilan de Météo France, repris par la journaliste Cathy Lafon sur son blog. Avec une température nationale moyenne supérieure de 2,1°C par rapport à la normale, c’est aussi le septième mois de l'année 2015 consécutif à battre des records de chaleur, avec pour conséquences de nombreux incendies, notamment dans la région du Sud-Ouest. Cathy Lafon évoque également une situation critique outre-Atlantique où la Californie et l’Alaska ont également été dévastés par de violents incendies.

Climat et extrême pauvreté : l'ONU met un plan au point
© The Danish Wind Industry Association Vindmølleindustrien/Flickr

Climat et extrême pauvreté : l'ONU met un plan au point

2 août 2015. L’ONU a dévoilé dimanche un plan d’action pour la planète qui se décline en 17 «Objectifs de développement durable» (ODD). «Un moment historique» pour Macharia Kamau, embassadeur du Kenya, qui a co-présidé la séance de négociations à l’issue de laquelle est né ledit plan d’action. D’une trentaine de pages, le programme reprend les huit Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) adoptés en 2000, qui prévoient de réduire de moitié le nombre de personnes dont le revenu est inférieur à 1,25 dollar par jour. Le texte, qui sera soumis à adoption définitive les 26 et 27 septembre prochains, pour une entrée en vigueur le 1er janvier 2016, intègre de nouveaux enjeux : il demande aux gouvernements de «prendre d'urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions» et appelle à conclure à Paris, lors du sommet de la COP21, «un accord ambitieux et universel sur le climat».

L’engament de 13 poids lourds de l’économie américaine en faveur du climat
© Leo Hidalgo/Flickr

L’engament de 13 poids lourds de l’économie américaine en faveur du climat

27 juillet 2015. Treize grandes entreprises américaines se sont engagées lundi 27 juillet à investir 140 milliards de dollars dans la lutte contre le réchauffement climatique. Ces sociétés, parmi lesquelles figurent Coca-cola, Apple et General Motors, promettent ainsi de produire 1600 mégawatts d’électricité à partir d’énergies renouvelables et de réduire leur consommation de carbone. Cet effort voit le jour dans le cadre de l’American Business Act on Climate Pledge, élaboré par le gouvernement américain, et qui incite le secteur privé à développer des mesures en faveur de la planète en amont de la COP21. Cet engagement devrait permettre aux Etats-Unis de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 28% d’ici 2025, par rapport au niveau de 2005.

Les conséquences du changement climatique sur les villes
© ENGIE

Les conséquences du changement climatique sur les villes

26 juillet 2015. Cyclones, tempêtes, sécheresses… Pour Pascal Canfin, ancien ministre du Développement et conseiller principal pour le climat du World Resources Institute, le lien entre le réchauffement climatique et les catastrophes naturelles qui se multiplient aux quatre coins du globe n’est plus à prouver. Il devient urgent à ses yeux que les Etats avancent des solutions concrètes pour limiter ces événements dévastateurs. Dans un extrait de son ouvrage Climat, 30 questions pour comprendre la conférence de Paris, publié sur le site Atlantico, le député européen cite en exemple la ville de Bordeaux dont le climat pourrait devenir en 2050, celui de Séville aujourd’hui. Slate rapporte que l’ex-climatologue en chef de la NASA, James Hansen, va encore plus loin en prédisant que des villes comme Londres, New York, Hong Kong ou Shanghai risquent de devenir inhabitables du fait de la montée des eaux, causée par l’augmentation de deux degrés des températures terrestres.

Vive la vélorution !
© ENGIE

Vive la vélorution !

26 juillet 2015. Parcourir à vélo 5 500 kilomètres en quatre mois et 187 étapes pour réveiller les consciences face au réchauffement climatique. Tel est l’objectif, à la veille de la COP21, d’Alternatiba, un mouvement citoyen lancé en 2013. Les cyclistes engagés dans cette aventure pensée comme un «road-movie climatique» sillonnent les routes de France à la rencontre de collectifs locaux, d’associations et de citoyens qui partagent les mêmes préoccupations, peut-on lire dans Télérama. «Si on fait ce tour à vélo, c'est que la situation est grave et que les politiques ne sont pas à la hauteur de l'enjeu. […]. Adhérer à une Amap, à une recyclerie, s'inscrire sur un site de partage pour emprunter des outils... Si une personne sur cinq se convertit à ces alternatives, on bascule dans un changement concret.», témoigne Sabrina, membre d’Alternatiba.

COP21 : un texte de négociation restructuré
© UN Geneva/Flickr

COP21 : un texte de négociation restructuré

25 juillet 2015. En amont des prochaines négociations climatiques, qui auront lieu à Bonn, en Allemagne, du 31 août au 4 septembre prochains, l’Algérien Ahmed Djoghlaf, qui représente les pays du sud, et l’Américain Daniel Reifsnyder qui représente les pays du nord, ont publié un document de 83 pages. Plus structuré et synthétique que le texte issu de la conférence de Genève de février dernier, ledit document se veut être un «outil de négociation» dépourvu de statut juridique, qui explique de façon claire, les enjeux de l’accord mondial à venir. Le Parisien propose une série de reportages pour suivre au plus près chacune des étapes des pourparlers, avant le grand rendez-vous de décembre. Dans un épisode paru vendredi, la journaliste Anne Tézenas du Montcel met en lumière la «cheville ouvrière de la présidence française» : ces 50 hommes et femmes qui bataillent sans relâche pour que la conférence de Paris sur le climat atteigne son objectif.

Transition énergétique : le Parlement français adopte définitivement le texte
© Parti socialiste/Flickr

Transition énergétique : le Parlement français adopte définitivement le texte

23 juillet 2015. À cinq mois de la COP21, le Parlement français a adopté le 22 juillet la loi sur la transition énergétique qui vise essentiellement à adopter un «nouveau système énergétique» en France. Parmi les objectifs phares de ce texte : la diminution de la consommation énergétique finale de 50% en 2050 par rapport à 2012 ; une réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire dans la production électrique à l’horizon 2025 ; une diminution de la consommation des énergies fossiles de 30% en 2030 par rapport à 2012 accompagnée d’un renforcement de la part des énergies renouvelables pour atteindre 32% de la consommation d’énergie en 2030 ou encore un alourdissement de la fiscalité du carbone.

Un «sommet des consciences pour le climat» et une rencontre interministérielle internationale pour un accord à la COP21 en décembre prochain
© François Van Zon/Flickr

Un «sommet des consciences pour le climat» et une rencontre interministérielle internationale pour un accord à la COP21 en décembre prochain

21 juillet 2015. Mardi 21 juillet s’est tenu à Paris «le sommet des consciences pour le climat» à l’initiative de Nicolas Hulot, envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète, qui a souhaité réunir une quarantaine d’autorités morales et religieuses du monde entier en préfiguration de la COP21 en décembre prochain au Bourget. Au même moment, Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, a convié des ministres d’une cinquantaine de pays pour tenter de faciliter la conclusion d'un accord lors de la future COP21, en cherchant des compromis sur deux questions majeures : le niveau d'ambition du futur accord et la répartition des efforts à fournir entre pays développés et en développement.

La 9e conférence internationale sur le climat urbain : trouver des solutions aux sécheresses urbaines
© ENGIE

La 9e conférence internationale sur le climat urbain : trouver des solutions aux sécheresses urbaines

19 juillet 2015. Du 20 au 24 juillet, se tient à Toulouse la 9e conférence internationale sur le climat urbain. Elle réunit 600 scientifiques de 60 pays différents pour tenter d’atténuer le phénomène de sécheresse urbaine qui s’intensifie avec le réchauffement climatique, et touche aujourd’hui près de la moitié de la population mondiale. Une des solutions abordées, et qui a notamment fait ses preuves à Séoul : réintroduire la végétation en milieu urbain. La situation est particulièrement préoccupante en Californie qui vit sa quatrième année de sécheresse. Pour la scientifique Juliet Christian-Smith, spécialiste du climat basée à Oakland, «ce qu’on vit aujourd’hui comme une sécheresse extrême sera, d’ici la fin du siècle, considéré comme une année normale».

COP21 : la contribution stratégique des îles Marshall pour les Etats insulaires
© ENGIE

COP21 : la contribution stratégique des îles Marshall pour les Etats insulaires

20 juillet 2015. Les îles Marshall, très vulnérables à la montée du niveau des océans, sont menacées de disparition à cause du réchauffement climatique. L’archipel réagit en devenant, le vendredi 17 juillet 2015, le premier Etat insulaire à publier ses objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, le gouvernement renforcera notamment ses capacités de production d’électricité venant du solaire et de l’éolien, et développera un projet d’énergie thermique marine. Selon Tony de Brum, ministre des Affaires étrangères de cet archipel de 71 000 habitants, ces initiatives adressent un message clair aux plus gros émetteurs : «si l’un des pays les plus petits, les plus pauvres et les plus isolés géographiquement peut le faire, alors vous le pouvez aussi».

La notion de «réfugié climatique» au centre du débat judiciaire en Nouvelle-Zélande
© OggiScienza/Flickr

La notion de «réfugié climatique» au centre du débat judiciaire en Nouvelle-Zélande

15 juillet 2015. La Cour suprême néo-zélandaise rejette à nouveau la demande d'asile de Loane Teitiota, originaire de l’archipel de Kiribati menacé par la montée des eaux, et refuse ainsi d’entériner la notion de «réfugié climatique». Elle pointe notamment le parallélisme problématique entre cette dénomination et celle de «réfugié politique» quand l’Institut national des études démographiques (Ined) préconise l’utilisation du terme «migrations environnementales» qui n’offre pour autant pas de protection. Pourtant, selon le rapport publié lundi 20 juillet dernier par le Norwegian Refugee Council (NRC), «une personne par seconde est déplacée à cause d’une catastrophe naturelle» et en 2014, 19,3 millions de personnes auraient été dans ce cas.

