Le concept de territoire à énergies positives repose sur l’engagement des collectivités à élaborer une stratégie énergétique globale, visant à la fois la transition énergétique et le développement du territoire. En effet, dans un contexte de crise, économique, énergétique et écologique, les collectivités souhaitent désormais se doter d’infrastructures leur permettant de subvenir à leurs besoins énergétiques, tout en veillant au respect de l’environnement et au soutien de l’économie locale.

Établir une feuille de route précise

Ainsi, pour obtenir un «territoire à énergies positives», ou «TEPOS», les collectivités doivent combiner différentes actions en matière d’efficacité énergétique, de sobriété énergétique et de production d’énergie, décentralisée et renouvelable et d’optimisation des ressources locales. Ces actions peuvent reposer sur de nombreux projets : installation d’éoliennes, développement de l’énergie photovoltaïque, valorisation des déchets, méthanisation, biocarburant, lutte contre la précarité énergétique, etc.
L’objectif de ces actions est à la fois de valoriser les richesses locales, de créer des emplois non délocalisables et surtout d’améliorer la qualité de vie et l’attractivité du territoire. C’est pourquoi il est essentiel que la population (habitants et entreprises) soit largement associée et impliquée dans la mise en place d’un territoire à énergies positives.  Et pour se lancer, les collectivités doivent établir une stratégie, une feuille de route précise, en deux phases :

  • Tout d’abord, il est essentiel de faire le point sur l’état des lieux du territoire : ressources disponibles, contexte socio-économique local, réseaux énergétiques, disponibilité du foncier, infrastructures, transport. Ceci afin de connaître précisément les capacités de la zone.
  • Dans un deuxième temps, la collectivité, sur la base des informations collectées précédemment, détermine les objectifs à mener, en accord avec toutes les parties prenantes. Ces objectifs doivent impérativement tenir compte de leurs impacts potentiels sur l’environnement.

Énergies positives : un plan d’action sur quatre axes

Une fois la feuille de route clairement établie, un plan d’actions articulé sur plusieurs volets (à court, moyen et long terme) peut être mise en place, sur la base de quatre axes principaux :

  • Le développement des énergies renouvelables locales, en fonction des ressources disponibles sur le territoire (éolien, solaire, biogaz, biomasse, etc.) et de situation géographique.
  • L’efficacité énergétique, notamment dans les bâtiments via la mise en place de solutions pour réduire et mieux gérer la consommation d’énergie, ou installer des systèmes de récupération de chaleur.
  • La mobilité, avec l’utilisation de carburants alternatifs, optimisation des flux du réseau routier, etc. 
  • La sobriété énergétique, via la sensibilisation des habitants et utilisateurs au développement d’actions locales.

La collectivité doit ensuite assurer le déploiement de ce plan à toutes les étapes de la mise en œuvre (réalisation, exploitation, maintenance). Dans un deuxième temps, il sera essentiel de mettre en place des outils efficaces de suivi des actions, afin de vérifier que le territoire à énergies positives réponde au cahier des charges établi en amont.


Gérard Mestrallet, Président-Directeur Général d'ENGIE

«L’Europe de l’énergie est aujourd’hui en pleine mutation, sous l’effet des 4D : Dérégulation, Décentralisation de la production, Digitalisation et Déclin. En effet, il faut reconnaître qu’en raison du faible rythme de croissance économique attendu pour les prochaines années, la consommation d’énergie va stagner. Notamment aussi parce que les actions d’économies d’énergie sont efficaces. La transition énergétique va entraîner plus d’efficacité énergétique, plus de renouvelable, plus de territorialisation. Combinant ces différents aspects, les démarches énergétiques des territoires s’inscrivent en droite ligne de cette mutation. Mais, pour réussir, elles devront tenir compte du contexte local et être cohérentes avec les politiques européennes et nationales.»