Matrice de matérialité

Après avoir cartographié ses enjeux à l’échelle nationale en 2014, puis internationale en 2015, le Groupe a remis à jour en 2017 sa matrice de matérialité. La matrice de matérialité 2017 d’ENGIE comprend 23 enjeux dont 18 cruciaux et 5 majeurs, répartis de façon homogène par type d’enjeux : social, sociétal, environnement, affaires, gouvernance et finance.

Définition des enjeux

On observe sur le graphe ci-dessus une bonne corrélation des enjeux entre l’évaluation de leur importance par les parties prenantes et l’évaluation de leur impact sur la création de valeur par le management d’ENGIE.

Méthodologie

En 2017, ENGIE a mené une étude visant à mieux comprendre le point de vue de ses parties prenantes vis-à-vis des enjeux identifiés par le Groupe. Celle-ci a été réalisée suivant les lignes directrices de la norme AA 1000, des recommandations G4 issues du Global Reporting Initiative (GRI) et des indications délivrées par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), sur les relations entre l’organisation et ses parties prenantes.

La cartographie des enjeux – RSE, stratégiques, économiques et opérationnels – a été actualisée au regard de l’actualité du Groupe et des grandes tendances de marché l’impactant. Par rapport à l’exercice mené en 2014-2015, le nombre des enjeux a été réduit pour plus de lisibilité.

Les axes de la matrice ont également été revus pour optimiser la pertinence des résultats et leur exploitation par le Groupe : en 2017, les parties prenantes ont été invitées à évaluer l’importance de chaque enjeu pour elles-mêmes (axe des ordonnées) et le management a été invité à évaluer l’impact de chaque enjeu sur la performance et la création de valeur d’ENGIE (axe des abscisses).

Les travaux se sont également appuyés sur une nouvelle cartographie des principales parties prenantes d’ENGIE, sélectionnées en fonction de leur expertise et de leur degré de relation vis-à-vis du Groupe. Ont été retenus les huit catégories suivantes de parties prenantes :

  • Actionnaires
  • Investisseurs et Agences de notation
  • Clients privés et publics
  • Fournisseurs
  • Monde académique
  • ONG
  • Salariés d'ENGIE
  • Syndicats

Consultation

ENGIE, à travers un questionnaire en ligne, a recueilli l’évaluation de l’importance des enjeux pour une cinquantaine de ses parties prenantes internes et externes. Afin d’approfondir les résultats de cette consultation quantitative, des entretiens individuels ont été menés auprès de parties prenantes externes ciblées du Groupe : clients grands comptes publics et privés, fournisseurs et ONG.

Les salariés du Groupe ont été directement impliqués dans cette consultation, invités à échanger sur les enjeux d’ENGIE en participant à un panel rassemblant des salariés appartenant à des fonctions supports et opérationnelles en contact régulier avec les parties prenantes.

Au total une centaine de personnes ont été consultées.

Liste et définition des enjeux

Sur la base des commentaires et suggestions issus de cette consultation, notamment des entretiens qualitatifs, la Direction de la RSE a regroupé certains enjeux et affiné leur définition.

Il en résulte une liste finalisée de 23 enjeux.

Définition des enjeux

Définition des enjeux

Définition des enjeux


Typologie des enjeux

Chaque enjeu a été évalué non seulement par le management du Groupe, mais aussi par ses parties prenantes externes (fournisseurs, clients, actionnaires, autorités, acteurs de la société civile, acteurs du monde académique, …) et internes (salariés). Cette double évaluation permet de positionner chaque enjeu sur une carte (« carte des enjeux ») donnant en abscisse l’importance de l’enjeu sur la performance et la création de valeur de l’entreprise évaluée par le management du Groupe et en ordonnée, l’importance de l’enjeu du point de vue des parties prenantes consultées.

Ce travail permet ainsi de hiérarchiser les enjeux en identifiant :

  • les enjeux « cruciaux », i.e. jugés de forte importance des deux points de vue, du Groupe et de ses parties prenantes ;
  • les enjeux « majeur », i.e. jugés de forte importance d’un seul des points de vue, du Groupe ou bien des parties prenantes et de moyenne importance de l’autre, ou bien jugés de moyenne importance des deux points de vue, du Groupe et de ses parties prenantes ;
  • les enjeux « à suivre », i.e. jugés de faible importance par le Groupe et/ou ses parties prenantes.

Enjeux des parties prenantes

La matrice de matérialité 2017 du Groupe est publiée dans le rapport intégré 2018. Dans ce travail, ENGIE s’est attaché à clarifier ses principaux enjeux au regard des tendances sociétales, environnementales et technologiques sur lesquelles s’appuyer pour créer de la valeur.

Il a été décidé d’équipondérer les enjeux et les réponses entre catégories de parties prenantes. Ainsi le poids de la partie prenante « actionnaires individuels» est le même que celui de la partie prenante « investisseurs ».

La matrice finale est construite de la façon suivante :

  • en axe des ordonnées : évaluation de l’importance des enjeux par les parties prenantes internes et externes
  • en axe des abscisses : évaluation de l’impact des enjeux sur la performance d’ENGIE par les Directions fonctionnelles du Groupe

Pour leur grande majorité, les enjeux sont déjà couverts par la stratégie et les politiques d’ENGIE. Pour renforcer son engagement envers ses parties prenantes sur les enjeux à priorité forte pour les parties prenantes, ENGIE s’est fixé des objectifs RSE à horizon 2020 et a mis en place des plans d’actions concrets pour faire progresser les indicateurs associés vers ces objectifs.