Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et messieurs les Ambassadeurs, Mesdames et Messieurs, Chers amis,

 

Discours de Gérard Mestrallet lors de la 6<sup>e</sup> édition du Forum du Nouveau MondeDéjà la 6e édition. Quelle satisfaction de voir, au fil des années, grandir l’intérêt et l’adhésion que suscite le Forum Nouveau Monde.

Cet évènement ci doit nous faire prendre conscience de notre rôle et de notre responsabilité dans la construction de ce «Nouveau Monde».

Car nous allons l’entendre au cours de ces deux journées : L’entreprise, les technologies, l’Europe, l’Afrique, l’Asie, les modes de gouvernance, le monde de l’énergie, les villes… : tout se transforme. Tout nous transforme. Et face à ces transformations profondes, parfois déstabilisantes, deux choix s’offrent à nous : tenter désespérément de s’accrocher au monde ancien, en espérant qu’une fois la crise passée nous y reviendrons, ou porter un regard lucide sur ce qui se joue, s’adapter, et décider d’accompagner les changements.

Ce Forum, c’est précisément le rassemblement des acteurs politiques, et économiques qui ont choisi la seconde voie. Des acteurs engagés dans la définition et la mise en œuvre de «politiques meilleures pour une vie meilleure» – pour reprendre une formule chère à ce lieu.

C’est parce que GDF SUEZ partage profondément cette aspiration qu’il accompagne l’évènement qui nous rassemble aujourd’hui. Bâtir le Nouveau Monde, représente, pour notre groupe, une mission quotidienne. Bâtir le Nouveau Monde, c’est alimenter le développement et la croissance des pays émergents en leur fournissant toute l’énergie dont ils ont besoin ; mais c’est aussi aider les populations les plus démunies, sur tous les continents, à sortir de la précarité en favorisant l’accès universel à l’énergie;

Bâtir le Nouveau Monde, c’est être une entreprise responsable et engagée dans la cité.

Une ligne de conduite dont nous avons fait notre slogan : «être utile aux Hommes». Je prendrais trois exemples d’engagements en lien direct avec certains sujets à l’agenda de ces deux journées :

- Pour que l’avenir du travail soit plus inclusif, plus ouvert, plus audacieux, nous luttons ardemment pour l’égalité des chances face à l’emploi. La diversité au sein de l’entreprise est une condition de sa réussite. Par exemple, en 2013, GDF SUEZ a accueilli 3 400 alternants et a signé une convention cadre pour l’égalité professionnelle qui rappelle les objectifs du groupe en faveur de la mixité : à horizon 2015 un cadre dirigeant nommé sur trois sera une femme et le pourcentage de femmes dans le recrutement devra atteindre 30%. L’engagement de mon entreprise, je le prolonge à la Présidence de la Fondation Agir Contre l’Exclusion, qui regarde tout particulièrement comment préparer les jeunes à l’entreprise de demain.

- Autre illustration : Vous vous demanderez en fin de journée, quelle Europe doit se dessiner pour les générations futures. A cette question, GDF SUEZ répond : une Europe capable de préserver la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des citoyens, sans sacrifier l’environnement et le climat. Nous nous engageons sans relâche, et derrière nous 10 des plus gros énergéticiens européens réunis dans le «Groupe Magritte», pour défendre auprès des Etats et des institutions de l’Union cette Europe de l’énergie durable et compétitive.

- Lors du récent Sommet du Climat de New York, je suis allé porter devant les Nations Unies l’une des propositions que ce groupe défend en Europe : l’instauration d’un prix mondial du carbone. Ce choix n’est pas celui de la facilité pour une entreprise comme GDF SUEZ ; C’est le choix de la responsabilité envers nos clients, envers les générations futures et envers notre planète. Pour anticiper la très belle discussion qui fermera le Forum, je vous livre ma conviction : oui, la garantie pérenne du bien-être social et environnemental doit bel et bien être l’une des premières finalités des politiques économiques. Bâtir le Nouveau Monde, c’est l’accompagner sur le chemin d’une croissance durable partagée par tous, et c’est aussi le protéger.

A vous toutes et tous, bâtisseurs du «Nouveau Monde», je souhaite deux journées de débats stimulants, enrichissants et innovants.

 

 

Voir l’intervention de Gérard Mestrallet en vidéo