M. le Secrétaire Général, Excellences, Mesdames et Messieurs,

Il faut agir contre le changement climatique.

ENGIE est la première utility dans le monde. Forte de cette position, mon entreprise est déterminée à leader de la transition énergétique en Europe ainsi qu’à s’imposer comme l’énergéticien de référence dans le monde.

La Conférence des Parties, qui se tiendra en décembre 2015 à Paris, nécessitera que les gouvernements prennent des décisions à long terme sur des engagements à l’échelle mondiale pour faire face au changement climatique.

Nous soutenons la tarification du carbone parce que nous croyons qu’il est nécessaire de s’occuper des risques liés au changement climatique, et nous soutenons les mesures destinées à maîtriser efficacement le coût des réductions des émissions de dioxyde de carbone (CO2). Nous sommes favorables aux approches fondées sur le marché et aux échanges de quotas d’émission car ils confèrent aux entreprises la flexibilité nécessaire pour réduire les émissions au moment et à l’endroit où c’est le plus viable économiquement.

ENGIE accorde son soutien plein et entier à la Déclaration de la Banque Mondiale sur la Tarification du Carbone et les critères leadership sur le prix du carbone établis par le Pacte Mondial.

Nous sommes conscients de notre responsabilité envers les clients et les divers acteurs dans le monde entier, ainsi que de notre devoir de leur rendre des comptes : nous nous sommes fixés des objectifs, y compris la réduction de nos émissions de dioxyde carbone (CO2) par kilowattheures (kWh) de 10% d’ici à 2020, l’augmentation de notre activité commerciale dans le domaine de l’efficacité énergétique de 40%, ainsi que la croissance des énergies renouvelables de 50% dans notre portefeuille de production. Nous devons anticiper les risques, dont ceux qui sont liés au changement climatique. C’est pourquoi mon groupe utilise des scénarios de moyen et long terme incluant des prix du carbone élevés, pour établir un plan d’investissement annuel.

 

J’ai eu le privilège de diriger le groupe Magritte, réunissant les énergéticiens européens. Cette coalition a remis des recommandations détaillées à la Commission européenne pour le Paquet énergie-climat 2030, en particulier sur le sujet de la réforme du système communautaire d’échange de quotas d’émission (SCEQE), pour améliorer sa résilience et établir un prix du carbone en vue d’encourager les investissements à faibles émissions de carbone.

Le prix du carbone doit être renforcé, 60 pays ont déjà adopté des réglementations, qui instaurent un prix du carbone.

Pour finir, je dois évoquer le fait qu’en mai de cette année nous avons émis une obligation verte de 2,5 milliards d’euros (Green Bond), dans le cadre de notre stratégie concernant la transition énergétique. C’est l’obligation de ce type la plus importante jamais émise par une entreprise privée. Cette obligation, sursouscrite trois fois en l’espace de deux heures, financera les projets portant sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables.

Le moteur principal des politiques vertes doit être la mondialisation du prix du carbone. Je suis heureux de voir ici tant de partisans de cette position, défendue par nos partenaires : la Banque mondiale et le Pacte mondial.

Thank you

 

 

    Le Sommet du Climat des Nations Unies à New York