Interview de Stéphane pour le magazine des Grandes Ecoles et Universités N° 65 

 

Stéphane, DGA en charge des RH de Cofely IneoQuels sont les piliers du programme mixité chantier ?

60% des métiers de Cofely Ineo sont positionnés dans la filière chantier, une filière encore quasi exclusivement masculine. Pour les féminiser, nous avons lancé un programme d’intégration pilote dans deux Directions Déléguées en régions en passant par la voie de l’alternance et en nous appuyant sur notre réseau de 350 «maîtres de l’énergie» engagés dans le tutorat sur chantier. Si cette démarche a reçu un très bon accueil en interne, nous sommes restés confrontés à un problème de sourcing et nous sommes donc rapprochés de ManPower dont le vivier de candidats nous a permis d’accueillir 20 alternantes en 2012. Une performance quand on sait que pour recruter une femme en Bac Pro il faut traiter près de 900 candidatures.


Quel en est le bilan aujourd’hui ?

Après avoir été déployé régionalement, le programme est aujourd’hui national et nous comptons 80 femmes dans le collège ouvrier de la filière travaux. Ce programme bénéficie d’une caisse de résonnance de plus en plus forte : l’intégration de ces jeunes femmes se fait avec la bienveillance des encadrants et des collègues et ne nécessite pas d’aménagement dans le contenu des postes. Très appréciée, la présence des femmes sur les chantiers est même source d’innovation, notamment en matière de méthodes de travail. Soutenus par le Groupe ENGIE, nous travaillons aussi à la promotion des femmes à des postes à responsabilités hors-chantier grâce à une formation axée sur le leadership au féminin, du mentoring et le réseau Women In Network. Si ces résultats sont encourageants, nous ne serons parvenus à une totale mixité que lorsque les femmes seront assez nombreuses dans le corps ouvrier pour voir émerger des femmes chefs d’équipe et chefs de chantier.


Vos atouts pour séduire un(e) jeune diplômé(e) ?

Notre esprit entrepreneurial qui confère une grande autonomie à tous nos collaborateurs. Notre large palette d’activités (bâtiment, transport, aéronautique, défense, éclairage public,…) et de métiers dans un maillage territorial fort de 300 implantations. Et bien sûr notre appartenance à ENGIE, acteur majeur du secteur de l’énergie dans le monde entier.

 

Coup de projecteur sur Christel (Bac Pro CFA Delépine), apprentie électrotechnicienne chez Cofely Ineo


Christel, apprentie électrotechnicienne chez Cofley IneoQu’est ce qui vous plaît le plus dans votre travail sur chantier ?

La liberté de ne pas être enfermée dans un bureau, me lever le matin en me disant que je vais bouger et apprendre de nouvelles choses. Le contact avec les collègues qui m’ont tous très bien accueillie : pour apprendre ou pour évoluer sur le chantier, je ne me sens jamais seule. J’aime évidemment le cœur de mon métier : je travaille aujourd’hui sur la rénovation électrique d’une chaîne de magasins où je mets en pratique ce que j’apprends à l’école (câblage de prises, luminaires, sécurité incendie,…). J’aime aussi que nous soyons tous habillés pareil : en bleu, pas de différence entre les hommes et les femmes !


Pourquoi suivre votre exemple ?

Quand on est une femme, il ne faut pas avoir peur des métiers techniques ou du chantier : on est capable de les exercer comme les autres. Ce sont des métiers épanouissants, qui ouvrent à beaucoup de débouchés. Après mon Bac Pro, je pourrai par exemple me diriger vers l’électrotechnique, la domotique, l’Internet, les énergies renouvelables … Commencer sur chantier permet aussi d’évoluer vers d’autres postes, surtout dans un groupe aussi vaste que ENGIE.

 

 

À voir sur le même thème