menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
27
avr
2015

Informations financières au 31 mars 2015

  • Un premier trimestre 2015 en ligne avec la trajectoire prévue étant donné l’impact non linéaire de certains éléments
  • Le premier trimestre a été impacté par l’indisponibilité des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2 et par la baisse des prix du brent et du gaz et des prix de l’électricité sur les marchés merchant
  • Le Groupe confirme ses objectifs annuels avec une meilleure performance attendue sur le deuxième semestre compte tenu des hypothèses intégrées dans la guidance 2015
  • Une génération de cash solide et une dette nette qui poursuit sa baisse
  • Un projet d’entreprise afin d’accélérer la mise en œuvre de la stratégie de développement


Le chiffre d’affaires au 31 mars 2015 s’élève à 22 073 millions d’euros
, en variation de – 3,0 % en brut et de
- 5,9 % en organique. Ce recul s’explique en particulier par l’impact de la chute des prix des commodités et par l’indisponibilité des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2, malgré un climat plus favorable qu’au premier trimestre 2014.

L’Ebitda sur la période s’élève à 3 557 millions d’euros, en variation de – 10,4 % en brut et de – 13,0 % en organique par rapport à fin mars 2014. Comme le chiffre d’affaires, l’Ebitda du premier trimestre est pénalisé par l’impact de la baisse des prix du pétrole et du gaz sur les activités d’exploration-production et sur les ventes de GNL, par l’indisponibilité des centrales nucléaires de Doel 3 et Tihange 2, en partie compensées par un effet change favorable, l’impact positif du climat, les mises en service des nouveaux actifs et la performance sur les coûts. Ces évolutions sont en ligne avec les prévisions annuelles du Groupe, les éléments défavorables pesant davantage sur le premier semestre (redémarrage anticipé de Doel 3/Tihange 2 au 1er juillet, prix des commodités très élevés sur le premier semestre 2014, forte activité d’arbitrage GNL sur le premier trimestre 2014 et montée en puissance du plan de réaction rapide sur l’année 2015).

La performance organique de l’Ebitda est fortement contrastée selon les branches :

  • forte hausse de la branche Energy International grâce à la mise en service de nouveaux actifs et malgré le recul sur les marchés américains et australiens ;
  • la branche Energie Europe est en décroissance malgré le climat favorable, liée en particulier à l’arrêt des centrales nucléaires Doel 3, Tihange 2 et Doel 1, à la baisse des prix de l’électricité et au recul de l’activité amont gaz, comme anticipé ;
  • la branche Global Gaz et GNL est affectée par la chute des prix du pétrole et du gaz et par une moindre activité d’arbitrage GNL, en ligne avec les hypothèses de la trajectoire annuelle ;
  • forte progression de la branche Infrastructures bénéficiant d’un climat plus favorable et des hausses tarifaires annuelles ;
  • amélioration de la performance de la branche Energie Services.

Le résultat opérationnel courant3 s’élève à 2 385 millions d’euros, en variation de – 17,2 % en brut et de  -19,7 % en organique par rapport à fin mars 2014, pour les mêmes raisons que l’Ebitda.

Au 31 mars 2015, la dette nette s’établit à 26,8 milliards d’euros, en recul de 0,7 milliard d’euros par rapport à fin 2014, malgré un effet change défavorable de 0,8 milliard d’euros, grâce à un solide Cash Flow From Operations de 3,1 milliards d’euros.

Le ratio dette nette/Ebitda est à 2,3 x, en dessous de l’objectif ≤2,5 x. A fin mars 2015, le Groupe affiche un niveau élevé de liquidité à 12,3 milliards d’euros, dont 11,5 milliards d’euros de trésorerie. Début mars, GDF SUEZ a réalisé avec succès une émission obligataire de 2,5 milliards d’euros en quatre tranches à des coupons record (notamment 0 % à 2 ans et 1,5 % à 20 ans). Le coût moyen de la dette brute poursuit ainsi sa baisse à 3,04 %.

Les performances du premier trimestre 2015 sont en ligne avec la trajectoire attendue et le Groupe confirme ses objectifs financiers4 pour 2015 :

  • un résultat net récurrent part du Groupe5 entre 3,0 et 3,3 milliards d’euros, à climat moyen et régulation stable. Cet objectif repose sur une estimation d’Ebitda et de résultat opérationnel courant3 de respectivement 11,7 à 12,3 milliards d’euros et 6,8 à 7,4 milliards d’euros ;
  • un ratio dette nette/Ebitda inférieur ou égal à 2,5 x et le maintien d’une notation de catégorie « A » ;
  • un dividende au titre de 2015 avec un taux de distribution de 65-75 % (pay-out)6 et un minimum de 1 euro par action, payable en numéraire.

