Les aspects de la RSE liés à la gouvernance recouvrent de multiples dimensions comme : :

    • La définition de la politique RSE d’ENGIE par les plus hautes instances décisionnaires du Groupe comme le Comité Exécutif et le Conseil d’Administration, notamment le Comité pour l’Environnement, l’Ethique et le Développement Durable du Conseil d’Administration.

    • La mise en œuvre de cette politique par la Direction de la RSE d’ENGIE et les autres Directions concernées par la RSE. Si la Direction de la RSE assure le suivi de la performance RSE du Groupe, chaque Business Unit s’assure du respect des engagements RSE du Groupe au niveau de son périmètre d’activités.

    • La prise en compte de l’éthique des affaires dans ses règles de conduite vis-à-vis de ses parties prenantes (notamment les fournisseurs et les clients).

    • La prise en compte de règles très strictes en matière de fiscalité.

    • La prise en compte de la RSE dans la rémunération de ses salariés, notamment celle de ses dirigeants.

    • La prise en compte par les plus hautes instances de gouvernance du Groupe des problématiques de droits humains au sens large (incluant l’environnement, le sociétal mais aussi la santé-sécurité, l’éthique des affaires) qui a conduit entre autres au Plan de vigilance que le Groupe a adopté en janvier 2018 en application de la Loi sur le Devoir de vigilance.

    • Le recensement et le suivi des activités ou projets ayant pu donner lieu à des controverses avec certaines parties prenantes.