Coût de la pollution en France : les villes en première ligne
© ENGIE

Coût de la pollution en France : les villes en première ligne

15 juillet 2015.  Selon le rapport de la commission d’enquête sénatoriale «Pollution de l’air, le coût de l’inaction» rendu public le 15 juillet dernier, la pollution de l’air en France coûte chaque année 101,36 milliards d’euros ! Le rapport pointe notamment «l’anomalie de la France sur le diesel», le pays concentrant le parc le plus diésélisé au monde, et appelle à renforcer les normes existantes sur la fiscalité écologique. Par ailleurs, selon Novethic, les villes représenteraient 70% des émissions de CO2 quand certaines d’entre elles prendraient le chemin du développement durable. Le média dédié à l’économie responsable présente six sites pilotes actuellement menés en France dont le premier, «Smartseille» à Marseille, est un éco-quartier de trois hectares accueillant 58 000 m2 de bâtiments et 4 000 habitants qui se réalisera à travers la concertation citoyenne et la mise en synergie des acteurs privés et publics.

Conférence scientifique à l’UNESCO : le bilan
© International Monetary Fund

Conférence scientifique à l'UNESCO : le bilan

10 juillet 2015. Du 6 au 10 juillet dernier, s’est tenue à l’Unesco la conférence «notre avenir commun face au changement climatique» regroupant 2000 scientifiques de 100 pays différents. L’objectif de cette assemblée : mettre enfin en adéquation constats scientifiques et engagements politiques en préfiguration de la COP21. Les scientifiques s’y sont montrés à la fois optimistes et prudents en prouvant qu’il était encore possible, mais urgent, de réduire le changement climatique en mettant notamment un prix au carbone et en investissant dans des transports et des villes propres. Des mesures qui, selon le Prix Nobel d’économie américain Joseph Stiglitz, renforceraient l’économie mondiale en stimulant la croissance et l’emploi.

Courses mortelles entre les espèces et le réchauffement climatique
© ENGIE

Courses mortelles entre les espèces et le réchauffement climatique

8 juillet 2015. Lors de la conférence internationale sur le changement climatique à l’Unesco, du 6 au 10 juillet dernier, les écologues ont exprimé leurs inquiétudes face au devenir de nombreuses espèces animales et végétales qui auraient du mal à supporter le réchauffement climatique. A cette occasion, Sciences et Avenir relaie les études de Camille Parmesan, chercheuse à l’Université de Plymouth en Angleterre, et de Jeremy Kern, professeur de macro-écologie et conservation à l’Université d’Ottawa au Canada. La première démontre que les espèces sont en train de changer d’habitat en réponse au changement climatique et la seconde met en garde contre la disparition massive des bourdons qui sont d’une grande importance pour l’agriculture humaine.

COP21 : ces start-up africaines qui innovent pour sauver la planète
© Roger/Flickr

COP21 : ces start-up africaines qui innovent pour sauver la planète

6 juillet 2015. Les Echos.fr nous propose de découvrir plusieurs jeunes start-up africaines qui proposent des solutions durables afin d’accompagner la transition énergétique - Pour ces jeunes pousses «environnementales», innover pour préserver l’environnement permet également de créer des milliers d’emplois. Parmi les start-up présentées, Wecyclers, lancée par l’entrepreneuse Bilikiss Adebiyi, invente un écosystème de recyclage pour collecter en tricycle les tonnes de déchets domestiques qui empoisonnent les rues de Lagos, ou encore la start-up Station Energy, créée par Alexandre Castel à Abidjan, qui distribue des kits d’énergie solaire à des villages isolés en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Burkina Faso et aux Comores.

Les scientifiques appellent à une action urgente contre le changement climatique
© Fox Wu/Flickr

Les scientifiques appellent à une action urgente contre le changement climatique

3 juillet 2015. La menace climatique serait aussi forte que celle du nucléaire dans les années 1960. C’est ce qu’ont affirmé trente-six lauréats du prix Nobel le 3 juillet dernier, réunis sur l’île de Mainau dans le sud de l’Allemagne, en signant une déclaration sur le changement climatique. 60 ans plus tôt, une assemblée similaire signait au même endroit une déclaration sur le danger des armes nucléaires. Du 7 au 10 juillet, ce sont deux mille scientifiques qui se réunissent pendant trois jours, à l'Unesco et à l'université Pierre-et-Marie-Curie, lors d’une conférence internationale sur les solutions apportées par les scientifiques pour atténuer les effets du réchauffement climatique et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Climat : villes et régions appellent à la mobilisation
© ENGIE

Climat : villes et régions appellent à la mobilisation

2 juillet 2015. Tandis que Paris accueillait du 2 au 8 juillet l’exposition Innov’Climat sur le parvis de l’Hôtel de Ville, le sommet «Climat et territoire» a réuni, le 2 juillet dernier à Lyon, un millier d'élus, représentants de 400 villes, régions et réseaux de collectivités du monde entier.À la suite du sommet, les villes et régions ont demandé aux Etats de trouver un accord «contraignant, équitable et universel» lors de la COP21 qui se déroulera le 4 décembre prochain. Autre signe de la mobilisation des collectivités locales, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Michael R. Bloomberg, envoyé spécial des Nations Unies pour les villes et le changement climatique, ont annoncé qu'ils co-présideront le Sommet des Elus locaux pour le Climat qui se tiendra pendant la COP21.

George J. Gendelman : «Tous acteurs de la rupture»
© Les Ateliers de la Terre

George J. Gendelman : «Tous acteurs de la rupture»

2 juillet 2015. La 10e édition de la Global Conference s’est tenue du 6 au 8 juillet à Chantilly, au nord de Paris. 900 intervenants représentant l’ensemble des parties prenantes s'y sont rencontrés pour y discuter concrètement d'écologie et de développement durable. Organisée par les Ateliers de la Terre, dont ENGIE est partenaire stratégique, cette conférence a pour objectif d’élaborer un nouveau modèle de développement plus responsable et plus respectueux de l’homme et de l’environnement. «Il faut dépasser les oppositions entre le Nord et le Sud», insistent les organisateurs de cette Global Conference et développer les aides internationales au développement des pays africains pour les accompagner vers la transition énergétique.

La Chine dévoile ses ambitions pour la Conférence de Paris sur le climat
© Leniners/Flickr

La Chine dévoile ses ambitions pour la Conférence de Paris sur le climat

30 juin 2015. Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a annoncé le 30 juin, lors d’une visite à l’Elysée à Paris, la contribution très attendue de son pays à la réduction des émissions de CO2, dans la perspective de la Conférence mondiale sur le climat qui se tiendra à Paris à la fin de l’année. Ainsi, le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre depuis 2006 se fixe pour objectif d’ «atteindre le pic de ses émissions de CO2 autour de 2030 tout en s’efforçant de l’atteindre au plus tôt». Une récente étude réalisée par des experts du climat a notamment prédit un pic qui serait atteint dès 2025. La Chine entend également «baisser l’intensité carbonique de 60%/65% par rapport à 2005 » et «porter la part des énergies non fossiles dans la consommation énergétique primaire à environ 20% ». Le Premier ministre chinois a soutenu que son pays «déploie le maximum d’efforts pour lutter contre les changements climatiques» et «assume sa responsabilité pour participer en profondeur à la gouvernance mondiale et promouvoir le développement partagé de l’humanité».

 Climat : cinq mois pour éviter un nouveau fiasco à Paris
© Flickr

Climat : cinq mois pour éviter un nouveau fiasco à Paris

29 juin 2015. A un peu plus de cinq mois de l’ouverture de la Conférence de Paris, beaucoup de questions restent en suspens concernant en particulier la question du financement des mesures d’atténuation et d’adaptation au changement climatique ainsi que la nature juridique de l’accord. Par ailleurs, le principe de responsabilité différenciée est fortement soutenu par les pays en développement qui attendent que les pays développés tiennent leur promesse faite à Copenhague : celle d'un soutien financier de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020. C’est dans ce contexte, que pour la première fois, une large coordination internationale, composée de mouvements sociaux, d’ONG écologistes, d’associations d’aide au développement, de syndicats et de groupes religieux, s’est associée dans un texte commun sur le climat afin de pousser les gouvernements à agir. 

Risque Climatique : les agences de notation appelées à la vigilance
© Ian/Flickr

Risque Climatique : les agences de notation appelées à la vigilance

25 juin 2015. Les agences de notation semblent ne pas prendre suffisamment en compte les risques liés au réchauffement climatique et pourraient être à l’origine d’une nouvelle crise financière, à l’image de la crise des subprimes de 2008. C’est ce qu’affirme le CIEL (Center for international environemental law) dans un rapport publié mercredi 24 juin. Même si les agences de notation Standard & Poor’s et Moody’s se disent conscientes des enjeux liés au réchauffement climatique, les auteurs du rapport estiment qu’elles ne les prennent pas encore en compte dans leurs méthodologies d’analyse de risque. Selon les analystes financiers de Kepler Cheuvreux, «un accord climatique limitant le réchauffement de la planète à 2°C engendrerait une perte de 28 000 milliards de dollars pour les détenteurs d’actifs dans les industries du pétrole, du gaz et du charbon», cite l’article.

Les Pays-Bas sommés d’agir sur le climat
© ENGIE

Les Pays-Bas sommés d'agir sur le climat

24 juin 2015. Le Tribunal de la Haye, dans un jugement inédit, a «ordonné» aux Pays-Bas de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici 2020 par rapport à 1990. Ce jugement fait suite à une action en justice menée par la Fondation Urgenda active dans la lutte contre le changement climatique et représentant dans ce procès 900 citoyens néerlandais. La Fondation a mis en avant «la responsabilité des Etats de protéger leurs citoyens contre les conséquences du changement climatique». Le pays est particulièrement vulnérable aux conséquences du réchauffement climatique : deux tiers du territoire sont situés sous le niveau de la mer, menacés par la montée des eaux. Selon l’article de Libération, les résultats de ce procès auront inévitablement un impact sur le procès similaire en cours en Belgique ainsi que sur la volonté d’un autre groupe de citoyens d’entamer des poursuites en Norvège.

