menu
Menu
Corporate
Profils
 
Retour liste
23
avr
2013

Premier trimestre 2013 : une performance en ligne avec les perspectives 2013

Données pro forma (1) avec mise en équivalence de Suez Environnement au 1er janvier 2012.

 

Chiffre d’affaires : 24,6 milliards d’euros (+ 0,0% brut, + 2,3% organique)

EBITDA :  5,0  milliards d’euros (- 5,1% brut, – 1,2% organique)

Dette nette :  34,1 milliards d’euros (- 2,5 Mds € par rapport au 31/12/12)

 

Le chiffre d’affaires réalisé au 31 mars 2013 s’élève à 24 564 millions d’euros, stable en variation brute et en croissance organique de + 2,3%. Cette croissance provient de la poursuite du développement du Groupe sur les marchés à forte croissance, de conditions climatiques plus froides qu’en 2012 impactant favorablement les ventes de gaz naturel en France et de la progression des ventes de GNL avec une forte activité d’arbitrage en Asie et en Europe.

L’Ebitda sur la période s’élève à 4 989 millions d’euros, en recul de – 5,1% en brut et de – 1,2% en organique par rapport au 31 mars 2012. Au-delà de l’effet périmètre lié à l’impact du programme de cessions (- 173 millions d’euros), la performance organique du trimestre reflète :

  • la croissance des résultats de la branche Energie International, grâce à la mise en service de nouveaux actifs et à l’amélioration de la performance opérationnelle particulièrement en Amérique du Nord, en Amérique latine et en Asie,
  • le recul des résultats de la branche Energie Europe pénalisés par l’indisponibilité des centrales nucléaires belges de Doel 3 et Tihange 2, la baisse des prix de marché de l’électricité dans un contexte de pression concurrentielle et régulatoire accrue, et ce malgré des conditions climatiques favorables et le rattrapage 2012 accordé en 2013 sur le tarif réglementé du gaz en France,
  • le recul des résultats de la branche Global Gaz & GNL en particulier du fait de la baisse temporaire de la production de l’Exploration–Production, impactée notamment par des arrêts de production en Norvège pendant le 1er trimestre 2013,
  • la croissance des résultats de la branche Infrastructures en particulier grâce à l’effet favorable du climat,
  • une légère progression des résultats de la branche Energie Services dans un environnement toujours difficile.

Globalement et à climat moyen, ces performances sont en ligne avec les perspectives annuelles annoncées par le Groupe.

En données IFRS, les évolutions sont du même ordre :

Données consolidées IFRS(1) avec consolidation en intégration globale de Suez Environnement

Chiffre d’affaires : 28,1 milliards d’euros (- 0,4% brut, + 1,7% organique)

EBITDA : 5,6 milliards d’euros (- 4,5% brut, – 1,0% organique)

Dette nette :  41,6 milliards d’euros (- 2,3 Mds € par rapport au 31/12/12)

 
Pour 2013, le Groupe réaffirme ses objectifs financiers(2) , avec les hypothèses suivantes :

  • impact positif de la décision du 30 janvier 2013 du Conseil d’Etat sur les tarifs réglementés du gaz en France,
  • redémarrage des centrales belges de Doel 3 et Tihange 2 au 2ème trimestre 2013,
  • mise à jour des prix des commodités à fin janvier 2013.

Avec ces hypothèses, le Groupe anticipe :

  • un résultat net récurrent part du Groupe(3)  entre 3,1 et 3,5 milliards d’euros, à climat moyen et régulation stable. Cet objectif repose sur une estimation d’Ebitda comprise entre 13 et 14 milliards d’euros, après prise en compte de la mise en équivalence de Suez Environnement,
  • des investissements bruts entre 7 et 8 milliards d’euros,
  • un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5x et le maintien d’une notation de catégorie « A ».

Dans ce contexte, le Conseil d’administration envisage un acompte sur dividende de 0,83 euro par action au titre de l’exercice 2013, qui serait versé le 20 novembre 2013.

