Matching Energy : venez voir si ça matche…

Retrouvez Nicolas et d’autres collaborateurs d’ENGIE sur la plateforme Matching Energy by ENGIE. Après un quiz en cinq clics vous trouverez peut-être votre alter ego chez ENGIE !

Pour contribuer à relever les grands défis énergétiques, il a choisi les grands moyens

Nicolas est un ingénieur pragmatique. Ses connaissances scientifiques, il veut les employer au service de projets concrets à travers des applications pratiques. Pour mieux appréhender les problématiques économiques dans un contexte de mondialisation et de crises, il poursuit une partie de ses études à Montréal, au Canada. Il y obtient une maîtrise en génie de la construction, puis le certificat en gestion financière de HEC. Le jeune homme est déjà fortement attiré par le domaine de l’énergie.

De retour en France, Nicolas est immédiatement recruté par une société de Conseil en Ingénierie. « J’ai commencé mon parcours professionnel par un poste à dominante plutôt commerciale, où j’ai appris l’autonomie et la confiance en soi. » Les missions, cependant, sont assez éloignées de sa formation technique, et Nicolas prend rapidement la décision de revenir vers l’industrie, et plus précisément l’énergie. « J’ai eu la chance de rencontrer ENDEL ENGIE sur le forum des Arts et Métiers ParisTech. » Ce contact lui permet de décrocher un poste d’ingénieur projet correspondant davantage à ses aspirations. Il prend en charge l’élaboration d’une supply chain sur des offres pour des projets internationaux.

Et en complément de ce poste, il acquiert une nouvelle spécialité. « J’ai eu l’occasion de me former aux métiers du nucléaire à travers le Nuclear Trainees Program-Junior, un programme sur mesure proposé au sein d’ ENGIE. » Pendant un an, Nicolas suit ce cursus en parallèle de son activité. 400 heures de formations pratiques et théoriques entre la France et la Belgique feront de lui un professionnel de cette filière de pointe. Fort de ses nouveaux acquis, Nicolas demande à quitter le monde des offres pour intervenir sur un projet de centrale nucléaire. « Je me suis ainsi naturellement retrouvé sur le projet EPR FA3, en charge du pilotage des préfabrications de tuyauteries réglementaires (ESP/ESPN) ».

Hyper motivé

La taille du projet et les défis à surmonter pour sa réalisation sont une source de motivation exceptionnelle, à la hauteur de la curiosité de Nicolas. « J’apprends tous les jours. » Par ailleurs, il a véritablement à cœur d’intervenir sur des projets d’ampleur ayant des impacts concrets sur la politique énergétique française. Ce chantier de construction d’une centrale de nouvelle génération exige de très hautes compétences, et une grande maîtrise. Nicolas doit aussi faire preuve d’autonomie, de rigueur ainsi que d’une certaine curiosité technique et humaine. Et quand on l’interroge sur ses futurs projets, Nicolas est précis. « J’envisage de me diriger vers un poste plus fonctionnel dans les années à venir, de manière à obtenir une vision plus large du travail et ainsi revenir par la suite dans une petite direction opérationnelle évaluée sur ses résultats financiers. »

Membre d’une équipe

On pourrait comparer la construction d’un EPR à celle d’une pyramide d’Egypte, tant les efforts engagés sont considérables. De telles entreprises humaines rendent l’individu modeste. « Dans un environnement technique exigeant comme l’est le nucléaire, il est très rare qu’une seule personne détienne seule la réponse. Un travail en équipe pluridisciplinaire est indispensable. » Nicolas a bien compris les avantages de la complémentarité, et du travail collaboratif en mode réseau. « Dans les métiers BtoB de services, le capital de l’entreprise ne repose pas sur les immobilisations et capacités installées mais bien dans la connaissance et le savoir-faire des collaborateurs. Le partage, l’échange est donc la première condition de réussite d’une affaire et de génération de valeur pour l’entreprise. »

Agir pour la planète

Souvent au contact de la nature et ouvert aux autres, Nicolas est particulièrement sensible aux grands défis environnementaux. « J’aime particulièrement les voyages et la découverte de nouvelles cultures. Je reviens toujours enrichi de ces expériences de vie.» Après diverses pérégrinations à travers l’Europe et l’Amérique du Nord, il a récemment eu l’occasion de se familiariser avec plusieurs cultures asiatiques. Et s’il a choisi de travailler chez ENGIE, c’est en partie pour sa dimension internationale. L’autre raison, peut-être la plus importante, c’est sa conviction de la nécessité de réduire notre dépendance aux énergies carbonées.

« En travaillant dans une entreprise qui a pour objectif de réduire sa dépendance aux énergies émettrices de CO, j’ai l’impression de contribuer à une grande cause pour laisser un héritage à nos enfants dont nous pouvons être fier ».

Nicolas Frapsauce, Ingénieur Projet chez ENGIE