Les enjeux pour le Groupe ainsi que ses actions et ses engagements relatifs à ces Objectifs de Développement Durable sont présentés ci-dessous

ODD1 : Éliminer l’extrême pauvreté et la faim

Donner un accès à l’énergie et fiabiliser un tel accès pour des clients en difficulté contribue à lutter contre la pauvreté et la faim. Selon la Banque Mondiale plus de 1,1 milliard de personnes vivaient en 2012 sans électricité dans le monde. Selon l’Observatoire National de la Précarité Energétique, 5,6 millions de ménages, soit 12,1 millions de personnes en France, vivaient en 2013 en situation de précarité énergétique.

Pour ENGIE, la lutte contre la précarité énergétique fait partie intégrante de sa responsabilité sociétale en tant que fournisseur d’énergie. ENGIE s’implique aussi au travers des partenariats tels que le Forum Convergences, première plateforme de réflexion européenne destinée à établir de nouvelles convergences entre acteurs publics, privés et solidaires ; ou l’Observatoire National de la Précarité Energétique qui cherche à identifier les causes, les facteurs et les conséquences des phénomènes de précarité énergétique en France.

Enfin, ENGIE soutient des projets d’accès à l’énergie grâce au programme Energies Solidaires de sa Fondation, grâce à son fonds d’investissement à impact Rassembleurs d’Energies qui travaille en liaison étroite avec des entrepreneurs sociaux partenaires, et grâce à la mobilisation d’un mécénat de compétence de ses collaborateurs via notamment les ONG internes du Groupe. Le Groupe apporte ainsi un soutien technique ou financier à de nombreux projets dans le monde entier.

Le Groupe vise à donner accès à une énergie durable et soutenable pour plus de 20 millions de bénéficiaires situés en bas de la Pyramide d’ici 2020.

ODD3: Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge

Les multiples métiers d’ENGIE (exploration de nouvelles ressources énergétiques, transport et distribution de gaz, production d’électricité, services à l’énergie,…) mobilisent au quotidien quelques 155 000 collaborateurs. Leur santé, leur sécurité au travail, ainsi que celles des intérimaires et des prestataires externes constituent une exigence fondamentale pour ENGIE. Dans la poursuite de la baisse de la fréquence des accidents de travail de ses salariés (en réduction de plus de 50% depuis 2008), le Groupe s’est fixé comme objectif que son taux de fréquence d’accidents salariés par million d’heures travaillées soit inférieur à 3 en 2020.

La sécurité industrielle est intimement liée à la sécurité au travail. Aussi, de nombreuses actions sont mises en œuvre afin de préserver l’intégrité des personnes (salariés, prestataires ou tiers) et des biens. Le plan d’actions “zéro accident mortel”, lancé en 2012, vise en particulier à engager l’ensemble des collaborateurs et sous-traitants autour de “Nos règles qui sauvent”.

  • Santé et sécurité
  • Sécurité des personnes
  • Sécurité des installations

L’engagement des collaborateurs s’inscrit dans les valeurs partagées du Groupe. Parce que cet engagement est un facteur de performance de l’entreprise et de soutien à ses capacités d’innovation, ENGIE a renforcé sa politique de qualité de vie au travail, essentielle pour encourager la mobilisation des femmes et des hommes en son sein. Une large consultation des salariés d’ENGIE à travers le monde est lancée chaque année. L’enquête permet d’une part aux collaborateurs de s’exprimer sur leur vision du Groupe, de leur BU et de leur entité, ainsi que sur leur travail au quotidien. D’autre part, par benchmark avec d’autres entreprises, elle permet au management d’ajuster son plan d’action pour améliorer le taux d’engagement de ses collaborateurs, notamment de ses managers, pour lesquels le Groupe s’est fixé un objectif d’engagement de 80%.

ODD4 Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

ENGIE s’appuie en priorité sur les talents internes pour préparer l’avenir, en développant les compétences de demain, en encourageant la mobilité et en améliorant ainsi l’employabilité de chacun. ENGIE a signé en avril 2016 un accord social européen ambitieux pour accompagner la mise en œuvre de son projet d’entreprise. Cet accord prévoit de former chaque année 2/3 des salariés de chaque société du Groupe, dans le cadre de plans de formation discutés préalablement avec les partenaires sociaux.

