Gérard Mestrallet a défendu l’idée d’instaurer un prix au carbone, défini en fonction du taux de CO2 émis. Il a rappelé l’engagement d’ENGIE ainsi que des collaborateurs du Groupe à œuvrer en faveur de la transition énergétique. Avec un secteur de l’énergie en pleine transformation, Gérard Mestrallet a rappelé que «si le charbon représente  aujourd’hui  40% de la production d’électricité dans le monde et 50% dans les pays émergents»,  pour ENGIE en revanche « 85% de nos productions d’électricité sont sans émissions de CO2 ou à faible émissions de CO2 ».  Gérard Mestrallet  a aussi confirmé que : «plus de la moitié des projets de production d’électricité du Groupe sont totalement renouvelables et le reste est aujourd’hui à très faible émission de carbone comme par exemple les centrales à gaz».