Fait marquants de la période

Le Groupe poursuit la mise en œuvre de sa stratégie en deux axes :

Etre l’énergéticien de référence sur les marchés à forte croissance 

  • En Afrique du Sud, le projet de parc solaire de Kathu de 100 MW est retenu « preferred bidder» ;
  • A Abou Dhabi, ENGIE et SUEZ ENVIRONNEMENT ont signé un contrat de recherche sur le dessalement de l’eau de mer à partir d’énergie solaire ;
  • En Tunisie, signature avec la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (STEG) d’un protocole d’accord pour le développement de la coopération entre les deux groupes ;
  • En Chine, création d’une joint venture avec Sichuan Energy Investment Distributed Energy Systems (SCEI DES) pour le développement de projets d’énergie décentralisée au Sichuan et signature d’un protocole d’accord avec Beijing Enterprises Group sur l’approvisionnement en gaz naturel ;
  • Aux Philippines, ENGIE et Cyberzone Properties Inc. ont annoncé le développement d’un projet de refroidissement urbain à Manille ;
  • En Turquie, le Parlement turc a approuvé le projet de construction de la centrale nucléaire de Sinop représentant 4 GW ;
  • Au Brésil, mise en service de la 26ème turbine de la centrale hydroélectrique de Jirau ;
  • En Algérie, ENGIE a annoncé une nouvelle découverte de gaz naturel dans le bassin Illizi situé au Sud-Est de l’Algérie.

Etre leader de la transition énergétique en Europe

  • A Montoir-de-Bretagne (Loire-Atlantique), 1 000e chargement en Europe de camion-citerne de gaz naturel liquéfié (GNL) ;
  • A travers sa filiale de corporate venture capital GDF SUEZ New Ventures, ENGIE a réalisé deux nouveaux investissements au capital de Tendril afin d’accélérer le développement de solutions de management des services à l’Energie en Europe et de Redbird, expert dans l’analyse des données techniques collectées par des drones ;
  • En France, LNGeneration a signé avec Lactalis un contrat de 18 mois portant sur l’approvisionnement en gaz naturel liquéfié ;
  • Le 21 avril, le Groupe Magritte a appelé à plus de convergence et d’intégration dans la politique énergétique européenne en vue d’assurer une protection plus efficace du climat, la sécurité de l’approvisionnement à l’échelle européenne et des prix de l’énergie qui soient équitables.

Début avril, ENGIE a présenté son nouveau projet d’entreprise afin d’accélérer la mise en œuvre de sa stratégie de développement. Ce projet d’entreprise repose sur trois objectifs : accélérer le développement d’ENGIE, en faire un Groupe plus que jamais utile aux hommes et construire un projet d’entreprise dont les salariés seront les artisans et les ambassadeurs. Il reposerait sur la création de 24 entités opérationnelles (Business Units – BU), sur un principe de territorialité, aux bornes d’un pays ou d’un groupe de pays. Plus décentralisées, ces entités permettront de gagner en rapidité de réaction et en efficacité.

En complément d’une logique géographique, le projet d’organisation étudiera la constitution de 5 lignes métiers fortes, chargées d’assurer le fonctionnement en réseau des entités du Groupe et de la mise en œuvre de la stratégie d’ensemble dans leur domaine de compétence : chaîne du gaz, production centralisée d’électricité renouvelable et thermique, solutions décentralisées pour les villes et les territoires, solutions pour les entreprises,  solutions pour les particuliers et les professionnels.

Chiffre d’Affaires contributif par branche

Le chiffre d’affaires du Groupe est en recul de – 3,0 % en brut avec + 43 millions d’effets périmètre (- 115 millions d’effets sortants et + 158 millions d’euros d’effets entrants liés notamment aux acquisitions réalisées par la branche Energie Services en 2014) et + 665 millions d’euros d’effets change, principalement sur le dollar US et dans une moindre mesure sur la livre sterling. En organique, le chiffre d’affaires recule de -5,9 %.

Le chiffre d’affaires de la branche Energy International s’établit à 3 936 millions d’euros, en hausse brute de
+ 10,3 % et en recul organique de – 2,2 %. La croissance brute reflète l’évolution très favorable des taux de change
(+ 520 millions d’euros en raison principalement de la dépréciation de l’euro par rapport au dollar). La légère décroissance organique est le résultat de la baisse des prix d’électricité sur les marchés matures (Amérique du Nord, Australie, Royaume-Uni) partiellement compensée par la mise en service de nouvelles centrales en Amérique latine et en Asie du Sud et par l’augmentation des prix de l’électricité en Amérique Latine.

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Europe s’établit à 11 817 millions d’euros, en recul de – 6,5 % en variation brute. Cette baisse s’explique par la mise à l’arrêt de Doel 3 et Tihange 2 depuis le 26 mars 2014 et de Doel 1 depuis le 15 février 2015 et de manière générale par la baisse des volumes et des prix de vente et ce, malgré l’impact positif du climat sur les ventes de gaz en France (les trois premiers mois de l’année 2015 ayant été légèrement froids alors que 2014 avait été particulièrement doux).

