Matching Energy : venez voir si ça matche…

Retrouvez Cédric et d’autres collaborateurs d’ENGIE sur notre plateforme Matching Energy by ENGIE. Après un quiz en cinq clics vous trouverez peut-être votre alter ego chez ENGIE !

Il a banni le train-train de son quotidien

Cédric Jolivet n’est pas du genre routinier. À 35 ans, ce Franco-Suisse revendique même un goût prononcé pour le changement, la découverte et l’adrénaline. Avec lui, il faut que ça bouge !

 « J’aime chercher des réponses, ne pas me reposer sur mes lauriers. Je me demande toujours ce que je peux faire différemment. »

L’adaptation permanente

Cédric pilote des équipes de gestion d’incidents et de supervision de systèmes d’information. Il aime son métier parce qu’aucune journée ne se ressemble. La routine est quasi inexistante. Chaque jour, les sujets à trancher et les décisions à prendre sont différents. Et c’est ce qui lui plait : travailler avec ses 22 collaborateurs à la résolution de problèmes, faire bouger les lignes, améliorer constamment le système.

Le parcours de Cédric est à l’image de son auteur : hors du commun. Après des études d’ingénieur entre l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) et Telecom Paris Tech, il commence sa carrière dans la finance et rejoint un fond d’investissement à Londres : « Pour moi la finance avait un côté mystique, j’étais curieux de percer ce mystère. Alors que j’imaginais un secteur très procédurier, j’ai découvert avec surprise que chacun avait ses propres méthodes.»

La finance lui ayant livré ses secrets, Cédric a besoin d’explorer de nouveaux horizons. « Quand on est ingénieur on a envie de créer, de faire des choses concrètes. » C’est ainsi qu’il rejoint ENGIE à Paris, en tant que chef de projet IT : « La gestion de projet a été mon expérience la plus structurante. La relation avec les clients, les experts, les architectes, les éditeurs ou encore les infogérants est très enrichissante. » Cédric encadre rapidement une équipe de huit chefs de projet. Il se passionne pour le management, qu’il trouve à la fois  valorisant et motivant : « Quand un collaborateur vous remercie en vous disant que vous lui avez apporté quelque chose, c’est une grande satisfaction. C’est également un challenge : le feedback des équipes vous met devant vos responsabilités, vous oblige à être exemplaire, voire irréprochable. »

Une évolution à contre-courant

Généralement, les parcours de carrière évoluent de l’opérationnel vers la gestion de projet. Cédric fera l’inverse. « Je suis convaincu que si nous souhaitons apporter de la valeur ajoutée à notre organisation, il est essentiel de connaître les forces et les faiblesses de l’ensemble de la chaine opérationnelle. C’est pourquoi j’avais ce besoin de me rapprocher des équipes qui réalisent les opérations. »

Depuis 2012, il manage des équipes techniques. Ce qu’il apprécie particulièrement : être entouré de collaborateurs débordant d’énergie positive, ainsi que l’exercice du leadership : « Il faut savoir être juste et constant. Quand on gère un projet, on peut changer de direction si la situation l’exige. Le management d’équipe, à l’inverse, consiste à donner un cap et à s’y tenir, aussi rigoureusement qu’un skipper. Tout l’équipage doit avancer dans le même sens et être convaincu que c’est la meilleure direction ».  Savoir expliquer, donner du sens, faire adhérer, telles sont selon Cédric les qualités indispensables pour exercer son métier.

Toujours un défi en tête

Fidèle à lui-même, Cédric cherche à aller toujours plus loin et à créer toujours plus de valeur pour le client. « J’aime être en dehors de ma zone de confort, c’est là que je vais trouver le meilleur de moi-même. Quand j’ai trouvé une certaine stabilité, je m’ennuie. J’ai besoin de me sentir en difficulté pour être bien. » Cette nécessité de se dépasser, il l’exprime également en dehors de ses heures de travail. Il pratique notamment la course à pied et s’est lancé dans l’aventure du marathon de Paris. Un sens du challenge qui se révèle aussi dans ses choix musicaux : « Quand on écoute pour la première fois du classique ou de l’électro, cela paraît étrange. J’ai eu envie de percer ce mystère-là également. Il faut s’asseoir, écouter, prendre le temps… et soudain l’esprit s’évade, on découvre que cette musique est en fait un voyage. C’est une sorte de méditation. » D’ailleurs, quand il voyage, Cédric choisit plutôt l’évasion long courrier : « Ma femme et moi avons eu la chance de parcourir l’Australie, la Nouvelle Calédonie, l’Amérique du Sud. Notre prochaine destination sera Cuba. »

Pour la suite de sa carrière, Cédric réfléchit à différentes options. « J’ai très envie de participer au projet industriel d’ENGIE, au cœur du terrain, en me rapprochant des clients et de leurs problématiques. Soit en tant que chef de projet applicatif autour des Smart Grid, IoT (Internet des Objets) ou encore big data, soit aux côtés des collectivités, pour leur proposer les solutions autour de la transition énergétique portées par le Groupe. » Une chose est sûre, ce sera chez ENGIE. « Pourquoi regarder ailleurs quand on a accès à une telle multiplicité de métiers, et à un terrain de jeu aussi vaste ?  Dans chacun de mes postes, j’ai été responsabilisé très vite, très facilement. On m’a poussé  à proposer des nouveautés, à mobiliser les moyens humains nécessaires pour faire bouger les lignes. Pour moi qui suis passionné par l’innovation, c’est excitant de réussir à faire adhérer un éco-système à une nouveauté. »

Pugnace et battant, Cédric envisage l’avenir avec beaucoup d’optimisme. Pour résumer son état d’esprit, il cite Socrate: « La chute n’est pas un échec. L’échec c’est de rester là où on est tombé. »

 Retrouvez Cédric sur LinkedIn !