La lutte contre le changement climatique est aussi un enjeu de santé publique
© ENGIE

La lutte contre le changement climatique est aussi un enjeu de santé publique

23 juin 2015. C’est ce que rappelle le rapport de la Commission Lancet mis en ligne le 23 juin. Faisant suite à un premier rapport publié en 2009, il fait état de changements «déjà perceptibles» et d’un «risque potentiellement catastrophique» remettant potentiellement en question les progrès en matière de santé publique réalisés ces 50 dernières années dans le monde. Mais parallèlement aux conséquences du stress thermique, le rapport fait également état des potentiels bénéfices sur la santé et in fine sur l’économie, de nouveaux modes de vie mis en place pour lutter contre le réchauffement climatique. Ainsi le développement de modes de transport alternatifs et plus actifs pourrait réduire l’obésité, le diabète et les risques de maladies cardiovasculaires. Un rapport salué par l’OMS qui a annoncé le lancement de la campagne «Ma santé, mon climat» pour renforcer le rôle des professionnels de santé dans la prise de conscience de l’urgence climatique.

Le point sur les financements innovants de la lutte contre le réchauffement
© Parti socialiste/Flickr

Le point sur les financements innovants de la lutte contre le réchauffement

19 juin 2015. Il y a trois mois, François Hollande demandait à l’ancien ministre délégué chargé du développement Pascal Canfin et à l’économiste Alain Grandjean, de se pencher sur les problématiques de financement des mesures pour le climat, un point essentiel en vue des négociations de la COP21. Le rapport, reçu le même jour que l’encyclique papale, se concentre sur «l’usage d’outils de financement innovants» et la transition vers une économie bas carbone autour de dix propositions clés. Ses auteurs proposent ainsi l’augmentation progressive du prix du carbone, rappellent le rôle des banques de développement pour que les pays du Sud puissent bénéficier de financements d’investissements ou encore insistent sur l’importance de la mise en place d’une taxe sur les transactions financières. À l’image de cette dernière mesure, le rapport est apprécié pour son réalisme : plutôt que des mesures nouvelles il se concentre sur des propositions réalisables, que les décideurs présents à la COP21 peuvent s’approprier et mener à bien.

 Le pape François aussi appelle à la mobilisation pour le climat
© Catho Alsace/Flickr

Le pape François aussi appelle à la mobilisation pour le climat

18 juin 2015. Le jeudi 18 juin a été publié l’encyclique du pape François sur le climat, un texte annoncé depuis un an et très attendu engageant l’Eglise sur un terrain qui lui est peu familier. Les 200 pages de ce texte sont disponibles en français dans l’article du Monde.fr. Le pape y rappelle que l’homme est bien le principal «responsable» du réchauffement climatique et va même jusqu’à prôner «une certaine décroissance dans quelques parties du monde». Si le texte est loin de séduire les conservateurs américains, connus pour leur climatosceptisme, l’exécutif français s’est, quant à lui, réjoui de cette prise de position et a salué un geste fort pouvant contribuer au succès de la COP21.

Climat : les rejets de CO2 augmenteront encore après 2030
© ENGIE

Climat : les rejets de CO2 augmenteront encore après 2030

15 juin 2015. L’Agence Internationale sur l’énergie (AIE) a publié, le 15 juin, son rapport d’évaluation des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre déposés par les Etats des Nations Unies. Largement relayées en ligne, les conclusions de l’agence sont alarmantes : même si ces engagements étaient respectés, les émissions de gaz à effet de serre liées à la production et à la consommation d’énergie continueraient à augmenter après 2030. L’AIE propose également 5 grandes mesures pour accélérer la décarbonation du secteur énergétique afin d’atteindre un pic d’émissions mondiales dès 2020 : l'efficacité énergétique des bâtiments, l'arrêt accéléré des centrales à charbon les moins performantes, la hausse des investissements dans les énergies vertes, l'élimination des subventions des carburants fossiles et la réduction des rejets de gaz lors de l'extraction même du pétrole et du gaz.

 Futur en Seine 2015 ou quand le numérique se met au service du climat
© Futur en Seine

Futur en Seine 2015 ou quand le numérique se met au service du climat

15 juin 2015. Le climat et la ville de demain, telles sont les principales thématiques de la 7e édition du plus grand festival du numérique européen, qui se tient à Paris et en Île de France du 11 au 21 juin. 150 projets innovants pour allier climat et numérique sont ainsi présentés : application permettant de comprendre facilement la répartition de sa consommation électrique au cours de la journée afin d’agir pour faire baisser sa facture énergétique, plantes-capteurs de la qualité de l’air, smartphone éthique ou encore pile perpétuelle. Le public, convié à de nombreuses conférences et tables rondes sur le sujet, a aussi pu participer, les 13 et 14 juin, à une chasse aux données environnementales pour détecter les pollutions parisiennes.

 Quel bilan pour la conférence sur le climat de Bonn ?
© ENGIE

Quel bilan pour la conférence sur le climat de Bonn ?

12 juin 2015. Les médias généralistes comme les médias spécialisés dressent un bilan mitigé des négociations qui se sont tenues à Bonn, du 1er au 11 juin 2015. Tous soulignent la difficulté de se mettre d’accord à 196 pays sur un texte concis, qui était le premier objectif de ces négociations, et le peu d’avancées sur ce point. Toutefois, le mandat clairement confié aux deux présidents des débats d’élaborer un texte opérationnel pour le 24 juillet est largement salué, de même que la stratégie française visant à réunir plusieurs chefs d’Etat, au moment de l’Assemblée générale des Nations unies, fin septembre, pour donner aux négociations l’éclairage politique dont elles ont également besoin. «La chose la plus importante de ces deux semaines ne s’est pas produite ici à Bonn, mais au sommet du G7, qui a parlé pour la première fois d’une perspective de décarbonation de l’économie mondiale», note ainsi Michael Zammit Cutajar, qui présidait les débats en 2009 et qui conseille aujourd’hui l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri).

 Réchauffement climatique : le futur selon la NASA
© Stuart Rankin/Flickr

Réchauffement climatique : le futur selon la NASA

11 juin 2015. La NASA a publié, le 9 juin 2015, une immense base de données de simulations climatiques ainsi qu’une série de 21 infographies permettant de simuler différents scénarios climatiques et leurs conséquences. D’après le site Mashable, ces données sont si précises qu’elles permettent des projections à l’échelle de villes, voire de villages. L’objectif visé par l’agence américaine est de fournir aux pays, principalement aux pays en voie de développement, particulièrement vulnérables face aux changements climatiques, les informations nécessaires pour se préparer aux conséquences du réchauffement climatique.

Le climat comme enjeu du G7
© Number 10/Flickr

Le climat comme enjeu du G7

8 juin 2015. À l’issue du sommet qui a réuni lundi, au Château d'Elmau en Allemagne, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie, le Président de la République François Hollande s’est déclaré satisfait des moyens entrepris par les puissances industrielles pour lutter contre le réchauffement climatique. Il a notamment affirmé que la diminution de 40 à 70% des émissions carbone d'ici 2050, «avec la volonté d'être au plus haut de la fourchette», était l’une des priorités du G7, avant d’évoquer l’importance de l’accord discuté à la COP21 : «Il y a un texte, des engagements, des financements et une mobilisation du monde entier. Nous n'avons pas le droit d'échouer, il faut que la réussite soit au rendez-vous.»

Les émissions de la Chine à leur maximum d'ici 2025
© Linda Castañeda/Flickr

Les émissions de la Chine à leur maximum d'ici 2025

8 juin 2015. Les émissions de gaz à effet de serre de la Chine devraient atteindre leur maximum en 2025 puis baisser après cette date. Jusqu’ici Pékin imaginait ce pic pour 2030, échéance fixée par la COP21. Pour l'économiste du climat Nicholas Stern et l'analyste Fergus Green, à l’origine de l’étude qui a permis d’établir ces données, «ce résultat suggère qu'il est de plus en plus probable que le monde évite un réchauffement mondial de plus de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels». Une situation encourageante rendue possible grâce au recours au gaz naturel de plus en plus fréquent, aux changements structurels de l'économie chinoise, mais aussi aux politiques publiques mises en œuvre pour favoriser un développement plus durable et réduire les impacts environnementaux.

Une journée mondiale pour préserver les océans
© ENGIE

Une journée mondiale pour préserver les océans

8 juin 2015.  «Océan sain, planète saine» : tel est le thème de la Journée mondiale de l’océan organisée par l’ONU ce lundi. Cet événement vise à rappeler aux citoyens la situation de crise dans laquelle se trouvent les mers, qui représentent les trois quarts de la surface de la planète. En cause : la perturbation des écosystèmes, la mise en danger de certaines espèces mais aussi la pollution engendrée par les déchets en plastique. France Info cite la mer Méditerranée comme étant l’une des plus touchées, avec à titre d’exemple, 500.000 particules de plastiques par kilomètres carré comptés au large de Nice. Pour le World Wildlife Fund (WWF), la protection des océans devrait être une priorité lorsque l’on sait qu’ils représentent 2.500 milliards de dollars de PNB grâce aux activités qui y sont développées, telles que la pêche et le tourisme.

80% des citoyens «très préoccupés» par le climat
© World Wide Views

80% des citoyens «très préoccupés» par le climat

8 juin 2015. Le grand débat planétaire sur le climat, organisé simultanément dans 79 pays samedi, et co-initié par l’ONU avec le soutien d’ENGIE, représente «la plus vaste enquête d’opinion» sur cette thématique. Il en ressort que près de 80% des citoyens se disent «très préoccupés» par les impacts du dérèglement climatique, rapporte Le Point. 63,5% des personnes interrogées estiment notamment que les Etats «devraient décider de mettre tous les moyens en œuvre» pour limiter le réchauffement à 2°C, principal objectif de la  COP21. Pour Stéphane Rozès, président du CAP (Conseil, Analyse, Perspective) et spécialiste des sondages, cette prise de conscience concerne tous les pays, «notamment ceux en développement. Par exemple, 85% des Africains se disent très concernés», peut-on lire sur le site Novethic. Retrouvez les résultats de l’étude dans leur intégralité ici.

