Tribune de Jean-Marc Leroy

75% des consommations énergétiques mondiales et 80% des émissions de gaz à effets de serre sont aujourd’hui émis par les villes. Je suis toujours frappé par l’énormité de ces chiffres, a fortiori lorsque l’on considère dans le même temps que 50% de l’humanité vit aujourd’hui dans ces villes, et que cette part devrait monter à 70% à l’horizon 2050. Au vu de la pollution de l’air, de l’eau, dans certaines villes, de l’effet ilot de chaleur dans tous les centres villes… cela doit-il signifier que nous condamnons, par nos modes de vie, près de la moitié de l’humanité à vivre dans des territoires sales et pollués, mettant en danger leur santé et celles de leurs enfants?

Je suis convaincu que ce n’est pas le cas. C’est pour les villes, dans les villes et avec les villes que nous pouvons et devons construire un progrès plus harmonieux, soutenable, respectueux des ressources limitées et de chacun. Il ne s’agit pas de créer des utopies, mais d’améliorer structurellement la qualité de vie en ville en apportant aux territoires des propositions tangibles qui, intégrées les unes aux autres, permettent d’apporter des solutions à la hauteur des enjeux. En s’appuyant sur ses compétences avérées en matière d’infrastructure et de services et en développant ses capacités numériques, ENGIE en règle générale avec des partenaires grands Groupes et start-ups est en mesure d’offrir cette approche globale et soutenable aux villes.

ENGIE est par exemple l’un des leaders mondiaux des réseaux urbains de chaleur renouvelables et le leader mondial des réseaux de froid à haute efficacité environnementale. Ces réseaux sont efficaces en eux-mêmes, permettent l’intégration d’énergie renouvelable ou fatale et contribuent ainsi à décarboner chauffage et climatisation. ENGIE continue à améliorer leur efficacité, notamment grâce au développement de plateformes opérationnelles numériques qui pilotent et optimisent les consommations d’énergie à tout instant. Les réseaux urbains de 4ème génération combinant smart grid électrique et thermique constitueront la solution la plus efficace et la plus économique pour décarboner des zones denses et seront l’ossature de la ville durable.

Les services d’efficacité énergétique sont également en pleine transformation avec l’avènement du bâtiment connecté. Celui-ci permet une automatisation, un pilotage et une optimisation des consommations des bâtiments au cours de leur vie. ENGIE a ainsi développé un ensemble de solutions mises en œuvre dans les écoles de la ville de Paris. A Singapour, ENGIE a même imaginé Powerzee, une application numérique développée avec l’université de Singapour permettant de travailler sur le comportement des individus et le développement des gestes eco-responsables.

Par ce positionnement, ENGIE incarne sa volonté de participer à la construction de territoires harmonieux, en respectant les besoins spécifiques à chacun.

Toutes ses solutions, ENGIE a fait la démonstration de sa capacité à les intégrer dans une solution globale. A titre d’exemple, l’université de l’Ohio aux Etats-Unis (The Ohio State University) a ainsi confié à ENGIE la gestion de l’efficacité énergétique de l’ensemble de son campus (485 bâtiments) au travers d’un partenariat d’une durée de 50 ans, avec un engagement de réduction des consommations énergétiques d’au moins 25% sur les 10 premières années du contrat et l’objectif d’améliorer progressivement la soutenabilité de tout le campus. L’atteinte de ces objectifs passe par la mise en œuvre des solutions présentées plus haut.

Je suis convaincu que les villes sont une solution centrale de la transition énergétique. Chez ENGIE, nous avons la certitude que, dès aujourd’hui, la construction d’un monde meilleur et plus harmonieux est possible et réalisable.