Interview d’Isabelle Kocher dans La Lettre institutionnelle d’ENGIE « Redécouvrons l’énergie » n°22 – Décembre 2016

 

Isabelle Kocher, Directeur Général d’ENGIE

Isabelle Kocher. À l’heure de la COP22, la lutte contre le réchauffement climatique nous engage tous envers les générations futures. En France, la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte invite à accélérer les actions pour mieux maîtriser notre consommation d’énergie, notamment dans le bâtiment. Ce secteur est le premier poste de consommation en France et l’efficacité énergétique y revêt des enjeux non seulement technologiques, environnementaux mais également sociaux. Les nouvelles technologies, à l’instar des objets connectés, sont un moyen pour mener des nouvelles actions : pour tous les consommateurs, pour maîtriser et d’ajuster leur consommation d’énergie ; pour les fournisseurs de proposer à leurs clients des services individualisés. L’enjeu est notamment majeur pour les 5 millions de ménages en situation de précarité énergétique qui consacrent plus de 10% de leurs revenus aux dépenses d’énergie pour leur logement. C’est en favorisant les partenariats avec les parties prenantes et en développant des solutions locales et innovantes que nous réussirons le défi de l’efficacité énergétique.

De nombreuses solutions existantes au service des territoires

La loi transition énergétique comporte des objectifs ambitieux pour les bâtiments : 500 000 rénovations énergétiques lourdes de logements par an, tous les bâtiments en « basse consommation » en 2050. L’essentiel des textes d’application a été pris, notamment en matière de fonds de garantie pour la rénovation énergétique ou d’individualisation des frais de chauffage.

ENGIE souhaite prendre toute sa part dans ce chantier incontournable au service des collectivités locales ou des particuliers. Le Groupe développe et préconise des solutions de maîtrise de l’énergie : diagnostic des consommations multifluides et multisites, installations d’équipements techniquement plus performants, recours accru aux énergies renouvelables (biomasse, solaire et géothermie), actions sur le bâti comme l’isolation thermique, télégestion avec le pilotage à distance des installations.

Réduire l’empreinte énergétique

Toutes ces actions permettent aux collectivités de réduire leur emprunte énergétique, notamment via des contrats de performance énergétique. Ceux-ci s’accompagnent d’une sensibilisation des occupants à la maîtrise de l’énergie. Pour les consommateurs en situation de précarité énergétique, ENGIE s’investit aux côtés de structures associatives pour mener à bien ces actions de sensibilisation ou accompagner la rénovation énergétique de leur logement.

La révolution digitale permet d’amplifier l’action

Le numérique est sans conteste un outil essentiel dans la révolution énergétique. Notamment, il rend le bâtiment intelligent, c’est-à-dire connecté et communiquant. L’arrivée des objets connectés, IOT(1) permet d’ores et déjà de disposer de multiples informations dans de nombreux domaines (consommation, température, présence d’individus…). ENGIE ambitionne de déployer 100 000 objets dans le domaine de l’efficacité énergétique dans les cinq ans.

Le développement de nouveaux modes de communication facilite leur mise en œuvre au service de la gestion des bâtiments. ENGIE s’associe ainsi avec des startups comme Sigfox pour transporter les données de 15 000 de nos objets connectés d’ici 3 ans. Enfin, le regroupement des données ainsi collectées sur une plateforme centralisée permet de mieux piloter les installations et d’optimiser leur utilisation. A titre d’exemple, ENGIE va rénover les chaufferies de 140 écoles de la Ville de Paris. Cette action s’accompagne de l’installation de thermostats connectés, de capteurs de température et de présence, d’interrupteurs connectés dans chaque classe. L’objectif est d’effectuer un suivi des consommations et d’anticiper les besoins au fil des années dans un souci d’atteindre 30% d’économie d’énergie en assurant le confort des occupants. Les équipements sportifs bénéficient aussi de ces évolutions technologiques. ENGIE développe des solutions adaptées à la consommation de ces bâtiments, notamment les piscines : renouvellement de l’air intérieur en fonction des besoins analysés en temps réel.

A l’échelle de la ville

Dès aujourd’hui, la rénovation énergétique se planifie à l’échelle du bâtiment.  La modélisation 3D des bâtiments(2) permet ainsi d’estimer leurs consommations futures en se basant sur leur maquette numérique, c’est-à-dire leurs consommations actuelles d’énergie et les travaux de rénovation réalisés. En outre, l’amélioration des technologies, comme la thermographie aérienne de quartiers et de villes, facilitera l’identification des zones prioritaires. Ces outils de modélisation 3D permettront aussi de mener des politiques de rénovation urbaine ciblées et ambitieuses, à l’échelle du quartier et de la ville. 

 

(1) : « Internet Of Things », Internet des objets.

(2) : « Building Information Model ».