menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
01
avr
2016

ENGIE se mobilise pour l’après COP21

Anne Chassagnette, Directeur de la Responsabilité Environnementale et Sociétale du Groupe est intervenue le 30 mars 2016 à l’Assemblée Nationale, à Paris, à l’occasion d’une table ronde portant sur l’après COP21. ENGIE était auditionné en tant qu’acteur non-étatique sur les propositions que la France pourrait porter au cours de cette année. Mise en lumière des prises de position phares du Groupe.

ENGIE en tant que leader de la transition énergétique a fait de la lutte contre le réchauffement climatique l’une de ses priorités d’action.

«ENGIE se félicite de la reconnaissance du rôle joué par les acteurs non-étatiques lors de la COP21 et notamment (…) le rôle des entreprises, des investisseurs et des citoyens (…). ENGIE est conscient de son rôle dans la lutte contre le changement climatique et s’est fixé des objectifs ambitieux. Nous travaillons pour aller au-delà d’un effort de réduction de 10% du taux d’émissions de CO2 par kWh produit d’ici 2020(…). Nous avons par ailleurs dépassé l’objectif que nous nous étions fixé en augmentant notre capacité de production électrique à base de renouvelables de 60% entre 2009 et 2015, au-delà donc de l’objectif de 50%», a déclaré Anne Chassagnette lors de son intervention à l’Assemblée Nationale.

ENGIE a suivi de près les négociations climatiques lors de la COP21 et a salué les orientations de l’Accord de Paris, et notamment l’intégration d’un signal prix carbone généralisé afin d’inciter les entreprises à privilégier l’investissement bas carbone.

Anne Chassagnette a rappelé les engagements forts d’ENGIE en faveur du climat parmi lesquels :

Conscient de sa responsabilité et du rôle majeur qu’il joue dans la transition vers une économie sobre en carbone, le Groupe a identifié les actions à mener afin de concrétiser les objectifs de l’Accord sur le climat :

  • Continuer à consolider les thématiques clés identifiées lors de la COP21 et à maintenir la dynamique d’engagements (travail avec la Banque Mondiale, soutien des réformes européennes, …) ;
  • Renforcer les actions pour réorienter les financements vers les investissements décarbonés (Green Fund et modalités d’accès) ;
  • Continuer à favoriser le dialogue entre entreprises et gouvernements, comme le Business Dialogue, afin de faciliter la mise en place d’un cadre favorable au déploiement des solutions bas-carbone ;
  • Encourager l’accès à l’énergie dans les pays en développement, notamment en Afrique, à travers le développement des énergies renouvelables.
Audition d’Anne Chassagnette pour ENGIE à l’Assemblée Nationale lors de la table ronde post-COP21
Retour liste