Climat : l’industrie du gaz s’invite dans le débat
© Antoine Meyssonnier/ENGIE

Climat : l’industrie du gaz s’invite dans le débat

1er juin 2015. Alors que les industriels du secteur se réunissent du 1er au 5 juin à Paris à l’occasion du Congrès Mondial du Gaz, les patrons de six grands groupes européens ont lancé un appel, pour rappeler «le rôle majeur que le gaz naturel peut jouer pour répondre au changement climatique». C’est notamment le cas d’après les experts s'il est utilisé en remplacement du pétrole dans les transports et du charbon dans la production d’électricité. Outre la réduction des émissions de CO2 qu’il permet par rapport aux autres énergies fossiles, le gaz est aussi vu comme un complément, en période de pics, à la production éolienne et solaire, une centrale combinée à gaz pouvant démarrer en seulement 30 minutes. C’est donc avant tout la place du gaz dans le mix énergétique que grands patrons et experts invitent à repenser.

Climat : Vers un nouveau record en 2015 ?
© ENGIE

Climat : Vers un nouveau record en 2015 ?

1er juin 2015. Selon une équipe de la Nasa et de l’Université Columbia de New York, le premier quadrimestre de 2015, de janvier à avril, a battu le record de chaleur pour cette période de l’année. Mais le blog scientifique de Libération le rappelle, bien que très populaire, cet indicateur de la «chaleur de la planète» à l’apparente simplicité est en réalité le fruit d’un calcul très compliqué qu’il est préférable de comprendre avant d’utiliser, principalement sur des évolutions à court terme. En effet sur des périodes inférieures à 15 ans, l’impact de l’intensification de l’effet de serre par les émissions humaines sur la température se mélange avec les conséquences de phénomènes naturels, comme des éruptions volcaniques, ou les Niño (des températures anormalement élevées de l'eau dans le Pacifique Sud) dont un est attendu pour la fin de l’année.

Négociations intermédiaires à Bonn du 1er au 11 juin
© Matthias Zepper/Flickr

Négociations intermédiaires à Bonn du 1er au 11 juin

1er juin 2015.Alors que Laurent Fabius a annoncé que la France souhaitait «un pré-accord» sur le climat dès octobre, de nombreuses discussions restent nécessaires pour reprendre le texte de plus de 80 pages arrêté en février à Genève et qui sert aujourd’hui de base de travail aux délégations des 195 pays. Parmi les sujets complexes qu’il est essentiel de traiter : la traduction de la limitation de la hausse de la température à 2°C en objectif de réduction d’émissions de gaz à effet de serre ou encore le cas spécifique des pays émergents et en voie de développement dont les besoins énergétiques sont croissants. En plus des discussions de Bonn, le G7, qui se tiendra également en Allemagne les 7 et 8 juin, pourrait participer à l’accélération des négociations.

Loi sur la transition énergétique : Quels changements dans notre quotidien ?
© Gilles François/Flickr

Loi sur la transition énergétique : Quels changements dans notre quotidien ?

27 mai 2015. L'Assemblée nationale a adopté mardi 28 mai le projet de loi sur la transition énergétique, l’occasion pour Le Parisien de faire le point sur ce que la loi va changer dans nos habitudes quotidiennes : interdiction des sacs plastiques, réduction d'impôt pour les entreprises qui proposent un vélo à leurs salariés, déploiement des compteurs intelligent ou encore mise en place de mesures anti-gaspillage dans les grandes surfaces. Le Monde rappelle que cette dernière mesure a été rajoutée en deuxième lecture par les députés qui ont également fait de la réduction de moitié de la consommation d’énergie totale en 2050 un objectif ferme, et non plus «à poursuivre» comme le souhaitait les sénateurs. Ces derniers vont maintenant reprendre le texte avant adoption définitive par l’Assemblée avant ou après l’été.

Laurent Fabius : «Il y a à la fois une tonalité positive et une difficulté extrême»
© Parti socialiste/Flickr

Laurent Fabius : «Il y a à la fois une tonalité positive et une difficulté extrême»

26 mai 2015. À quelques jours de nouvelles négociations intermédiaires à Bonn en Allemagne, Laurent Fabius qui présidera la COP21 en décembre, s’est entretenu avec les agences de presse pour livrer sa vision de l’avancée des négociations. Son objectif ? Conjurer le «syndrome de Copenhague», c’est à dire selon lui ne pas avoir réglé suffisamment de question et avoir impliqué les dirigeants politiques trop tard dans le déroulé de la conférence. Alors que 38 Nations sur 196 ont remis leurs engagements, le Ministre des Affaires Etrangères cherche à délivrer un message optimiste mais « prudent » rappelant que «mettre d'accord 196 parties, c'est d'une difficulté extrême». Une tâche cependant facilitée par la prise de conscience générale de l’urgence climatique.

La société civile se mobilise pour le climat
© La Coalition Climat

La société civile se mobilise pour le climat

26 mai 2015. La Coalition Climat organise «1000 initiatives pour le climat» les 30 et 31 mai prochains. Un événement au cours duquel de nombreuses associations, telles que la Fondation Nicolas Hulot et le WWF, appellent les citoyens à faire entendre leurs voix dans la lutte contre le réchauffement climatique. Pour Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés, également au rendez-vous, «il faut profiter du débat autour de la COP21 pour impliquer les populations afin qu’un jour, les politiques n’aient d’autres choix que de les écouter à ce sujet». Le 1er juillet, ce sera au tour des représentants des catholiques, des protestants, des orthodoxes, des musulmans, des juifs et des bouddhistes de France, de faire part de leur sentiment sur la question, auprès du Président de la République François Hollande. En effet, la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), travaille à l’élaboration d’un texte officiel pour faire face à la crise climatique actuelle, rapporte Le Monde.

Climat : la fonte des glaciers français continue
© ENGIE

Climat : la fonte des glaciers français continue

21 mai 2015. Les effets visibles du réchauffement climatiques sont nombreux dans le massif du Mont-Blanc. France Info s’est intéressé à un phénomène proche de nous : la fonte des glaciers. Si ce phénomène a commencé il y a 150 ans, pour Christian Vincent, ingénieur de recherche au laboratoire de glaciologie du CNRS de Grenoble, qui les étudie depuis 1976, l’année 2015 est «catastrophique». Des changements impressionnants et visibles à l’échelle d’une décennie.

La Chine et l’Inde appellent les pays développés à respecter leurs engagements en faveur du climat
© Parliament Suivre/Flickr

La Chine et l’Inde appellent les pays développés à respecter leurs engagements en faveur du climat

18 mai 2015. Dans une déclaration commune, publiée vendredi 15 mai sur le site Internet du Premier Ministre indien Narendra Modi, l’Inde et la Chine ont demandé aux pays développés «de relever leurs objectifs de réductions d’émissions de carbone pré-2020 et de respecter leur engagement en apportant 100 milliards de dollars par an aux pays en développement jusqu’en 2020». Un rappel à l’ordre surprenant pour Contrepoints qui explique que les deux pays attendus à la COP21 n’ont pas encore prévu de plan spécifique pour lutter contre le réchauffement climatique. Selon le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius, la Chine, qui représente le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, devrait révéler sa contribution «dans les prochaines semaines», rapporte RFI.

Les entreprises, atouts majeurs de la COP21
© Business and Climate Summit

Les entreprises, atouts majeurs de la COP21

17 mai 2015. Pour atteindre l’objectif de la prochaine Conférence mondiale sur le climat, il faut repenser la manière dont nous utilisons les énergies. D’après France TV Info, ce changement passe nécessairement par les entreprises, qui développent des solutions et comptent sur l’appui des gouvernements pour pouvoir les mettre en application. Lors de la Climate Week, organisée à Paris du 18 au 24 mai, les entreprises pourront ainsi débattre de la transition vers une économie verte au cours de plusieurs tables rondes, telles que le Business and Climate Summit et le Climate Finance Day. «Depuis cinq ans, ce sont les organisations non gouvernementales, les villes, les régions, les entreprises qui mènent le changement et les gouvernements doivent les rattraper», déclare l’économiste américain Mark Kenber, PDG du Climate Group, à l’origine de la Climate Week.

La Banque mondiale prône un monde zéro carbone
© ENGIE/Ketchup Mayonnaise/Renaud Skyronka

La Banque mondiale prône un monde zéro carbone

12 mai 2015. Dans un rapport intitulé «Decarbonizing development : planning ahead for a future with zero emissions», la Banque mondiale appuie l’objectif défendu par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) selon lequel il faut atteindre le niveau zéro carbone d’ici à 2100 pour contenir la surchauffe planétaire sous le seuil des 2°C. Stéphane Hallegatte, l’un des économistes coauteurs du rapport, demande une plus grande efficacité énergétique et souligne l’importance de l’usage des terres, «afin que les zones naturelles restent ou redeviennent des puits de carbone.». D’autres spécialistes pointent du doigt certaines limites à ce rapport telles que les subventions aux énergies fossiles. Pour Thomas Spencer, directeur du programme Energie et climat à l’Institut du développement durable et des relations internationale, le Fonds monétaire international doit lui aussi intégrer le changement climatique comme un enjeu structurant.

 La France bataille pour le climat
© Parti socialiste/Flickr

La France bataille pour le climat

10 mai 2015. Lors du sommet Caraïbe climat, organisé à Fort-de-France en Martinique, le président de la République François Hollande a rappelé l’importance du Fonds vert, sans lequel les pays «les plus fragiles et les plus pauvres» ne pourraient lutter contre le changement climatique. Il a proposé la mise en place d’un autre type de fonds, qui renforcerait les systèmes d’alerte contre les catastrophes naturelles, telles que la montée des eaux qui menace les Antilles. «Il faut qu'on accélère les négociations, sinon on ne va pas y arriver», s’est inquiétée quelques jours plus tôt, la représentante spéciale pour la COP21, Laurence Tubiana. Lors d’une réunion informelle à Paris portant sur le futur accord international, elle a évoqué la réticence de certains pays à adopter les changements espérés «craignant pour leur souveraineté ou leur développement».

