«Encourager l’émergence de territoires à énergie positive est prioritaire», explique Nordine Boudjelida. Les intercommunalités sont au cœur de la transition énergétique à l’échelon régionale, quelles soient urbaines ou rurales. Jusqu’à présent, on connaissait le bâtiment à énergie positive, c’est-à-dire le bâtiment qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme. Ainsi, un territoire à énergie positive est un territoire où l’on produit plus d’énergie qu’il n’en consomme, et surtout plus d’énergie renouvelable. Pour ce faire, selon Nordine Boudjelida, tous les acteurs d’un territoire, y compris les entreprises, sont concernés et doivent engager des actions pour réduire leur consommation.

Ecouter l’interview de  Nordine Boudjelida sur NéoPlanète :

Transition énergétique : «Favoriser l’électro-mobilité»,
transport et mobilité durable, un secteur central de la transition énergétique.

A la promotion des modes doux, des services d’auto-partage au covoiturage… il s’agit désormais de favoriser l’électro-mobilité. L’augmentation de l’autonomie en est un facteur clé. Cela passe par l’hybridation, avec la production du bio méthane. A terme, le parc thermique devra évoluer vers un parc électrique. «L’hydrogène permet de stocker l’énergie, et notamment l’énergie renouvelable. Une piste en Rhône-Alpes, où se situent 80% de la filière hydrogène. Nous travaillons à une trentaine de véhicules électriques couplés à des prolongateurs d’autonomie hydrogène», affirme avec optimisme Nordine Boudjelida.

Ecouter l’interview de  Nordine Boudjelida sur NéoPlanète :


Transition énergétique : «Un observatoire sur les effets du changement climatique et des conseillers pour informer», près de 90 conseillers informent les Rhônalpins des actions efficaces pour réduire la consommation d’énergie.

Un observatoire régional sur les effets du changement climatique (ORECC) a été lancé à Lyon fin 2013. Objectif : informer les élus des évolutions nécessaires. Les villes doivent s’adapter à des amplitudes thermiques de plus en plus fortes. L’agriculture doit notamment s’organiser en fonction de la ressource en eau. Bilans météo, mesure du débit des cours d’eau, enneigement des stations… L’entrée en fonction de l’observatoire sera progressive. «A l’occasion d’un exercice de prospective à l’horizon 2050, on a démontré que nous pouvions atteindre 75% de notre mix énergétique composés d’énergies renouvelables. A condition de réduire les consommations énergétiques du bâtiment et celles liées au transport.» Nordine Boudjelida d’ajouter : «La région Rhône-Alpes est sur cette trajectoire avec la conviction que tout cela est atteignable.»

Ecouter l’interview dans Nordine Boudjelida sur NéoPlanète :