Matching Energy  : venez voir si ça matche… 

Retrouvez Myriam et d’autres collaborateurs d’ENGIE sur notre plateforme Matching Energy by ENGIE. Après un quiz en cinq clics vous trouverez peut-être votre alter ego chez ENGIE !

Un souffle de renouveau dans l’énergie

Les énergies renouvelables ont le vent en poupe. Dignes remplaçantes des moulins qui jadis faisaient la richesse de nos campagnes, les éoliennes avaient déjà trouvé leur place dans nos paysages. Plus hautes, plus puissantes, elles défient aujourd’hui les forces de l’océan. Cap sur le large avec Myriam Akhoun.

L’avenir n’a plus le choix : il doit être durable

Le développement durable est une cause qui lui tient depuis toujours à cœur. Myriam est fière d’y contribuer, en particulier grâce à son travail. Après des études en école d’ingénieur, couronnées par un master d’économie du développement durable et de l’énergie, c’est tout naturellement qu’elle est amenée à faire un stage chez ENGIE. A l’issue de cette première expérience, elle est embauchée. «Je suis ensuite passée de l’éolien terrestre à l’éolien offshore, et aujourd’hui, je travaille sur deux projets de très grande envergure, hautement challengeant techniquement et qui contribuent au développement des énergies de demain.» Au quotidien, il faut être efficace et capable de résister à une lourde charge de travail, ainsi qu’au stress car les journées peuvent être longues. Myriam énumère les responsabilités qui lui sont confiées avec un large sourire. «Le challenge est vraiment stimulant !» ENGIE s’est imposé comme un acteur incontournable des énergies renouvelables, et Myriam en apporte la preuve : ce secteur en pleine croissance offre de belles perspectives aux jeunes diplômé(e)s.

Une kyrielle de projets en vue

Dans le secteur de l’éolien offshore, les possibilités pour un(e) jeune diplômé(e) de s’exprimer chez ENGIE sont nombreuses. Les Eoliennes en Mer, une filiale d’ENGIE, développent les projets du Tréport et des Iles d’Yeu et de Noirmoutier. ENGIE Fabricom, une autre filiale, construit des plateformes électriques de transformation en mer et le Groupe développe le parc éolien de «Mermaid» en Belgique. Le Groupe devrait donc voir se multiplier les projets dans le domaine du renouvelable, ce qui en fait un secteur amené à recruter davantage de jeunes talents. Myriam décrit le profil idéal pour travailler sur les projets liés à la production d’électricité d’origine renouvelable : «Le renouvelable tend de plus en plus vers des systèmes d’appels d’offres qui requièrent des compétences multiples pour travailler en équipe et en mode projet. Nous avons donc besoin de jeunes issus de formations diverses (écoles d’ingénieurs, de commerce, d’agronomie, universités, Sciences Po...), capables de travailler sur des problématiques complexes : environnement, R&D, technique, industrie, développement social... Ils doivent faire preuve de grandes qualités rédactionnelles - nos documents sont destinés à l’Etat - et relationnelles ainsi que d’un réel esprit d’initiative et d’équipe.»

La mondialisation à visage humain

Ce que Myriam apprécie chez ENGIE, c’est bien sûr d’évoluer dans un Groupe de dimension mondiale, avec tout ce que cela signifie en termes de moyens et de taille de projets, mais c’est surtout l’esprit d’équipe qui y règne et les rapports avec sa hiérarchie. «Tout en se développant avec succès en France et à l’international sur des secteurs extrêmement divers via des projets d’une ampleur rare, ENGIE n’en n’oublie pas l’humain et est attentif à ses jeunes talents et à leur montée en compétences. J’aime travailler dans ce Groupe dont le dynamisme se ressent au quotidien dans le travail et qui donne la possibilité de se positionner de façon transverse sur de nombreux secteurs et sujets. C’est une entreprise idéale, notamment pour des jeunes ayant, comme moi, un double-cursus.»

Du temps pour elle, aussi !

La jeune femme s’investit à fond dans son job, qui la passionne. Mais elle a aussi d’autres activités. «Quand j’ai besoin de me défouler, la natation est un très bon exutoire ! J’adore également voyager, notamment hors d’Europe et partir à la découverte d’autres cultures et surtout, d’une nature préservée !»

 

Retrouvez Myriam sur LinkedIn !