FAITS MARQUANTS DU 1er TRIMESTRE

Le Groupe a poursuivi la mise en œuvre de sa stratégie et le développement de son profil distinctif :

Accélération du développement sur les marchés à forte croissance

  • En Arabie Saoudite, mise en service commerciale de Riyadh PP11, centrale  à gaz d’une capacité de 1 729 MW
  • A Oman, mise en service commerciale de deux centrales à gaz Barka 3 et Sohar 2, d’une capacité de 744 MW chacune
  • Au Maroc, construction du parc éolien de Tarfaya, le plus vaste d’Afrique et d’une puissance de 300 MW
  • Au Panama, démarrage de l’exploitation commerciale de la centrale hydro-électrique de Dos Mares, d’une capacité de 118 MW
  • En Chine, discussions avec un partenaire chinois pour la conversion de 6 gisements déplétés en stockages de gaz

 Transformation du modèle du Groupe dans les pays matures

  • Poursuite de la mise en œuvre du plan d’actions ambitieux, Perform 2015
  • Poursuite de la revue des actifs de production électrique thermique  en Europe, avec un projet de réorganisation et d’optimisation de l’activité des centrales françaises

 Renforcement de la contribution des activités à résultats récurrents

  • Exploitation en partenariat avec Cyberview du réseau de froid urbain de Cyberjaya, première cyber-cité de Malaisie
  • Développement des ventes de GNL avec 15 cargaisons expédiées en Asie contre 12 au 1er trimestre 2012 
  • En France, nouveau tarif pour le transport de gaz naturel et pour les terminaux méthaniers offrant une visibilité sur 4 ans

Au 31 mars 2013, la dette nette s’établit à 34,1 milliards d’euros et intègre notamment sur la période :

  • 2,7 milliards d’euros de cash flow from operations (équivalent à 2,1 milliards de free cash flow), et
  • 1,6 milliards d’euros d’investissements bruts

Le ratio dette nette/Ebitda est à 2,4x en ligne avec l’objectif ≤2,5x.

A fin mars 2013, le Groupe affiche toujours un niveau élevé de liquidité à 18,8 milliards d’euros, dont 10,3 milliards d’euros de trésorerie et 8,5 milliards d’euros de lignes de crédit disponibles. Le coût moyen de la dette brute se situe désormais à 3,8%.

CHIFFRE D’AFFAIRES CONTRIBUTIF PAR BRANCHE

Le chiffre d’affaires est stable en brut et progresse de + 2,3% en organique avec – 468 millions d’effets périmètre liés à la mise en œuvre du programme d’optimisation de portefeuille et – 89 millions d’euros d’effets change, principalement sur le real brésilien.

 

Branche Energie International

Le chiffre d’affaires de la branche Energie International s’établit à 3 953 millions d’euros, en baisse brute de 5,2% et en croissance organique de + 4,2% par rapport au 1er trimestre 2012. Ces évolutions intègrent d’une part l’impact du programme d’optimisation du portefeuille (- 306 millions d’euros), et d’autre part la mise en service de nouvelles centrales en Thaïlande et en Amérique latine, et l’augmentation des prix de l’électricité principalement au Brésil, en Thaïlande et en Australie. Les ventes de gaz atteignent 22,6 TWh et les ventes d’électricité s’élèvent à 53,8 TWh.

 

Amérique Latine

Le chiffre d’affaires de la région Amérique latine s’établit à 935 millions d’euros, soit une baisse organique de – 2,1% par rapport au 1er trimestre 2012. Cette baisse s’explique principalement par des revenus plus faibles au Chili, dus à la baisse des ventes de GNL du fait de la fin de certains contrats d’approvisionnement en gaz et de la fin de conditions exceptionnelles dans certains contrats de vente d’électricité. Au Brésil, la mise en service progressive de la centrale hydraulique d’1 090 MW) combinée à l’augmentation du prix de vente moyen, liée notamment à l’inflation, ont permis une accélération des ventes. L’activité du Groupe au Pérou présente une évolution positive grâce à la mise en service de la centrale de Chilca Uno et à la signature de nouveaux contrats.
 
Les ventes d’électricité sont stables à 13,3 TWh, tandis que les ventes de gaz sont en repli de – 1,1 TWh, notamment au Chili, s’établissant à 1,7 TWh.