Le Groupe joue un rôle social au-delà de son strict périmètre et s’implique dans diverses initiatives locales ou nationales, comme La charte « Entreprises et Quartiers » ou La Fondation Agir Pour l’Emploi (FAPE ENGIE) qui contribue à l’insertion professionnelle et au retour à l’emploi des personnes qui en sont éloignées ou en situation d’exclusion en soutenant des projets en faveur de l’insertion professionnelle et de la création d’emploi. L’action de la FAPE ENGIE repose sur la solidarité des salariés, des retraités et des entreprises du groupe ENGIE en faveur des demandeurs d’emploi et de ceux qui cherchent à sortir de la précarité.

ODD5 : Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Parce que chacun est porteur de talents, ENGIE fait de la diversité l’une de ses priorités et se mobilise en faveur de l’égalité professionnelle et la mixité, source de richesse pour les équipes. Depuis 2008, ENGIE développe une politique de mixité et déploie des actions concrètes destinées à faire progresser les femmes au sein du Groupe et les accompagner dans leur évolution de carrière : animation d’un réseau de femmes «Women in Networking», programme de mentoring, programme de formation dédié aux femmes «Women in Leadership», politique de parentalité ambitieuse.

En juin 2012, le Groupe a signé l’Accord européen sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes s’engageant ainsi à promouvoir dans la pratique l’égalité des chances et de traitement dans l’ensemble de ses entités du Groupe, à faire évoluer la culture managériale et la culture des organisations syndicales et à développer la diversité. Cet accord a été renouvelé en 2017 A l’horizon 2020, le Groupe s’est fixé comme objectif de porter à 25% le nombre de femmes dans ses effectifs.

Seule entreprise du CAC40 dirigée par une femme, ENGIE est également l’entreprise dont le Conseil d’Administration à l’issue de l’Assemblée Générale du 18 mai 2018, comporte 8 femmes (sur 19 membres), soit un taux de 50% en se basant sur les règles de calcul du Code AFEP-MEDEF, ce qui le classe comme un des plus féminisés au sein du FortuneGlobal200, selon l’étude de l’agence américaine CWDI.

ODD6 : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau

En 2030, le monde devra faire face à une pénurie d’eau à hauteur de 40% de ses besoins. Parmi les usages de l’eau, le secteur de l’énergie (de l’extraction à la production) représente 10% des prélèvements, ce qui le situe comme le premier secteur industriel consommateur. ENGIE a développé une politique forte en matière de gestion de l'eau, qui inclut l'évaluation des risques liés à l'eau, la mise en œuvre d'actions locales et une évaluation de son empreinte eau.

Les actions d’ENGIE vise une meilleure gestion de la ressource en eau par la réduction des prélèvements, par des solutions de recyclage des effluents traités et par la maîtrise des rejets dans les milieux naturels. Le Groupe communique régulièrement sur ses indicateurs eau et sur ses actions en terme de gestion de la ressource au travers de ses rapports annuels ou du CEO water mandate.

Acteur local engagé, ENGIE Brasil aide et contribue à l’éducation des populations locales en mettant en place le programme Good Water. Celui-ci, fruit d’un partenariat multi acteurs, a pour objectif de préserver les sources d’eau douce et de gérer les alentours pour maintenir une eau de qualité, sans contamination bactériologique.

ODD7 : Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable

Le paysage énergétique mondial a profondément évolué ces dernières années avec la transition énergétique qui s’est progressivement imposée comme une nécessité pour réduire l’impact environnemental lié à l’énergie et accompagner la croissance des besoins en énergie. Depuis plusieurs années, le développement des énergies renouvelables représente un levier de croissance important pour le Groupe. Le Groupe est leader de l’éolien terrestre et du solaire en France. Il est partenaire de nombreuses collectivités pour les accompagner dans leurs projets de développement des ressources locales et décentralisées. ENGIE s’est fixé comme objectif de porter à 25% ses capacités renouvelables de production d'électricité d’ici 2020.

D’ici à 2030, 57% de la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre proviendront par des solutions d’efficacité énergétique. En tant que premier fournisseur mondial de service d’efficacité énergétique dans le monde, le Groupe est idéalement placé pour répondre à cette demande. ENGIE agit sur l’amélioration de l’efficacité énergétique en apportant des solutions performantes et innovantes dans les différents secteurs de production et d’utilisation de l’énergie.

  • ENGIE propose aux entreprises et aux collectivités une offre complète de services à l’énergie, depuis la conception jusqu’à l’exploitation et la maintenance des équipements et des installations. Engagés dans des résultats dans la durée, ses experts utilisent les technologies innovantes et le numérique pour répondre aux nouvelles attentes de leurs clients en matière d’optimisation de coûts et de performance énergétique.

