Gérard Mestrallet, Président-Directeur-Général d'ENGIE

Gérard Mestrallet, Président-Directeur général d’ENGIE, salue l’accord historique signé par 196 pays à l’issue de la Conférence sur le climat (COP21) à Paris :

«La mobilisation de l’ensemble des acteurs était très importante et les attentes étaient fortes. J’ai toujours dit qu’un accord contraignant était absolument nécessaire et je suis heureux de constater que celui auquel sont parvenus les Etats porte des objectifs extrêmement ambitieux. Concernant le prix du carbone, je constate avec satisfaction qu’il est mentionné dans le texte. C’est une première étape pour continuer le travail sur ce sujet, notamment dans le cadre des travaux du Business Dialogue qui se réunira prochainement au Maroc, pays d’accueil de la COP22 l’année prochaine».

 

Depuis la conférence sur le climat de Copenhague en 2009, la société civile, les responsables politiques et les entreprises ont véritablement pris conscience qu’il existe un risque environnemental du fait du réchauffement climatique. L’accord du 12 décembre 2015 fixe ainsi la feuille de route pour prendre, à partir de 2020, les mesures nécessaires pour atteindre l’objectif de limiter le réchauffement climatique à +2°C, et évoque même l’option d’une limitation à +1,5°C pour satisfaire les pays les plus vulnérables.

ENGIE se réjouit de l’issue positive de ces négociations et continuera à s’impliquer dans les prochaines étapes et travaux permettant la mise en œuvre de cet accord, notamment sur les questions liées à la tarification du carbone, aux mécanismes de transfert de réduction d’émissions, au développement des énergies renouvelables, et à l’accès à une énergie durable pour tous.

La mention de mécanismes de prix du carbone dans l’accord est un sujet de satisfaction pour le secteur privé afin de donner un signal fort pour inciter à réduire les émissions de CO2. Coordinateur des travaux du Business Dialogue qui rassemblait des négociateurs de près de 30 pays et des chefs d’entreprise internationaux de tous secteurs d’activité afin de remettre des propositions à la Présidence française de la COP21, Gérard Mestrallet prolongera son engagement en faveur d’un prix du carbone lors de la prochaine session du Business Dialogue début 2016.

Acteur mondial de l’énergie présent dans plus de 70 pays, ENGIE est fortement engagé dans la réduction de ses émissions de carbone, notamment en recourant aux technologies les plus avancées à travers le monde. Cet engagement est pleinement intégré à sa stratégie : être leader de la transition énergétique en Europe et être l’énergéticien de référence sur les marchés à forte croissance.

Conscient de sa responsabilité et du rôle majeur qu’il a à jouer dans la transition énergétique, ENGIE s’est également fixé des objectifs environnementaux ambitieux :

  • augmenter de 50 % sa capacité installée en énergies renouvelables dans le monde entre 2009 et 2015,
  • doubler sa capacité de production à base d’énergie renouvelable en Europe d’ici 2025
  • réduire de 10 % ses émissions spécifiques de CO2 d’ici 2020 pour les activités de production électrique et de chaleur associée.

Le Groupe a par ailleurs décidé que tous ses nouveaux investissements dans la production d’électricité seront désormais des projets n’émettant pas ou peu de CO2, dans les énergies renouvelables et le gaz naturel, et de ne pas lancer de nouveau projet charbon.