 

Amérique du Nord

Le chiffre d’affaires de la région Amérique du Nord atteint 1 027 millions d’euros, en baisse organique de  – 4,0%.

Les ventes d’électricité reculent de – 0,7 TWh, à 16,3 TWh, du fait d’une pression concurrentielle accrue et suite à la cession de plusieurs actifs aux Etats-Unis et à la vente partielle du portefeuille éolien au Canada. En revanche, on constate une meilleure disponibilités des actifs de production et des conditions de prix favorables.

Les ventes de gaz naturel diminuent de – 6,1 TWh, à 11,9 TWh. Cette baisse des volumes est atténuée par l’augmentation des prix du gaz aux Etats-Unis (Nymex) en raison des faibles températures pour la saison.

 

Royaume-Uni et autre Europe

Le chiffre d’affaires de la région s’élève à 847 millions d’euros, en diminution organique de – 6,1 % par rapport au premier trimestre 2012.

Les ventes d’électricité sur la période s’élèvent à 8,2 TWh, en recul de – 1,4 TWh, incluant les effets de périmètre, principalement suite à la cession d’actifs éoliens combinée à une baisse des volumes des actifs de production d’électricité en Europe continentale. Les ventes de gaz représentent 6,7 TWh, en baisse de – 0,1 TWh, suite à la baisse des ventes sur le marché de détail.

 

Moyen-Orient, Turquie et Afrique

Le chiffre d’affaires de la région Moyen-Orient, Turquie et Afrique s’élève à 302 millions d’euros, en croissance organique de + 11,6%. Cette croissance est liée à une reprise des ventes d’électricité en Turquie, sans impact sur les marges.

 

Asie

Le chiffre d’affaires de la région Asie atteint 500 millions d’euros en croissance brute de + 2,0%, malgré le changement de méthode de consolidation de Senoko, à Singapour, et affiche une forte croissance organique de + 54,0%.

La croissance organique résulte essentiellement de la mise en service d’actifs de production d’électricité en Thaïlande (Gheco One en juillet et SPP12 (TNP2) en décembre), ainsi que de l’augmentation des prix.

Les ventes d’électricité s’élèvent à 6,3 TWh, en hausse de + 1,2 TWh, en dépit de l’effet périmètre défavorable de – 1,3 TWh lié aux ventes de Senoko l’année dernière.

 

Australie

Le chiffre d’affaires s’élève à 341 millions d’euros en hausse organique de + 28,4 %. Cette croissance reflète principalement une augmentation des prix résultant de l’introduction de la taxe carbone en Australie au 1er juillet 2012.  

Les ventes d’électricité sont en légère baisse à 5,9 TWh.

 

Branche Energie Europe

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Europe s’établit à 14 268 millions d’euros, en recul de -2,0%. Les ventes de gaz atteignent 235 TWh dont 35 TWh aux grands comptes. Les ventes d’électricité s’élèvent à 48 TWh.

 

CWE FRANCE

A fin mars 2013, le chiffre d’affaires de GDF SUEZ Energie France s’établit à 7 236 millions d’euros. Ce chiffre est en progression de + 588 millions d’euros sur celui de 2012.

Sur le 1er trimestre 2013, les ventes de gaz naturel s’établissent à 123 TWh avec un effet climat positif important (+ 13,2 TWh) alors que le 1er trimestre 2012 avait connu un climat proche de la moyenne. Cette différence de climat compense la baisse de la demande constatée plus structurellement et l’érosion du portefeuille. GDF SUEZ maintient une part de marché d’environ 85% sur le marché des particuliers et d’environ 56% sur le marché d’affaires.

Les ventes d’électricité sont stables, la croissance des ventes aux clients directs étant compensée par les moindres ventes sur le marché. La production d’électricité (9,3 TWh) progresse de 0,4 TWh avec une meilleure hydraulicité qu’en 2012 et les mises en service de nouvelles fermes éoliennes, impacts positifs compensés par la faiblesse de la production des centrales thermiques, liée aux mauvaises conditions économiques.