Dans un monde de plus en plus décentralisé, le Groupe souhaite renforcer ses activités à l’aval de la chaîne de valeur. La contribution à l'EBITDA des solutions intégrées pour les clients augmentera de plus de 50% d’ici 2018 par rapport à 2015.

Adapter la production d’énergie à la demande est un des leviers clés de la transition énergétique. Avec les technologies smart, ENGIE développe des solutions intelligentes de gestion et de stockage de l’énergie pour répondre au mieux aux besoins de ses clients. Gestion de l’énergie et pilotage de la consommation sont une priorité pour tous les clients, industriels, commerciaux et particuliers. Suivre sa consommation, se comparer à ses pairs, découvrir les actions spécifiques qui permettront d’optimiser ses dépenses énergétiques : toutes ces actions passent par le développement de l’Internet des objets, du Big Data ou encore de l’intelligence artificielle. Grâce à ces nouveaux outils, ENGIE élabore des réseaux intelligents (smart grids) capables de s’adapter aux besoins énergétiques de chaque client en temps réel.


ODD9 : Bâtir une infrastructure résiliente, promouvoir une industrialisation durable qui profite à tous et encourager l’innovation

On assiste avec la transition énergétique à une nouvelle répartition des activités d’infrastructures entre infrastructures centralisées (encadrées fortement par l’État) et infrastructures décentralisées (gérées par les collectivités, les industriels voire les particuliers), et à un renforcement des activités en aval plus proches du client final prenant en compte leurs exigences RSE et celles des parties prenantes. Ce double mouvement induit la nécessité d’apporter des réponses adaptées à chaque territoire, intégrant la bonne compréhension des situations et des ressources locales. L’engagement d’ENGIE passe par une écoute attentive des partenaires de l’entreprise dans toute leur diversité – clients, collectivités, salariés, fournisseurs, société civile et actionnaires – et la co-construction de solutions répondant à leurs attentes. Le Groupe s’est engagé à l’horizon 2020 pour que l’ensemble de ses activités industrielles (et ses nouveaux projets) soient couvertes par un mécanisme adapté de dialogue et de concertation avec ses parties prenantes, ce mécanisme étant notamment fondé sur des rencontres régulières avec des ONG et des associations, ainsi que sur le développement de partenariats de long terme en lien avec les activités du Groupe.

Engagé dans le développement de services et de produits innovants en faveur de la transition énergétique, ENGIE mène une démarche globale d’investissement, d’incubation ou encore d’échange avec les écosystèmes locaux. La démarche d’open innovation du Groupe a pour objectif de permettre aux start-ups, aux entrepreneurs et aux porteurs de projets de proposer leurs idées et de bénéficier de l’accompagnement d'ENGIE et de ses experts dans le domaine de l’énergie et du digital. Elle repose sur quatre piliers :

  • L’échange, en mettant en place des structures et des événements pour valoriser l’innovation et faciliter le partage de connaissances.

ODD11 : Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables

Les villes constituent un levier majeur de la transition énergétique. ENGIE développe des solutions innovantes, intégrées et sur-mesure pour inventer la ville de demain, en partenariat étroit avec les collectivités locales. Ses offres visent à améliorer le bien-être des habitants à travers notamment les systèmes urbains de chauffage et de refroidissement, la production décentralisée d’énergie peu carbonée, la mobilité verte, les réseaux intelligents ou les dispositifs d’éclairage et de sécurité.

Ces nouveaux projets doivent prendre en compte de multiples exigences des parties intéressées, qu’il convient de consulter et d’associer étroitement dans la phase amont. Le Groupe s’est engagé pour qu’à l’horizon 2020 l’ensemble de ses activités industrielles (et nouveaux projets) soient couvertes par un mécanisme adapté de dialogue et de concertation avec ses parties prenantes, ce mécanisme étant notamment fondé sur des rencontres régulières avec des ONG et des associations, ainsi que sur le développement de partenariats de long terme en lien avec les activités du Groupe. Pour évoluer vers un modèle énergétique plus durable, la question de la mobilité est essentielle, notamment en ville. Le Groupe s’investit dans la mobilité verte au travers notamment de GNVERT, filiale d’ENGIE, qui propose du biométhane comme carburant écologique aux entreprises et collectivités territoriales qui souhaitent réduire leur impact environnemental.