«La question du financement peut faire dérailler la COP21»
© European Parliament/Flickr

«La question du financement peut faire dérailler la COP21»

7 mai 2015. Dans une interview au Monde, Pascal Canfin, député européen, ancien ministre du développement et conseiller climat du think tank américain World Resources Institute, aborde l’enjeu financier de la lutte contre le dérèglement climatique. Pour lui, il est indispensable «d’honorer la promesse faite en 2009 de rassembler 88 milliards d’euros par an d’ici à 2020 en faveur des pays en voie de développement, qui sont les plus touchés par le réchauffement». En citant également l’agence de notation Standard & Poors, qui a intégré le changement climatique dans ses évaluations, Pascal Canfin démontre que la question du financement est l’un des objectifs majeurs de cette «course contre la montre» que constitue la COP21.

Le Fonds vert en ordre de marche (ou presque)
© Green Climate Fund

Le Fonds vert en ordre de marche (ou presque)

5 mai 2015. Le projet phare de la conférence de Copenhague en 2009, portera-t-il enfin ses fruits ? C’est la question que soulève un article de Novethic, «le média expert de l’économie responsable», qui revient sur la difficile mise en place du Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund) et le chemin qu’il reste à parcourir pour atteindre véritablement son but : permettre aux pays en développement de lutter contre le changement climatique. À ce jour, 4 milliards de dollars de dons ont été rassemblés pour une période de quatre ans, contre les 10,2 milliards promis par 33 pays. Pour Héla Cheikhrouhou, directrice exécutive du Fonds, il faut venir en aide aux pays les plus vulnérables comme ceux d’Afrique et repenser la gouvernance du Fonds en mettant en place une «structure légère» qui ne repose pas uniquement sur de grandes institutions telles que la Banque mondiale.

 Un documentaire engagé en clôture du Festival de Cannes
© Eskwad/Wild Touch/Marc Perrey

Un documentaire engagé en clôture du Festival de Cannes

4 mai 2015. La Glace et le ciel réalisé par Luc Jaquet, à qui l’on doit l’oscarisé La Marche de l’empereur, a été choisi pour clôturer le prochain Festival de Cannes, le 24 mai. On y suit Claude Lorius en Antarctique, le premier glaciologue français à s’être inquiété, en 1965, du réchauffement climatique et de ses conséquences sur la Terre. «Montrer ce film dans le plus grand festival de cinéma au monde, c'est contribuer à ce défi gigantesque que doit relever au plus vite l'humanité pour pérenniser son avenir et celui de la planète», s’est enthousiasmé le cinéaste, qui se définit à travers son œuvre comme un grand défenseur de la nature.

Les énergies «propres» en panne de crédits de recherche
© ENGIE

Les énergies «propres» en panne de crédits de recherche

4 mai 2015. Dans un rapport sur l’innovation technologique dans le domaine de l’énergie, publié le 4 mai, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) met en cause l’insuffisance de l’effort public de recherche et de développement en faveur des énergies «sobres en carbone». Des ressources renouvelables pourtant essentielles pour atteindre l’objectif de la COP21. Selon ce rapport, l’éolien et le solaire photovoltaïque pourraient notamment «assurer 22% de la réduction annuelle des émissions de gaz à effet de serre du secteur de l’électricité». L’AIE appelle vivement les gouvernements à mobiliser les capitaux du secteur privé, en complément de ceux du secteur public, pour assoir cette transformation énergétique indispensable.

 Des satellites pour mesurer l'acidification de l'eau de mer
© ENGIE

Des satellites pour mesurer l'acidification de l'eau de mer

4 mai 2015. Des océans de plus en plus acides. Telle est l’une des conséquences négatives des émissions de CO2, qui a un impact direct sur la barrière de corail et pourrait mettre en danger la reproduction des poissons. Pour mieux comprendre le phénomène, des chercheurs de l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer) ont utilisé des satellites qui permettent de calculer la salinité et la température de la mer grâce aux ondes émises par cette dernière. Cette étude vise à mobiliser l’opinion publique et les Etats contre les émissions de gaz à effet de serre.

 Climat : une espèce animale sur six menacée
© Flickr

Climat : une espèce animale sur six menacée

30 avril 2015. Si la température de la Terre continue d’augmenter à toute vitesse, requins, baleines et dauphins cesseront d’exister. C’est ce que constate Mark Urban, un chercheur du département d'écologie et de biologie de l'Université du Connecticut, après avoir analysé 131 études portant sur l'impact du changement climatique sur la faune et la flore, menées dans plusieurs régions du monde et selon différentes méthodes. Selon ses calculs, rapportés par Le Figaro, une espèce animale sur six risque de disparaître si les émissions de dioxyde de carbone se poursuivent au rythme actuel. Pour le scientifique, il devient urgent «d'adopter des stratégies qui limitent le changement climatique si nous voulons éviter une accélération des extinctions animales sur la planète».

Le réchauffement climatique, enjeu central du Conseil de l'Arctique
© ENGIE/Christian CLOT

Le réchauffement climatique, enjeu central du Conseil de l'Arctique

25 avril 2015. Les États-Unis, à la tête du Conseil de l’Arctique qui s’est tenu le 24 avril dans la ville d'Iqaluit au nord-est du Canada, ont fait de la lutte contre le changement climatique un objectif prioritaire de ce forum intergouvernemental. Pour faire face au net recul de la banquise, Washington mise sur un plan de régulation des émissions de gaz à effet de serre, sur une règlementation du transport maritime et sur l’amélioration de la qualité de vie des quatre millions d’habitants de la région.

Les enjeux climatiques discutés en amont de la COP21
© ENGIE

Les enjeux climatiques discutés en amont de la COP21

24 avril 2015. À l’approche de la COP21, une forte dynamique de réflexion est engagée à l’exemple du Sommet mondial «Climat et territoires» qui se tiendra en juillet à Lyon et qui permettra aux collectivités territoriales et à la société civile d’exposer leurs engagements et leurs propositions pour le climat. Cette réflexion porte notamment sur les rapports Nord-Sud, sur notre mode de production et de consommation ou sur notre rapport à la nature. Quelques sources se font également l’écho d’une table ronde organisée, lors du Salon du Livre, sur les enjeux de la COP21. De même, le Secrétaire exécutif de l’Observatoire du Climat, Carlos Rittl, propose dans un billet une analyse du principe de responsabilité historique pour sortir de l’impasse des négociations climatiques.

Climat : 2015, «année critique pour l'humanité»
© ENGIE/GROSFILS Yves

Climat : 2015, «année critique pour l'humanité»

22 avril 2015. À l’occasion de la Journée mondiale de la Terre ce 22 avril, La Ligue pour la Terre (The Earth League) a appelé les dirigeants de la planète à prendre des engagements forts concernant leurs budgets-carbone (plafonds d'émissions). Selon les projections de ce groupe d’experts internationaux sur le climat, il existe une chance sur dix pour que la température augmente de six degrés d'ici à 2100 en l’absence d’une réduction drastique des émissions de CO2. La Ligue va jusqu’à préconiser «une décarbonisation massive» visant un niveau zéro d'ici 2050, une perspective encore plus ambitieuse que celle du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

 Le climat labellisé «grande cause nationale»
© WWF

Le climat labellisé «grande cause nationale»

21 avril 2015. Le label « Grande Cause nationale 2015 » a été attribué à la Coalition climat 21, a annoncé Matignon. Lancée en septembre 2015, cette coalition constituée d’organisations de la société civile dont Greenpeace, la Fondation Nicolas Hulot, Oxfam France, Attac ou WWF a pour objectif de sensibiliser sur les changements climatiques. Les services du Premier ministre ont qualifié d’essentielle la mobilisation de la société civile pour « sa capacité d'entraînement du pays » avant la conférence de Paris en décembre. Le label permettra à la campagne de communication de la Coalition climat 21 de « bénéficier de diffusions gracieuses sur les radios et chaînes de télévision publiques » et ainsi de favoriser l’engagement citoyen.

Conférence mondiale sur le climat : un accord n'est pas garanti, selon Hollande
© Paul and Cathy/Flickr

Conférence mondiale sur le climat : un accord n'est pas garanti, selon Hollande

20 avril 2015. Le président de la République, François Hollande, a fait part lundi 20 avril 2015 de son inquiétude quant aux obstacles, notamment financiers, pour un accord mondial sur le climat à l’issue de la Conférence de Paris de décembre 2015. Il a salué les engagements des pays européens et des Etats-Unis mais s’est dit plus soucieux quant à ceux des pays émergents : «Nous devons leur montrer que c'est leur intérêt et qu'ils peuvent, si nous partageons les technologies, accéder eux aussi à une forme d'autonomie énergétique», a-t-il souligné.

 «Le changement climatique ne peut plus être nié, ni ignoré»
© Justin Sloan/Flickr

«Le changement climatique ne peut plus être nié, ni ignoré»

18 avril 2015. A quelques mois de la Conférence sur le climat qui se tiendra à Paris à partir du 30 novembre 2015, Barack Obama, dans son allocution hebdomadaire, a lancé un appel engageant en faveur de la lutte contre le changement climatique. Le président américain, qui a fait de cette lutte une de ses priorités, a affirmé qu’«aujourd’hui, il n'y a pas de plus grande menace pour notre planète que le changement climatique». Les Etats-Unis, deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre après la Chine, se sont à cet égard engagés sur une réduction de 26 à 28% de leurs émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025.

Climat : le mois de mars le plus chaud depuis 136 ans
© ENGIE

Climat : le mois de mars le plus chaud depuis 136 ans

18 avril 2015. Mars 2015 a été le mois de mars le plus chaud sur l’ensemble de la planète depuis 1880, date des premiers relevés. Ce constat, réalisé par des scientifiques américains, ne fait que rappeler l’urgence de limiter la hausse des températures à 2°C à la fin du siècle, l’un des objectifs de la Conférence de Paris sur le climat qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015. En effet, avec une hausse globale de la température de 0,85°C par rapport à la moyenne du 20e siècle, les effets du réchauffement climatique se font ressentir aux quatre coins du globe : sécheresse, fonte des banquises, élévation du niveau des mers, etc.

