Cinq risques éthiques Groupe sont identifiés pour analyse dans le cadre du processus ERM :

  • corruption,
  • atteinte aux droits humains,
  • non prise en compte des règles de concurrence et/ou d’embargo,
  • fraude,
  • insuffisance de pilotage de l’éthique.

Les processus d’évaluation des risques corruption et atteinte aux droits humains font l’objet d’une méthodologie commune à l’ensemble des entités du Groupe sur base de check-lists et d’un reporting annuel au Comité pour l’Éthique, l’Environnement et le Développement Durable (CEEDD) du Conseil d’Administration d’ENGIE.

Par ailleurs, la politique sur l’analyse du risque éthique lié aux projets d’investissement et aux grands contrats et le référentiel droits humains applicables à l’ensemble du Groupe demandent respectivement aux entités des analyses de risques corruption et droits humains pour tout nouveau projet.