ODD12 : Etablir des modes de consommations et de production durables

Le profil et les attentes des consommateurs – et donc la relation aux clients – sont en mutation profonde, dans tous les secteurs économiques. Dans le secteur de l’énergie et des services, ils souhaitent maîtriser leur avenir dans une logique participative : co-définir, co-concevoir et co-gérer des solutions innovantes. Pour accompagner cette transformation de la relation client, ENGIE a mis en place des actions spécifiques telles que la digitalisation et la modernisation des outils, l’ écoute clients, le rappel des clients mécontents, la création d’une plateforme de notation de la qualité des services, des enquêtes de satisfaction, … ENGIE a harmonisé la mesure de la satisfaction du client réalisée dans le cadre de ses enquêtes de satisfaction Groupe avec pour objectif d’atteindre un taux de satisfaction de 85% pour ses clients B2C.

Les règles et principes qui doivent guider les acheteurs dans leurs activités visent à mettre en place des relations équilibrées avec les fournisseurs, sélectionnés et qualifiés selon plusieurs critères – techniques, de compétitivité ou de conformité aux règlementations. Fidèle à ses engagements de croissance durable, ENGIE a adopté une stratégie d’achats responsables visant à promouvoir la gestion de l’éthique dans la relation avec ses fournisseurs et développer une démarche « RSE » pour la gestion de sa chaîne d'approvisionnement.

Dans ses métiers de production d’énergie, ENGIE est confronté aux principaux enjeux environnementaux : le changement climatique, la qualité et la disponibilité des ressources naturelles (air, eau, sols et ressources énergétiques), la protection de la biodiversité et des écosystèmes. Si les métiers du Groupe peuvent générer des améliorations de la qualité de l’environnement, ils ont aussi des impacts négatifs (pollution de l’eau, de l’air, des sols) sur les milieux et les ressources naturelles que le Groupe s’attache à mesurer, à publier et surtout à réduire dans un processus de management environnemental responsable de ses activités.

ENGIE s’inscrit dans la logique vertueuse de l’économie circulaire en poursuivant ses efforts pour réduire les quantités de déchets produites et augmenter leur valorisation.

ODD13 : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre le changement climatique et ses répercussions

Pour ne pas dépasser 2°C de réchauffement, les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) doivent être réduites de 40 à 70% en 2050 par rapport à 2010 selon le GIEC. Le XXIe siècle signera la fin du cycle des énergies fossiles, qui vont, progressivement, être remplacées par les énergies renouvelables décarbonées. C’est aussi un formidable challenge pour ENGIE, qui a anticipé ces évolutions et réfléchit aux mesures à mettre en place pour s’assurer que son business modèle est bien aligné avec une trajectoire 2°C.

Avec son plan de transformation 2016-2018, ENGIE accélère son virage stratégique dans la transition énergétique. Le premier pilier de ce plan de transformation vise à redessiner son portefeuille de production électrique en se désengagement de la production à partir de charbon et en investissant dans des moyens de production renouvelables. ENGIE s’est fixé comme objectif de porter à 25% ses capacités renouvelables de production d’électricité d’ici 2020 et de réduire de 20% ses émissions de CO2 par kWh entre 2012 et 2020. Ce dernier objectif couvre ses infrastructures de production d’énergie.

Pour accompagner son développement ambitieux dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, ENGIE est actif dans la finance durable et l’émission d’ «obligation vertes» (Green Bond) où les fonds levés permettent de financer la mise en place de projets dédiés au développement des énergies renouvelables ou à l’efficacité énergétique.

ENGIE est fortement mobilisé au niveau international en faveur d’un engagement climatique international ambitieux, du développement de la finance verte et en faveur de la généralisation de réglementations donnant un prix au carbone dans les projets d’investissement énergétique.

Face aux conséquences du changement climatique, ENGIE doit veiller à rendre ses infrastructures plus résilientes aux événements extrêmes qui peuvent évoluer en fréquence ou en amplitude dans les prochaines années et à anticiper les changements graduels liés à l’augmentation des températures comme les baisses de consommation de chauffage en hiver et la demande supplémentaire de climatisation en été. L’eau est essentielle aux procédés hydrauliques ou thermiques d'ENGIE. Des changements importants dans les précipitations ou les sécheresses peuvent entraîner des fluctuations importantes de la production d'électricité. Chaque année le Groupe réalise une évaluation du risque hydrique et travaille à l’élaboration de plan d’actions pour les installations des activités «Energie». ENGIE multiplie les actions visant une meilleure gestion de la ressource en eau en réduisant notamment les prélèvements.