Les idées des sans-voix sur le front du climat
© Alexandre Baron/Flickr

Les idées des sans-voix sur le front du climat

17 avril 2015. Une dizaine de représentants d’associations environnementales d’Afrique francophone est venue s’exprimer vendredi 17 avril 2015 à l’Assemblée nationale, à Paris. Ces porte-paroles ont proposé des solutions concrètes contre le réchauffement climatique qui atteint de plein fouet leur continent et ont notamment appelé à adopter des mesures spécifiques qui impliquent les communautés locales. Libération a choisi de donner la parole à deux femmes et à deux hommes provenant du Tchad, du Mali, du Burkina Faso et du Niger. Ils s’expriment sur la réalité du terrain et sur les véritables enjeux pour contrer le dérèglement climatique.

 Où en sont les engagements des Etats avant la conférence de Paris ?
©ENGIE/FRANCESCHI Chiara

Où en sont les engagements des Etats avant la conférence de Paris ?

11 avril 2015. À ce jour, 34 pays, dont les 28 de l’Union européenne, ont rendu leurs contributions en vue de la COP21. Infographies et graphiques à l’appui, Le Monde dresse un bilan de ces engagements en se concentrant sur une étude comparative de trois enjeux clés : les émissions de gaz à effet de serre, les forêts et le marché du carbone. On apprend notamment que la Russie mise sur ses vastes étendues d’arbres pour atteindre son objectif et que la Suisse prévoit quant à elle d’acheter des crédits carbone et de participer à des projets de réduction d'émissions à l'étranger.

Les forêts françaises, atouts dans la régulation du climat
© ENGIE/LABAN-MATTEI Olivier

Les forêts françaises, atouts dans la régulation du climat

10 avril 2015. Parce qu’elles peuvent absorber une grande quantité de carbone, les forêts ont un rôle primordial à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique. Selon l'IGN, « avec le scénario tendanciel, le puits de carbone constitué par les arbres s'accroît chaque année sur la période 2013-2020, pour atteindre 76,7 millions de tonnes (Mt) de CO2 en 2020». La France a donc de la marge par rapport aux objectifs de Kyoto qui prévoient un puits de 66 millions de tonnes de CO2 par an d’ici à 2020. Encore faut-il que d’éventuelles tempêtes ou de graves incendies, ne viennent pas perturber cette situation avantageuse...

 Les murs de Paris se mettent au vert
© ENGIE

Les murs de Paris se mettent au vert

10 avril 2015. Dans les mois à venir, glycine, lierre et chèvrefeuille viendront recouvrir 41 murs dans la ville de Paris. Cette initiative écologique baptisée «Des jardins sur les murs» a été rendue possible grâce à la mobilisation des Parisiens qui ont été plus de 21 000 à voter pour son développement dans le cadre du budget participatif 2014. «Ces murs vont permettre de résorber les îlots de chaleur, d’absorber un peu de pollution, d’améliorer la qualité de l’air, le tout en faveur de la biodiversité», se réjouit Pénélope Komitès, adjointe à la maire de Paris en charge des espaces verts. Grâce au second projet «Du vert près de chez moi», 53 autres façades végétalisées verront le jour dans la capitale en 2015.

 Climat : l’Afrique fait partie de la solution» pour la diplomatie française
© OECD Development Centre/Flickr

Climat : l'Afrique fait partie de la solution pour la diplomatie française

7 avril 2015. Secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie, Annick Girardin, a entamé lundi 6 avril à Addis-Abeba une tournée africaine qui la conduira au Kenya, en Tanzanie, en Côte d’Ivoire, au Niger et au Burkina d’ici à la fin du mois d’avril.  Sur la route vers la COP21, son rôle est de recueillir les attentes des pays les plus vulnérables. Dans les débats sur le changement climatique, l’Afrique a une position particulière peu contributrice (4% des émissions globales) elle en subit cependant grandement les conséquences. La secrétaire d’Etat s’exprime sur ses plans pour concilier croissance économique et responsabilités climatiques.

Subglacior sonde les archives du climat
© ENGIE

Subglacior sonde les archives du climat

3 avril 2015. Imaginée par des équipes issues de quatre laboratoires français, la sonde Subglacior, qui sera testée à la fin de l’année 2016 en Antarctique, a été conçue pour évaluer rapidement l’âge des glaces qu’un site spécifique renferme. Une innovation qui permettra d’accélérer considérablement les recherches sur la calotte glaciaire et d’en révéler les secrets vieux d’un million d’années. Grâce à la nouvelle sonde, les chercheurs pourront non seulement mieux comprendre les changements dans la fréquence et la durée des périodes de glaciation mais aussi certains les mécanismes méconnus du climat actuel.

Climat : les contributions des Etats pour la COP21 en infographie
© Flickr

Climat : les contributions des Etats pour la COP21 en infographie

2 avril 2015. La première étape sur la route vers la COP21 est maintenant franchie. Sur les 196 Etats s’étant accordés à Lima en décembre 2014 pour livrer, le plus en amont possible, leurs engagements, 34 seulement ont respecté la 1ère date limite du 31 mars. Actu-environnement revient, pays par pays, sur les contributions très variées déposées par chacun. Prochain rendez-vous le 1er octobre : les contributions publiées avant cette date seront agrégées dans un rapport de synthèse afin de mesurer l'écart entre les promesses faites et l'objectif fixé à Copenhague fin 2009, à savoir limiter à 2°C la hausse de la température moyenne du Globe.

Les banques se mobilisent pour le climat
© ENGIE

Les banques se mobilisent pour le climat

31 mars 2015. L’Agence française de développement (AFD) organise mardi 31 mars un forum sur la «Finance climat» au ministère des Finances. L’objectif est d’inciter le secteur privé, banques, assurances ou fonds de pension, à investir 100 milliards de dollars sur des projets «verts». Dans cette optique, l’organisme a instauré une grille d’évaluation permettant de mesurer l’empreinte carbone de chaque projet et son impact réel sur le réchauffement de la planète. Un engagement significatif qui ne vise pas à «verdir l’image» des entreprises participantes mais à les rendre véritablement moins polluantes.

Une première entorse aux engagements de Lima
© ENGIE

Une première entorse aux engagements de Lima

27 mars 2015. En décembre dernier à Lima, 196 pays se sont engagés à déclarer leurs objectifs de réduction d‘émissions carbone avant le 31 mars 2015, déclarations qui devaient servir de base aux négociations de la COP21. Pourtant seuls la Norvège, la Suisse, les 28 pays de l’UE et le Mexique ont respecté l’échéance. Si les Etats-Unis devraient respecter le délai au dernier moment, de nombreux pays dont la Chine, l’Inde ou le Brésil ont déjà annoncé qu’ils reportaient leur contribution. Le chemin jusqu’à Paris est donc encore long : à eux trente, Suisse, Union européenne et Norvège représentent moins de 12% des émissions de gaz à effet de serre annuelles.

Une heure d'obscurité pour une planète plus responsable
© ENGIE

Une heure d'obscurité pour une planète plus responsable

28 mars 2015. Pour la 8e année consécutive, le Fonds mondial pour la nature (WWF) a organisé l’opération «Une heure pour la planète» qui consiste, pour les citoyens du monde entier, à éteindre leurs lumières durant 60 minutes, et à prendre conscience du coût de l’énergie consommée chaque jour au détriment de la Terre. À Paris, ce sont plus de 200 bâtiments emblématiques de la capitale, tels Notre-Dame-de-Paris ou l'Hôtel des Invalides, qui ont été plongés dans l’obscurité. La Tour Eiffel a elle aussi joué le jeu, durant cinq minutes, avant d’être rallumée grâce à l’énergie produite par une piste de danse aménagée au pied du monument. Un geste symbolique fort, à neuf mois de la COP21.

Les maires européens s’engagent dans la lutte contre le dérèglement climatique
© ENGIE

Les maires européens s'engagent dans la lutte contre le dérèglement climatique

25 mars 2015. Une tribune signée par une trentaine de maires européens a été publiée dans plusieurs journaux en ligne dont Le Monde, El Pais et The Irish Times, visant à mettre en place des solutions concrètes en faveur de la transition énergétique. Parmi les élus français, ce sont Anne Hidalgo, à la tête de Paris, Gérard Collomb, maire de Lyon et Alain Juppé, maire de Bordeaux, qui s’engagent notamment pour la réintroduction de la nature et de la biodiversité en ville, contre le gaspillage et pour la priorité aux transports en commun. Le tout en comptant sur l’appui logistique nécessaire du Parlement et de la Commission européenne. Pour le spécialiste de la Ville Intelligente Carlos Moreno, il s’agit d’une «prise de conscience exceptionnelle» qui souligne la responsabilité et le rôle à jouer essentiel des collectivités locales, «traversées en permanence par des tensions environnementales».

La captation du CO2 par la forêt amazonienne moins efficace que prévue
© ENGIE

La captation du CO2 par la forêt amazonienne moins efficace que prévue

24 mars 2015. Une étude vient de révéler que les volumes de CO2 captés par la forêt amazonienne, le «poumon de la planète», ont diminué de 30% entre 1990 et les années 2000. Une découverte en particulier pourrait nécessiter de revoir entièrement les modèles climatologiques actuels : la mortalité croissante des arbres d’Amazonie. L’augmentation de la concentration en CO2 dans l’air accélère le cycle de vie des arbres qui poussent plus vite, comme les modèles le prennent déjà en compte, mais meurent également plus vite. Ajoutée à cela l’augmentation de la sécheresse dans la région, les prédictions de capacité indéfinies de stockage pourraient devoir être entièrement revues. Une incertitude demeure cependant sur l’existence d’un phénomène similaire dans d’autres forêts tropicales.

Une journée mondiale de la météo : pour quoi faire ?
© ENGIE

Une journée mondiale de la météo : pour quoi faire ?

