L’énergéticien français a levé 2,5 milliards d’euros. L’obligation comportait deux tranches : une tranche de 1,2 milliard d’euros à 6 ans portant un coupon de 1,375% et une de 1,3 milliard d’euros à 12 ans portant un coupon de 2,375%. La demande a été au rendez-vous. L’émission a été sursouscrite 3 fois et a remporté un grand succès auprès des investisseurs institutionnels,notamment français, allemands et britanniques. 

Directrice de la responsabilité environnementale, sociétale et de la relation actionnaires chez ENGIE, Anne Chassagnette s’est exprimée dans Les Echos, le 23 septembre.

Anne ChassagnettePourquoi émettre des obligations vertes ?

C’est une façon de voir le développement durable comme une opportunité économique et financière. ENGIE  a une dette nette de 30 milliards d’euros. L’obligation verte permet une diversification intéressante. Sur notre obligation verte du 12 mai, 65% des investisseurs étaient «socialement responsables» (ISR). Ce sont des investisseurs que nous n’avions pas auparavant.

 

Etes-vous satisfaits du résultat ?

Cette obligation a permis de récolter 2,5 milliards d’euros. C’est le plus important «green bond» jamais réalisé pour une entreprise. Il permettra de financer notre stratégie en deux axes : le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique pour nos clients, afin de les encourager à réduire leur consommation et leur empreinte environnementale. Grâce à cette émission record, nous avons pu communiquer sur cet engagement et, en interne, cela a permis de mobiliser les collaborateurs.

 

A quoi vont servir les 2,5 milliards que vous avez levés ?

L’allocation n’a pas encore été décidée. Elle figurera dans le document de référence de fin d’année (il sera publié en mars 2015). Plusieurs appels d’offres sont en cours pour du renouvelable.

 

Etes-vous inquiets sur l’allocation des fonds, qui prend visiblement du temps ?

Nous n’avons pas d’inquiétudes. Nous disposons du temps que nous souhaitons pour allouer les fonds levés, il n’y a pas de contraintes ou d’objectif de temps. Si nous ne trouvons pas de projet adapté, les fonds resteront dans la trésorerie. Compte tenu de notre fort développement dans le renouvelable et l’efficacité énergétique, nous sommes confiants dans une allocation rapide des fonds.