CWE BENELUX – Allemagne

Le chiffre d’affaires de Benelux – Allemagne s’établit à 3 881 millions d’euros, en retrait de – 12% par rapport à 2012. Les volumes d’électricité vendus s’élèvent à 25 TWh, en baisse de – 11% sous l’effet du tassement des ventes en Belgique et de moindres ventes sur les marchés. La production d’électricité s’élève à 16 TWh en retrait de près de 3,5 TWh, en raison notamment de l’indisponibilité de deux tranches nucléaires en Belgique, d’une baisse de la production aux Pays-Bas, conséquence de spreads défavorables pour les unités gaz.

En Belgique et au Luxembourg, les ventes d’électricité diminuent avec des volumes en retrait de – 20%, à 19 TWh, principalement liés à la baisse des ventes sur les marchés et à des pertes de clients professionnels. Aux Pays-Bas, les ventes d’électricité sont en légère hausse à 2,5 TWh. En Allemagne, les ventes d’électricité augmentent de + 59%, à 3,4 TWh, sous l’effet d’une meilleure disponibilité du parc.
                
Les volumes de gaz vendus sont en progression de + 1,1 TWh (+ 2,6 %), les pertes de clients sur le segment Business et Grands Comptes en Belgique étant compensées par des conditions climatiques plus froides et une hausse des ventes sur les marchés.

SOUTH EASTERN EUROPE

La zone South Eastern Europe voit son chiffre d’affaires baisser de – 5,9 % en variation brute, pénalisée par un effet périmètre défavorable avec la cession de SPP en Slovaquie.

 

Branche Global Gaz & GNL

 

Le chiffre d’affaires contributif s’élève à 1 594 millions d’euros, en hausse brute de + 20,1 % par rapport à fin mars 2012, et de + 19,8 % en croissance organique. Le chiffre d’affaires contributif est globalement porté par la progression de l’activité GNL, avec une forte activité d’arbitrage début 2013 en Asie et en Europe, atténuée par une légère baisse de la production de l’Exploration-Production, avec :

  • une progression des ventes externes de GNL de 5,3 TWh, soit 21,7 TWh totalisant 24 cargaisons à fin mars 2013 contre 16,3 TWh totalisant 18 cargaisons à fin mars 2012, et l’impact de la hausse des prix du gaz en Europe ;
  • une légère baisse du niveau de la production d’hydrocarbures, notamment sur les champs de Gjøa et Njord en Norvège. La production d’hydrocarbures à fin mars 2013 est en baisse de 2,9 Mbep , à 13,2 Mbep vs. 16,1 Mbep à fin mars 2012.

 

Branche Infrastructures

Le chiffre d’affaires total de la branche Infrastructures, y compris intragroupes, s’élève à 2 167 millions d’euros, en hausse de + 15,5% par rapport à 2012, sous l’effet combiné des éléments suivants :

  • une moindre commercialisation des capacités de stockage en France ;
  • un climat plus froid qu’en 2012 (+ 14,3 TWh) ;
  • la révision annuelle du tarif de distribution en France (hausse de + 8% au 1er juillet 2012) ;
  • la révision annuelle du tarif de transport en France (hausse de + 6  au 1er avril 2012).

Dans le même contexte climatique et régulatoire, le chiffre d’affaires contributif atteint 802 millions d’euros, en progression de +44,5%. Cette croissance contributive traduit :

  • le développement des activités de transport, stockage et terminalling pour le compte de tiers du fait de l’ouverture croissante des marchés.
  • l’accroissement des opérations d’achat-vente de gaz pour maintenir les performances des stockages.

 

Branche Energie Services

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Services est en recul de – 0,3% à 3 946 millions d’euros alors que  la variation organique ressort à – 0,4% et s’explique par :

  • la baisse des activités d’installation en France (- 6,2%) et aux Pays Bas (- 8,4%), en partie compensée par la croissance de ces mêmes activités en Belgique (+ 2,5%) ;
  • la baisse de l’activité d’ingénierie (- 5,2%) qui subit le ralentissement des investissements dans l’énergie en Europe, et ce malgré la bonne tenue de l’activité en Amérique latine et le développement des contrats au grand international ; 
  • la progression de l’activité des réseaux de chaleur en France (+ 6,7%) avec en particulier les effets positifs des hausses tarifaires et d’un climat froid sur le premier trimestre ;
  • la croissance du pôle International (+ 4,6%) avec des résultats contrastés selon les zones géographiques (croissance en Europe du Nord et au grand international, baisse en Espagne et au Portugal) ;
  • la stagnation des activités de Services en France (- 0,3%) du fait notamment de l’impact des fins de contrats de cogénération gaz.