23 mars 2015. L’Organisation météorologique mondiale (OMM) fêtait la journée mondiale de la météo, l’occasion de rappeler les effets des changements climatiques et des conditions météorologiques extrêmes dans le monde. En 65 ans d’existence, l’OMM a permis une meilleure collaboration des spécialistes du monde entier, a contribué à l’évolution vers des radars et des satellites toujours plus performants et a permis d’optimiser les prévisions dans les régions tropicales et extratropicales. Autant d’éléments clés pour une meilleure compréhension et appréhension des évolutions qui bouleversent notre environnement.

La crise de l’eau expliquée en 5 graphiques
© ENGIE

La crise de l’eau expliquée en 5 graphiques

20 mars 2015. A l’occasion de la Journée Mondiale de l’eau du 20 mars, l’ONU a rendu public son rapport annuel sur l’or bleu et alerte sur un possible «déficit global en eau de 40% à horizon 2030». Le rapport rappelle également la place centrale de l’eau dans tous les aspects du développement durable : lutte contre la pauvreté, développement économique et préservation des écosystèmes. Autant de raisons pour lesquelles le «stress hydrique» peut également être la cause de tensions et de conflits. Améliorer l’accès à l’eau potable et limiter les impacts de l’agriculture ou des usages ménagers : Le Monde explique l’urgence d’agir en cinq cartes et graphiques commentés.

Pour un tiers des Français, l’organisation de la COP21 à Paris les forcera «à être exemplaires»
© ENGIE

Pour un tiers des Français, l’organisation de la COP21 à Paris les forcera «à être exemplaires»

19 mars 2015. A l’occasion du lancement de «Place to B» un espace de co-working dédié à une couverture «positive et prospective» de la COP21, l’institut de sondage BVA publie un baromètre sur les Français et le climat. Peu préoccupés par le sujet car trop accaparés par des «enjeux à court termes» comme le chômage, le terrorisme et le pouvoir d’achat, les Français se disent cependant en majorité prêts à agir (62%). S’ils se sentent concernés par la conférence de Paris (68%), ils sont pour autant pessimistes sur la capacité des décideurs à aboutir à un accord.

Des cyclones de plus en plus violents, conséquence du changement climatique
© Salvation Army IHQ/Flickr

Des cyclones de plus en plus violents, conséquence du changement climatique

16 mars 2015. Le Président du Vanuatu a mis en cause le changement climatique dans le désastre qui vient de frapper son pays. L’occasion d’interroger des spécialistes du climat sur le lien entre réchauffement climatique et catastrophes naturelles. Si les variables sont trop nombreuses pour affirmer scientifiquement que le climat est la cause unique de l’augmentation de la fréquence des cyclones, les experts semblent cependant s’accorder sur le fait que ceux-ci sont de plus en plus violents.

Climat : transformer les contraintes en innovation
© ENGIE

Climat : transformer les contraintes en innovation

16 mars 2015. Alors que la COP21 approche, Gilles Berhault, président du Comité 21, réseau français des acteurs du développement durable, appelle les entreprises françaises à saisir cette occasion pour se mobiliser, avec les chercheurs et les pouvoirs publics. L’objectif ? Trouver de nouvelles solutions, de nouveaux modèles, au-delà de la seule réduction des émissions de gaz à effet de serre. Economie circulaire, économie de partage, les initiatives sont nombreuses et seront notamment présentées au Business & Climate Summit à Paris, à l'Unesco, les 20 et 21 mai 2015 et lors d’une exposition dédiée aux «solutions et innovations climat» au Grand Palais à Paris et au Bourget en décembre 2015

New Delhi, leader mondial de la pollution de l’air, devant Pékin
© ENGIE

New Delhi, leader mondial de la pollution de l’air, devant Pékin

16 mars 2015. La capitale indienne est la ville où la pollution atmosphérique est le plus élevée au monde, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Maladies respiratoires, crises d’asthme, allergies, les habitants subissent directement les conséquences d’une concentration en micro-particules quinze fois supérieure au seuil de tolérance fixé par l’OMS. Face à la passivité des autorités et de la population locale, Greenpeace lance une campagne de sensibilisation.

Les émissions du secteur de l’énergie sont restées stables entre 2013 et 2014
© ENGIE

Les émissions du secteur de l’énergie sont restées stables entre 2013 et 2014

13 mars 2015. Du jamais vu depuis 40 ans pour une année de croissance économique mondiale. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) félicite particulièrement la Chine et les pays de l’OCDE pour cette stabilité encourageante, acquise grâce à l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité et aux efforts en matière d’efficacité énergétique. Cependant bien que le secteur de l’énergie soit le plus émetteur de CO2 des efforts similaires doivent être consentis par les transports, l’agriculture ou encore l’industrie.

«La 21e conférence sur le climat est une partie de poker»
© Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l'Homme/Flickr

Nicolas Hulot : «La 21e conférence sur le climat est une partie de poker»

13 mars 2015. Nommé «Envoyé spécial pour la préservation de la planète» par François Hollande, Nicolas Hulot parcourt le monde pour préparer la COP21 et faire de ce «moment de vérité pour l’humanité» un succès. Il raconte à L’Express les coulisses et les enjeux majeurs de l’événement. Pour lui, la lutte contre le réchauffement climatique est synonyme de croissance et d’emploi, mais aussi de paix. Du succès de la COP21 dépend le sort de millions de personnes.

Solar Impulse 2 démarre son tour du monde à l’énergie solaire
© Solar Impulse/Flickr

Solar Impulse 2 démarre son tour du monde à l’énergie solaire

9 mars 2015. Un tour du monde sans pétrole, sans gaz et sans moteur à explosion, c’est le pari fou d’André Borschberg et Bertrand Piccard après douze années de recherche. L’Obs fait le point sur ce projet innovant, porteur d’un message sur la possibilité d’un avenir propre et de solutions à la lutte contre le réchauffement climatique. Le Solar Impulse devrait rejoindre Abou Dhabi fin juillet, cinq mois après son premier envol.

COP21 : Paris va accueillir, mais compte bien aussi agir
© Parti socialiste/Flickr

COP21 : Paris va accueillir, mais compte bien aussi agir

5 mars 2015. «Paris et les Parisiens mobilisés pour le climat». C’est sous ce slogan que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a présenté les actions de la capitale en faveur de l’environnement, rappelant que «le défi climatique est global, mais aussi local». Parmi ces actions : faire de la ville un «showroom géant» où les solutions innovantes seront visitables, mais aussi développer l’économie du partage et surtout mobiliser les citoyens tout au long des mois qui nous séparent de la COP21.

À Genève, Toyota présente la première voiture à hydrogène
© ENGIE

À Genève, Toyota présente la première voiture à hydrogène

5 mars 2015. 17 ans après avoir présenté la première voiture hybride, Toyota présente au salon automobile de Genève, la première voiture de série alimentée à l’hydrogène, une solution écologiquement plus intéressante, à condition que les procédés de fabrication se basent également sur les énergies renouvelables. Le Télégramme fait le point sur le fonctionnement et les atouts de cette technologie qui, en France, a déjà séduit La Poste qui vise 75 000 véhicules «verts» et expérimente l’hydrogène produit à partir de panneaux photovoltaïques.

Quels sont les pays les plus exposés aux changements climatiques ?
© Leniners/Flickr

Quels sont les pays les plus exposés aux changements climatiques ?

19 février 2015. L’examen au Sénat du projet de loi de transition énergétique s’est achevé le 19 février. Les médias en ligne font le point sur les évolutions importantes apportées au texte. LeMonde.fr note ainsi des avancées sur la rénovation des bâtiments, les transports propres ou la biomasse, mais constate des reculs sur les grands objectifs climatiques.

La Commission européenne déclare la mobilisation générale pour l’Europe de l’énergie
© European People's Party/Flickr

La Commission européenne déclare la mobilisation générale pour l’Europe de l’énergie

25 février 2015. La commission européenne a présenté, le 25 février, sa stratégie pour l’Europe de l’énergie, une des priorités du mandat de Jean-Claude Juncker. L’Europe est le premier importateur d’énergie au monde, et celle-ci y est plus chère qu’aux Etats-Unis. L’objectif de la Commission est donc de faire de l’Europe un champion des énergies renouvelables, afin de réduire ses émissions mais aussi d’être moins dépendant du gaz russe. Un chantier colossal de cinq à dix ans pour créer «un marché unique intégré, connecté et sécurisé».

Salon de l’agriculture : OGM, agriculture industrielle ou biologique, quel modèle pour la production française ?
© ENGIE

Salon de l’agriculture : OGM, agriculture industrielle ou biologique, quel modèle pour la production française ?

20 février 2015. Le Salon de l’Agriculture est l’occasion de questionner les rapports complexes qu’entretiennent agriculture et changement climatique. Car l’agriculture est en effet à la fois victime et responsable du bouleversement climatique. Elle est à l'origine de 10 à 12% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’origine humaine et doit se préparer à répondre à l'explosion de l'insécurité alimentaire due aux impacts du changement climatique. Être en mesure de produire plus en émettant moins de gaz à effet de serre et en s’adaptant à des conditions climatiques en pleine évolution, c’est la promesse de l’agroécologie, que François Hollande souhaite appliquer à l’agriculture française.

Transition énergétique : comment le Sénat a changé la loi
© ENGIE

Transition énergétique : comment le Sénat a changé la loi

19 février 2015. L’examen au Sénat du projet de loi de transition énergétique s’est achevé le 19 février. Les médias en ligne font le point sur les évolutions importantes apportées au texte. LeMonde.fr note ainsi des avancées sur la rénovation des bâtiments, les transports propres ou la biomasse, mais constate des reculs sur les grands objectifs climatiques.

10 ans après son entrée en vigueur, quel bilan pour le protocole de Kyoto ?
© Le Monde.fr/Donald Walther

10 ans après son entrée en vigueur, quel bilan pour le protocole de Kyoto ?

