Matching Energy : venez voir si ça matche…

Retrouvez Marianne et d’autres collaborateurs d’ENGIE sur la plateforme Matching Energy by ENGIE. Après un quiz en cinq clics vous trouverez peut-être votre alter ego chez ENGIE !

Une question de temps

L’air est pollué ? Dépolluons-le. L’énergie est trop noire ? Mettons-là au vert. Vue comme ça, la recherche est un rêve d’enfant. Et pourquoi pas, finalement ?

La devise de Marianne ? « Yallah ! » Traduction : En avant ! Allons-y !

Il y a des personnalités pour qui rien n’est impossible. Quand elles ont une idée en tête, elles vont tout simplement jusqu’au bout. Marianne fait partie de ces irréductibles optimistes. Sûre d’elle, elle avance. À quoi bon stresser, s’énerver, s’exciter ? Elle sait où elle va, ce qu’elle veut, et fera le nécessaire pour y arriver.

Marianne obtient son Master 1 en Chimie des produits alimentaires. Pour son Master 2, elle s’inscrit à l’Université Paris V Pierre et Marie Curie et choisi l’option Méthodes Spectroscopiques. Elle se passionne pour les techniques spectroscopiques, qui permettent de sonder la matière et d’en déduire des informations sur la structure des molécules qui la composent. Marianne poursuit leur étude jusqu’au doctorat. Elle qui avait toujours pensé rester « pépère » dans sa Provence natale s’installe à Francfort pour mener et rédiger sa thèse, en anglais s’il vous plait, dans l’un des laboratoires les plus connus de sa spécialité. Le goût de l’apprentissage, la curiosité et le challenge ont eu raison de ses penchants casaniers !

Au boulot !

Après avoir obtenu son PhD, Marianne retrouve le soleil de Marseille. Elle effectue un remplacement d’un an en tant que responsable de plateforme de recherche en spectrométrie de masse pour la recherche en médecine sur les maladies infectieuses.

En 2007, l’opportunité se présente d’intégrer Gaz de France en tant que responsable des analyses de gaz en spectrométrie de masse. La jeune chercheuse saisit la balle au bond. « Je savais que dans un tel Groupe, en pleine mutation, j’arriverais à apprendre et qu’un jour je pourrais appliquer ma double compétence chimie-bio pour développer des solutions et des technologies en accord avec l’environnement et la santé. » Elle rejoint le Centre de Recherche et Innovation Gaz et Energies Nouvelles d’ENGIE (ENGIE Lab Crigen), basé à Saint-Denis à la périphérie de Paris. C’est le début d’une grande aventure.

Dans gaz naturel, il y a naturel

Après avoir appris les rouages de l’entreprise, au travers de projets d’analyse et de maîtrise de la qualité des gaz, Marianne réussit à intégrer des projets liés à la gestion des impacts sanitaires et environnementaux. Elle développe des solutions alternatives à l’emploi de produits chimiques, teste des nouvelles technologies pour dépolluer et cherche par tous les moyens à promouvoir la chimie verte, les biotechnologies, le biomimétisme. Elle déploie ainsi une alternative verte innovante au traitement chimique des eaux de process, elle teste en laboratoire-pilote un procédé permettant de valoriser le CO2 par la culture des micro-algues et ainsi de réduire l’empreinte environnementale. Elle dépose des brevets, monte des projets avec des start-ups, des jeunes PME ou des laboratoires académiques, est nominée aux Trophées de l’innovation ENGIE. La pollution de l’air urbain la préoccupe. Alors, via une demande d’une filiale ENGIE, elle conçoit en équipe un système de bâtiment inédit et défendra le projet jusqu’à son développement. La voilà au cœur des grands enjeux urbains et industriels : la ville intelligente, les nouvelles technologies, la maîtrise de la qualité de l’air et de l’eau. Elle garde cependant toujours un pied dans la chimie analytique et, avec une équipe, développe des protocoles pour caractériser les nouveaux gaz énergétiques (biogaz, biométhane) et les effluents grâce à une technique jusque-là inemployée dans le secteur de l’énergie gazière.

Consciente que les aspects économiques sont fondamentaux pour mettre en place ses solutions, Marianne s’est formée à l’intrapreneuriat, au savoir être commercial, à la créativité et aux nouveaux business models. « Je veux qu’on travaille davantage avec la Nature. GDF, GDF SUEZ, ENGIE l’a toujours fait puisque le Gaz naturel est naturel. Eh bien, continuons de nous inspirer de la Nature et d’employer, copier et préserver notre environnement si riche ! » Son avenir, elle le voit dans une fonction de stratégie d’innovation Groupe, de recherches de projets ambitieux en (bio)technologies et de construction de nouvelles offres, voire de nouveaux talents.

« Rien ne se fait en deux jours et rien ne se fait tout seul. Sans envie et sans persévérance, tout tombe à l’eau. Et c’est encore plus vrai quand on est chercheur. »

À la rencontre de Marianne Gallardo, Responsable de projets chez ENGIE