ENGIE développe de nombreuses innovations qui permettent à ses clients de s’adapter au réchauffement climatique tout en réduisant leur consommation énergétique.

Le réseau de froid urbain constitue l’un des moyens les plus innovants pour répondre aux enjeux de la concentration urbaine et de la lutte contre les îlots de chaleur dans les grandes villes.

Les travaux de rénovation énergétique entrepris dans son logement permettent de gagner en performance énergétique et de réaliser ainsi des économies d’énergie.

ODD14 : Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable

ENGIE se mobilise pour une meilleure gestion de la ressource en eau en privilégiant les solutions de recyclage des effluents traités et en maîtrisant l’impact des rejets dans les milieux marins. Il s’agit d’un ensemble de mesures destinées non seulement à réduire les volumes d’eau utilisés mais également à maintenir la qualité de l’eau dans les processus industriels et par la suite de celle rendue à son milieu naturel.

Pour réduire son impact en terme d’environnement, le Groupe veille à munir ses sites cibles en terme d’impact environnemental d’un plan de gestion intégrée de l’environnement élaboré en concertation avec ses parties prenantes. Le projet engagement du Groupe en faveur de la protection de la biodiversité a été reconnu au titre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) en France, en 2012. Cette reconnaissance a été reconduite en 2016. Le champ d’action du projet est à l’échelle mondiale.

ODD15 : Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des sols et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité

Les métiers du groupe ENGIE sont en constante interaction avec la biodiversité. Afin de contribuer à la lutte contre l’érosion mondiale de la biodiversité, de remédier à ses impacts dans le cadre du triptyque «éviter, réduire, compenser» et de continuer à bénéficier des services écosystémiques, le Groupe s’engage à intégrer la biodiversité dans sa stratégie ainsi que dans ses différents métiers.

Le Groupe s’attache depuis plusieurs années à mesurer ses impacts, notamment via les rejets atmosphériques et consommations d’eau ou de biomasse, qui sont présentés chaque année dans son reporting environnemental. Le Groupe s’était fixé comme objectif de mettre en place un plan d’action ciblé sur tous ses sites prioritaires pour la biodiversité. Les actions menées dans ce cadre illustrent toute la richesse et la diversité des initiatives que le Groupe peut mettre en place pour préserver voire améliorer localement la biodiversité et l’environnement : fauches tardives et gestion différenciée des espaces verts, pose de nichoirs et création de zones de refuge pour la faune, entretien des zones d’herbage par des moutons pour limiter l’usage des herbicides, réhabilitation d’anciennes friches, méthodes de forage sans ancrage pour protéger les coraux, mise en place de techniques à ultrasons pour éviter la capture de poissons dans les grilles de pompage d’eau de centrale thermique, passe à poissons pour leur permettre de franchir

les barrages, arrêt ou réduction de la production éolienne durant les périodes migratoires, etc.

Le projet d’engagement du Groupe en faveur de la protection de la biodiversité a été reconnu au titre de la Stratégie Nationale pour la Biodiversité (SNB) en France, en 2012. Cette reconnaissance a été reconduite en 2016. Le champ d’action du projet est étendu à l’échelle mondiale à partir de 2018.

ODD16 : Promouvoir l’avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l’accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous

L’éthique accompagne la vision industrielle de long terme. Les principes d’éthique se déclinent en quatre messages simples : agir en conformité avec les lois et les réglementations, ancrer une culture d’intégrité, faire preuve de loyauté et d’honnêteté, respecter les autres. L’ambition d’ENGIE en matière d’éthique est d’agir, partout et en toutes circonstances, conformément aux valeurs et aux engagements du Groupe, qui affiche le principe de tolérance zéro sur la fraude et la corruption.

Le Groupe s’est doté d’une politique visant à soumettre l’ensemble des parties intervenantes dans ses projets d’investissement à une procédure de due diligence intégrée (entrée en vigueur au 1er avril 2015). Cette politique requiert (i) de formaliser l’analyse du risque éthique lié à un projet, notamment en matière de corruption et de respect des droits humains, et (ii) en cohérence avec cette analyse, de réaliser des diligences basées sur la consultation de sources ouvertes ou des diligences approfondies incluant également des informations recueillies sur le terrain.