16 février 2015. Signé en 1997, le protocole de Kyoto est entré en vigueur le 16 février 2005. Quel est son bilan dans les pays industrialisés, à qui il avait fixé des objectifs de réduction des émissions gaz à effet de serre ? Comment l’adapter maintenant que certains des pays, non impactés à la signature, sont depuis devenus des puissances fortement industrialisées ? A quelques mois de la conférence de Paris, Le Monde fait le point.

À Genève les Etats franchissent la première étape du marathon sur le climat
© ENGIE

À Genève les Etats franchissent la première étape du marathon sur le climat

13 février 2015. Le 13 février, à l’ONU, les 195 Etats membres se sont entendus sur l’approbation d'un projet de texte préparatoire à la COP21, un document de travail de quatre-vingt-six pages qui servira de base aux négociations, avec l'espoir d'aboutir en fin d'année à un accord universel. Cependant la route vers Paris est encore longue une nouvelle réunion aura lieu à Bonn, en juin, puis les négociateurs s’y retrouveront à nouveau début septembre et fin octobre, avant d’enfin rejoindre Paris.

À Genève les Etats sont invités à accélérer le tempo
© ENGIE

La consommation d'énergie de l’UE revient au niveau des années 90

11 février 2015. C’est la conclusion de statistiques publiée le 6 février par la Commission Européenne. Une baisse due à deux phénomènes : les difficultés économiques de la zone Euro d’une part, les efforts et les progrès réalisés dans le domaine de l’efficacité énergétique, d’autre part. Le rapport dépeint également une Europe encore très dépendante des importations de combustibles, avec d’importantes disparités nationales. Cependant, à l’échelle européenne, les énergies renouvelables représentent la 2e source d’électricité, derrière le nucléaire, avec près d’un quart de la production de l’union.

Francfort, Londres et Copenhague sont les villes les plus durables au monde
© ENGIE

Francfort, Londres et Copenhague sont les villes les plus durables au monde

11 février 2015. Le «Sustainable Cities Index» a classé 50 zones urbaines dans le monde en fonction de critères économiques, sociaux et environnementaux. Le classement prend en compte divers indicateurs comme les performances économiques, les infrastructures de transports, la santé et bien sûr la consommation énergétique et le taux de recyclage. Un de ses enseignements majeurs est la présence de sept villes européennes dans le top 10, aux côtés de trois villes asiatiques, quand la première ville nord-américaine, Toronto, ne se classe que 12e. Cependant, l’étude signale que toutes les villes, sans exception, ont du mal à trouver un équilibre entre les trois catégories et qu’il n’existe pas encore de ville modèle.

Changement climatique : des solutions existent, selon 9 Français sur 10
© ENGIE

Changement climatique : des solutions existent, selon 9 Français sur 10

10 février 2015. Un sondage réalisé par l'institut Ipsos pour le compte de l'agence Havas-Paris fait le point sur l’opinion des Français sur les changements climatiques. Si la grande majorité se dit inquiète et constate des conséquences concrètes, la résignation n’est pas de mise : 88% des sondés mettent leurs espoirs dans des solutions innovantes et 71% soulignent l’importance de l’action individuelle dans la lutte contre le changement climatique. Dans ce contexte les attentes vis-à-vis de la COP21 sont fortes, notamment pour sensibiliser la population à la lutte contre le changement climatique.

À Genève les Etats sont invités à accélérer le tempo
© Cop21.gouv.fr

À Genève les Etats sont invités à accélérer le tempo

10 février 2015. Du dimanche 8 au vendredi 13 février, les représentants des 195 Etats qui prendront part à la COP21 en décembre, sont réunis à Genève. Leur objectif ? Négocier et trancher sur les points ouverts lors de la vingtième conférence sur le climat à Lima en décembre dernier. De ces arbitrages naitra le texte à adopter à Paris sur les contributions à prendre par chaque pays, pour limiter le réchauffement climatique.

Énergies vertes et réseaux intelligents, l'équation gagnante
© ENGIE

Énergies vertes et réseaux intelligents, l'équation gagnante

3 février 2015. Selon une étude parue en janvier 2015 dans la revue Science, pour réussir à stopper la hausse des températures en deçà de 2°C d'ici à 2100, il faudrait laisser sous terre 80% des réserves d'énergies fossiles connues. Le développement des énergies renouvelables est donc clé dans le passage à une énergie moins carbonée. La Tribune fait le point sur les innovations en cours dans le secteur : nouveaux matériaux, nouveaux usages et amélioration des rendements.

La COP21 principal chantier franco-chinois de 2015 d’après Manuel Valls
© ENGIE

    La COP21, principal chantier franco-chinois de 2015 d’après Manuel Valls

28 janvier 2015. Dans un entretien accordé à l’agence Chine Nouvelle en amont de sa visite officielle en Chine, le Premier ministre français insiste sur l’importance du rôle de la Chine lors de la prochaine Conférence sur le Climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre prochain. Il salue l’engagement pris par la Chine, en novembre dernier, de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre et fait de la réussite de la COP 21 le principal chantier franco-chinois de l’année. La croissance verte et les questions d’urbanisme durable font partie de la feuille de route du partenariat franco-chinois à venir, a-t-il annoncé.

7 raisons de croire en l'énergie photovoltaïque
© ENGIE

7 raisons de croire en l'énergie photovoltaïque

27 janvier 2015. C’est la liste dressée par Olivier Mormiche, Président de In Sun We Trust, société française de production d’électricité à partir de l’énergie solaire, dans la tribune que lui ont réservée Les Echos. Impact environnemental, intérêt stratégique et bien sûr économique, pour cet entrepreneur le débat est clos : l’enjeu n’est plus de savoir s’il faut investir dans l’énergie photovoltaïque mais comment se positionner le plus rapidement possible sur ce marché.

Avec le biogaz, l’agriculture se met aux énergies vertes
© ENGIE

Avec le biogaz, l’agriculture se met aux énergies vertes

25 janvier 2015. Visite guidée de la nouvelle unité de production de biométhane de Mortagne-sur-Sèvre, en Vendée, la quatrième en France à avoir reçu l’autorisation d’injecter son «gaz vert» dans le réseau de GRDF. Une installation exceptionnelle, fruit de l’investissement d’une dizaine d’agriculteurs de quatre exploitations différentes et qui devrait permettre de couvrir les besoins en chauffage d’environ 500 foyers de la commune. L’occasion de faire le point sur le biogaz «la deuxième révolution du gaz» pour Catherine Foulonneau, directrice de la stratégie de GRDF.

World Economic Forum à Davos
© ENGIE

À Davos, les risques environnementaux ont pris le pas sur les risques économiques

21 janvier 2015.C’est en tout cas l’un des constats du rapport "Global risk 2015" publié en amont du Forum économique mondial, établi sur la base de consultations de plus de 900 experts. Ce dernier fait figurer de nombreux risques environnementaux parmi les dix risques considérés comme les plus probables et ceux considérés comme ayant le plus d’impacts. L’autre raison de l’importance des discussions climatiques au World Economic Forum est bien sûr l’attente d’un accord international fin 2015 sur le climat lors de la COP21 à Paris.

Le Paris de 2050 en débat
© ENGIE

Le Paris de 2050 en débat

14 janvier 2015. Pensée à partir de technologies existantes, «Paris Smart City 2050» est un projet de l’architecte belge Vincent Callebaut, réalisé en réponse à un appel d’offres de l’Agence de l’écologie urbaine de la ville de Paris. Son objectif ? Répondre aux défis actuels et futurs de la ville de Paris tout en s’inscrivant dans le Plan Climat Énergie, visant à réduire de 75% les émissions de gaz à effet de serre, dans la capitale, d’ici à 2050. Le résultat final donne à voir une ville de Paris verticale exploitant les multiples potentiels du biomimétisme. Une fascinante cité végétale, qui ne suffira cependant pas, selon Urbanews, à faire de Paris une ville durable. Une invitation à penser les solutions à notre disposition et celle à inventer pour construire la ville de demain.

2014, année la plus chaude en France et en Europe depuis 1900
© ENGIE

2014, année la plus chaude en France et en Europe depuis 1900

5 janvier 2015. Les différents laboratoires engagés dans la mesure de la température moyenne terrestre le confirment : 2014 a été l’année la plus chaude depuis le début des relevés. Si Météo France relève une température de 1,2°C supérieure à la normale dans l’Hexagone, on constate cependant d’importantes disparités régionales. Aux Etats-Unis, l’année 2014 ne pointe qu’à la 18e place avec cependant de nombreux Etats frappés par la sécheresse et des records de températures.

Les experts font le point au retour de Lima
© Capture écran Dailymotion

COP20 et perspectives pour la COP21 de Paris : les experts font le point au retour de Lima

16 décembre 2014. De retour de la COP20, Thomas Spencer, directeur du programme Climat de l’Institut du Développement durable et des relations internationales, Benoît Leguet, directeur de la recherche de CDC Climat et Alix Mazounie, chargée des relations politiques à Action Climat, font le point sur les principales avancées et décisions de Lima, et témoignent à chaud de l’état des négociations internationales.

Pour Thomas Spencer, les deux principaux objectifs de la COP20 sont remplis avec l’obtention d’une ébauche d’accord sur lequel travailler en 2015, en vue de la COP21 à Paris, et la mise en place de règles à respecter par les Etats pour la soumission des contributions sur le changement climatique. Cependant de nombreux points restent à traiter en 2015, notamment financiers et juridiques.

Appel de la ville de Paris
© ENGIE

La Ville de Paris lance un appel à démonstrateurs «climat et transition énergétique»

16 décembre 2014. A un an de la COP21, la Ville de Paris lance un appel afin d’identifier et de coordonner les acteurs privés et associatifs qui souhaitent exposer sur l’espace public leurs prototypes ou démonstrateurs en faveur de la transition énergétique et de la lutte contre le dérèglement climatique. Une occasion unique pour les entreprises et notamment les start-ups, de présenter leurs innovations, en parallèle des événements labellisés «Paris Climat 2015». Intéressés par ce projet ?  Déposez votre candidature en ligne.