Le secteur énergétique de demain ? Un monde dans lequel les clients deviendront «au moins autant producteurs que consommateurs» selon Isabelle Kocher.

Un monde énergétique en révolution

Le monde énergétique d’aujourd’hui est en plein bouleversement. Un bouleversement tel qu’Isabelle Kocher, directeur général d’ENGIE parle de «révolution énergétique». La cause ? Un «changement climatique qui change tout, et pas seulement le climat».

Ce qui a d’abord changé, ce sont les mentalités. Le changement climatique «induit une forme d’invitation générale à réinventer nos façons de vivre, à revisiter la manière dont le développement des sociétés occidentales s’est opéré depuis 200 ans».

Une transition humaine, technologique…

Fort de cette conviction, ENGIE développe une stratégie sur deux axes : une réorganisation du Groupe et un investissement dans les technologies du futur.

Pour mettre en œuvre cette transition énergétique, «la première des choses est de s’ancrer dans les territoires, c’est-à-dire d’étendre le plus possible la surface de contact entre l’organisation et ses clients». Le Groupe a ainsi revu son organisation en 2016, passant «d’une organisation métiers avec à chaque fois un réseau international à une organisation territoriale, (…) où chacune de ces organisations territoriales a pour première mission d’étendre largement (…) ses connexions avec ses parties prenantes locales».

Du point de vue des technologies, le Groupe mise sur trois domaines en particulier : le solaire, les gaz verts et le digital.

… et énergétique !

Le Groupe s’inscrit concrètement dans ce tournant énergétique. Sa stratégie de cession d’actifs à hauteur de 15 milliards dans les énergies fossiles pour en investir 22 dans les énergies renouvelables est enclenchée. Cette stratégie a déjà des retombées concrètes avec l’acquisition de Solairedirect et l’Initiative Terrawatt.

Les gaz verts ne sont pas en reste. Le Groupe investit dans l’hydrogène, et plus largement dans le stockage d’énergie, encore récemment avec l’achat du californien Green Charge Networks en mai 2016. ENGIE a toujours été très présent dans le domaine du digital et est en train de franchir une étape de plus en créant sa propre plateforme afin de centraliser l’ensemble des nouvelles «innovations et de les diffuser le plus vite possible».

Tout cela au service d’une vision claire du futur : un monde de l’énergie «qui sera d’un point de vue géopolitique probablement beaucoup plus équilibré ; qui sera (…) capable de basculer vers du 100 % sans émissions de CO2 (…) ; et puis qui sera très largement décentralisé, digitalisé et avec une interface avec nos clients qui va radicalement changer dans sa nature puisque nos clients deviendront, dans ce monde que je vous décris, au moins autant producteurs que consommateurs», conclut Isabelle Kocher.