Article «ENGIE, l’énergie du numérique» de Ludovic Dupin pour L’Usine Nouvelle paru le 3 novembre 2016 (extraits)

Le 5 octobre, la directrice générale d'ENGIE avançait tout sourire dans les locaux neufs et hyper-décontractés d'ENGIE Digital. Ici se trouve un vaste open space, entrecoupé de salles de réunion qui rappellent plus les espaces d'une start-up que ceux d'une multinationale de plus de 70 milliards d'euros de chiffre d'affaires. […] Ce lieu, jeune et flashy, est le symbole de la vaste transformation numérique qui s'opère dans le Groupe depuis l'arrivée d'Isabelle Kocher à la direction générale.

ENGIE Digital regroupe deux grandes activités. La Digital Factory est une véritable usine à logiciels où se réuniront des codeurs de l’entreprise, mais aussi ceux de ses partenaires pour déployer tous les outils informatiques nécessaires aux agents de terrain, aux process industriels et aux relations clients. La nouvelle entité accueillera un « hub » où les différentes directions et les différents métiers de l’énergéticien pourront venir soumettre des besoins afin de réfléchir de manière transverse aux moyens d'y répondre.

Cette structure doit devenir clé dans Ia croissance  du Groupe puisqu'Isabelle Kocher a annoncé que 1,5 milliard d'euros seraient consacrés à la transformation numérique de l'entreprise sur la période 2016-2019. Très rapidement, une structure sœur sera développée aux Etats-Unis afin de participer aux grandes ambitions du Groupe en matière de services à l’énergie, de solaire et de stockage. « Une partie de l'innovation du monde se passe de l'autre côté de l'Atlantique. Il faut qu'ENGIE Digital soit là-bas aussi », assure Yves Le Gélard, le Directeur général adjoint, chief digital officer (COO) et Directeur des systèmes d'informations  d'ENGIE. ENGIE Digital doit axer son travail sur cinq grands thèmes : le big data (utilisé dans le cadre de la maintenance prédictive), la mobilité, l'Internet des objets, les systèmes informatiques ouverts et Ia cyber-sécurité.

Un plan de 30 grands projets

ENGIE vient d'entrer dans le deuxième chapitre de sa transformation digitale […] [accompagné d’]une avalanche de grands partenariats très structurants avec des spécialistes du numérique. Le premier avec Fjord, une filiale d'Accenture, afin de développer les interfaces de relation client. Le deuxième avec l'américain Koni, un spécialiste de Ia portabilité (le fait qu'un logiciel fonctionne sur tous les supports). Le troisième avec le spécialiste du big data C3 IoT. Le quatrième avec le géant Thales pour assurer la cyber-sécurité de l’ensemble des installations de l'énergéticien.

À ces alliances, s'ajoutent des accords plus larges sur des sujets d'accès aux marchés avec General Electric et IBM. « Pour chaque sujet, nous avons voulu nous associer avec les grands leaders mondiaux.  Nous n'avons pas peur de travailler avec les meilleurs, quel que soit leur taille », assure Yves Le Gélard.

[…]

  

Isabelle KocherQuatre questions à Isabelle Kocher

L’Usine Nouvelle. Depuis votre prise de fonction, le 4 mai, vous avez multiplié les annonces dans le digital. Est-ce Ia priorité de votre action ?

Isabelle Kocher. […] La transformation du Groupe vise à faire d'ENGIE le pionnier du nouveau monde de l'énergie. Ce monde de plus en plus decentralisé où cohabiteront les grands réseaux et les petits systèmes de production et où se developperont des outils de stockage, d'autoconsommation.

Pour coupler l'ensemble, il faut développer des logiciels. Notre métier d'énergéticien exige de migrer vers le numérique, car si nous voulons conserver notre savoir-faire d'intégrateur de solutions énergétiques, il faut que nous nous investissions massivement dans toutes les composantes du monde numérique : les logiciels, les algorithmes, les data, toute Ia chaine de l'Internet des objets, les modules de stockage intelligent... On ne peut pas rester un énergéticien compétitif sans maîtriser ces outils digitaux.

Vos futurs concurrents seront-ils les géants du numérique ?

Dans ce secteur, nous nous inspirons des grands acteurs du digital comme Amazon qui ne sont pas historiquement  des acteurs du monde de l'énergie. Je veux qu'ENGIE rime avec nouvelles énergies comme Google rime avec innovation. ENGIE a pour vocation de détecter, de challenger et de sélectionner les meilleures technologies possibles.

[…] II nous faut donc stimuler l'innovation interne, rester « connectés » au monde extérieur, aux inventeurs et innovateurs et avoir une vision claire des tendances dominantes, qui vont vers un monde décentralisé et très digital.

Avec tous ces partenariats digitaux, n'existe-t-il pas un risque de dépendance ?

Au contraire, nous avons choisi de maîtriser notre destin digital. Nous avons noué plusieurs partenariats et non un seul ! […] ENGIE Digital est constitué pour moitié de collaborateurs d'ENGIE et pour moitié de ces partenaires stratégiques. Nous avons identifié les meilleurs dans chaque grand segment de Ia galaxie digitale et nous avons signé des partenariats mondiaux structurants avec eux. […]

Avec cette mutation accélérée, n'y a-t-il pas un risque de créer un ENGIE à deux vitesses ?

[…] II faut distinguer deux types d'innovation : l'innovation digitale incrémentale, qui irrigue déjà tous nos métiers, dans toutes les entités du Groupe. Et l'innovation disruptive, les business models de rupture, que nous mettrons dans ENGIE , une zone protégée où elles ont Ia possibilité de se développer en dehors des règles d'un grand Groupe. Après avoir pris leur essor, elles pourront rejoindre Ia vie normale d'ENGIE. ll faut repenser Ia façon dont nous travaillons : le digital devrait permettre à chacun d'être plus efficace, plus transverse et plus rapide.