 

La présentation de la conférence téléphonique investisseurs sur les résultats au 31 mars 2013 sera disponible sur le site internet du Groupe.

PROCHAINS EVENEMENTS

  • 30 avril 2013 : paiement du solde du dividende de 0,67 euro par action au titre de l’exercice 2012, sous réserve du vote des actionnaires lors de l’Assemblée générale du 23 avril 2013. La date de détachement est fixée au 25 avril 2013.
  • 1er août 2013 : publication des résultats semestriels 2013

ANALYSES COMPLEMENTAIRES SUR DONNEES CONSOLIDEES IFRS

Analyse du chiffre d’affaires par zone géographique

Analyse de la croissance organique en base comparable

 

(1) Données non auditées au 31 mars 2013, examinées par le Conseil d’Administration du 23 avril 2013. A l’exception des parties “Données consolidées IFRS” et “Analyses complémentaires sur données consolidées IFRS”, les données au 31 mars 2013 et 31 mars 2012 présentées sont des données pro forma comme si la mise en équivalence de Suez Environnement  était intervenue au 1er janvier 2012. Les données IFRS sont présentes en page 2. Elles intègrent Suez Environnement sur le 1er trimestre, puisque Suez Environnement ne sera mis en équivalence qu’au mois de juillet 2013.

(2) Ces objectifs reposent sur des hypothèses de climat moyen, de redémarrage de Doel 3 et Tihange 2 au deuxième trimestre 2013, d’absence de changement substantiel de règlementation et de l’environnement macro-économique, de mise en équivalence de Suez Environnement au 01/01/2013, d’hypothèses de prix des commodités basées sur les conditions de marché à fin janvier 2013 pour la partie non couverte de la production, et de cours de change moyen suivants pour 2013: €/$1,27, €/BRL 2,42. Ces objectifs intègrent l’impact positif de la décision du 30 janvier 2013 du Conseil d’Etat sur les tarifs de gaz.

(3) Résultat net hors coûts de restructurations, MtM, dépréciations d’actifs, cessions, autres éléments non récurrents et contribution nucléaire en Belgique.

Avertissement important

Les agrégats présentés sont ceux habituellement utilisés et communiqués aux marchés par GDF SUEZ. La présente communication contient des informations et des déclarations prospectives. Ces déclarations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits ou des services futurs ou les performances futures. Bien que la direction de GDF SUEZ estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs et les porteurs de titres GDF SUEZ sont alertés sur le fait que ces informations et déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de GDF SUEZ qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les déclarations et informations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par GDF SUEZ auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), y compris ceux énumérés sous la section « Facteurs de Risque » du document de référence de GDF SUEZ enregistré auprès de l’AMF le 22 mars 2013 (sous le numéro D.13-0206). L’attention des investisseurs et des porteurs de titres GDF SUEZ est attirée sur le fait que la réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur GDF SUEZ.

 

A propos de GDF SUEZ

GDF SUEZ inscrit la croissance responsable au coeur de ses métiers pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux : répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources. Le Groupe propose des solutions performantes et innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises en s’appuyant sur un portefeuille d’approvisionnement gazier diversifié, un parc de production électrique flexible et peu émetteur de CO2 et une expertise unique dans quatre secteurs clés : le gaz naturel liquéfié, les services à l’efficacité énergétique, la production indépendante d’électricité et les services à l’environnement. GDF SUEZ compte 218 900 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires en 2011 de 90,7 milliards d’euros. Coté à Bruxelles, Luxembourg et Paris, le Groupe est représenté dans les principaux indices internationaux : CAC 40, BEL 20, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe, ASPI Eurozone, Vigeo World 120, Vigeo Europe 120 et Vigeo France 20.

 

Retour liste