Pour Olivier Biancarelli, ENGIE a « fait un choix clair pour passer de la Smart City aux Smart Territories ».

>> Retrouvez l’intégralité de la tribune d’Olivier Biancarelli sur LinkedIn.

Tribune publiée le 16 juin 2017 sur LinkedIn Influenceurs (extrait)

Olivier Biancarelli, Directeur Solutions décentralisées pour les Villes et les Territoires chez ENGIE

Qu’est-ce qui rend une ville « smart » ?

Reconnaissons-le, le concept de smart city – cantonné, il n’y a pas si longtemps, à quelques colloques – est souvent abordé par le biais de la dernière innovation, la dernière start-up, la dernière appli. L’accent est mis sur la dimension technologique, la puissance du numérique… parfois avec une certaine fascination. Et nombre d’investissements se font dans des projets pilotes, des « first of a kind », des « POC ». C’est assurément utile.

Mais est-ce bien là la meilleure manière de rendre les villes intelligentes ? Où est, dans cette approche, la réalité des territoires ?

La stature internationale d’ENGIE nous offre une position d’observateur privilégié. Et ce que nous observons c’est que, partout dans le monde, rares sont les cas où une appli, une technologie, une startup, peuvent, seules, répondre aux enjeux des décideurs.

Car les sujets que les décideurs en charge d’un territoire ont à traiter sont complexes, imbriqués. Par exemple, garantir la qualité de l’air ne peut se résumer à traiter un problème de taux de polluants à la sortie des pots d’échappement. Ou à réduire les émissions liées à la production d’électricité. Ou encore à maîtriser les émissions liées à la consommation énergétique des bâtiments. Ce sont toutes ces problématiques qu’il faut aborder ensemble. Et elles sont-elles mêmes étroitement liées à d’autres problématiques centrales dans les territoires : la mobilité, la sécurité et les capacités de résilience des villes.

Cette complexité appelle un regard lucide sur la nature et les besoins des territoires. Les territoires davantage que les « seules » villes. Soit des ensembles bien délimités géographiquement et dépendant d’une autorité, publique ou privée : villes, bien sûr ; mais aussi îles, bases militaires, campus universitaires…

Certes, ces territoires ont besoin de solutions intelligentes. Mais pour être authentiquement intelligentes, elles doivent être pensées en profondeur. Il leur faut lier l’infrastructure, les services à l’infrastructure et, bien sûr, l’apport puissant et singulier des solutions numériques.

Cette conviction nous a amenés à développer une offre inédite, il y a 2 ans maintenant : le B2T. Une offre de « Business To Territories » pensée avec et pour les territoires. Et disons-le sans fausse modestie : elle rencontre un grand succès.