Le chiffre d’affaires de la branche Global Gaz & GNL au 31 mars 2015 s’élève à 1 087 millions d’euros, en baisse brute de – 34,6 % par rapport à fin mars 2014 et en décroissance organique de – 39,9 %. Cette baisse s’explique par la chute des prix du pétrole et du gaz mais aussi par la forte baisse de l’activité GNL en volumes et en prix sur les marchés européens et asiatiques. La production totale d’hydrocarbures à fin mars 2015 est en hausse de 1,3 Mbep (14,0 Mbep versus 12,7 Mbep à fin mars 2014) grâce aux contributions des mises en service en 2014 des champs de Juliet au Royaume-Uni, Amstel aux Pays-Bas et Gudrun en Norvège.

Le chiffre d’affaires de la branche Infrastructures, s’élève à 1 005 millions d’euros, en progression  de + 11,7 % en brut  par rapport à mars 2014. Cette hausse reflète l’augmentation des quantités acheminées par GrDF en raison d’un climat plus froid au premier trimestre 2015 qu’en 2014 (+ 19,6 TWh), la révision annuelle du tarif d’accès aux infrastructures de distribution et de transport en France, le développement des activités de transport pour le compte de tiers du fait de l’ouverture croissante des marchés.

Le chiffre d’affaires de la branche Energie Services est en progression brute de + 6,3 % grâce aux acquisitions réalisées en 2014, alors que la variation organique ressort à + 2,4 % et s’explique notamment par la hausse des activités d’installations en France, au Benelux et en Allemagne, en particulier dans les activités de génie électrique et de génie climatique mais également par la hausse des activités de réseaux de chaleur en France qui ont bénéficié d’un climat plus favorable que l’année dernière.

 

***************************

 

La présentation de la conférence téléphonique investisseurs sur les informations financières au 31 mars 2015 est disponible sur le site internet du Groupe : 

Résultats 2015

PROCHAINS EVENEMENTS 

  • 5 mai 2015                   Paiement du solde du dividende (0,50 € par action) au titre de l’exercice 2014.
                                         La date de détachement du dividende est fixée au 30 avril 2015.
  • 30 juillet 2015              Publication des résultats semestriels 2015

1 après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence
2Cash Flow From Operations (CFFO) = Free Cash Flow avant Capex de maintenance
3 après quote-part du résultat net des entreprises mises en équivalence
4 ces objectifs reposent sur des hypothèses de climat moyen en France, de répercussion complète des coûts d’approvisionnement sur les tarifs régulés du gaz en France, de redémarrage de Doel 3 et Tihange 2 le 1er juillet 2015, d’absence de changement substantiel de réglementation et de l’environnement macro-économique, d’hypothèse de prix des commodités basées sur les conditions de marché à fin décembre 2014 pour la partie non couverte de la production et de cours de change moyens suivants pour 2015 : €/$ : 1,22, €/BRL : 3,23
5 résultat net hors coûts de restructurations, MtM, dépréciations d’actifs, cessions, autres éléments non récurrents et impacts fiscaux associés et contribution nucléaire en Belgique
6sur la base du résultat net récurrent, part du Groupe
7 Dividende soumis à l’approbation des actionnaires réunis en Assemblée générale le 28 avril 2015

Avertissement important

Les agrégats présentés sont ceux habituellement utilisés et communiqués aux marchés par GDF SUEZ. La présente communication contient des informations et des déclarations prospectives. Ces déclarations comprennent des projections financières et des estimations ainsi que les hypothèses sur lesquelles celles-ci reposent, des déclarations portant sur des projets, des objectifs et des attentes concernant des opérations, des produits ou des services futurs ou les performances futures. Bien que la direction de GDF SUEZ estime que ces déclarations prospectives sont raisonnables, les investisseurs et les porteurs de titres GDF SUEZ sont alertés sur le fait que ces informations et déclarations prospectives sont soumises à de nombreux risques et incertitudes, difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de GDF SUEZ qui peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent significativement de ceux qui sont exprimés, induits ou prévus dans les déclarations et informations prospectives. Ces risques comprennent ceux qui sont développés ou identifiés dans les documents publics déposés par GDF SUEZ auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), y compris ceux énumérés sous la section « Facteurs de Risque » du document de référence de GDF SUEZ enregistré auprès de l’AMF le 23  mars 2015  (sous le numéro D.15-0186). L’attention des investisseurs et des porteurs de titres GDF SUEZ est attirée sur le fait que la réalisation de tout ou partie de ces risques est susceptible d’avoir un effet défavorable significatif sur GDF SUEZ.

À propos de ENGIE

ENGIE inscrit la croissance responsable au cœur de ses métiers (électricité, gaz naturel, services à l’énergie) pour relever les grands enjeux énergétiques et environnementaux : répondre aux besoins en énergie, assurer la sécurité d’approvisionnement, lutter contre les changements climatiques et optimiser l’utilisation des ressources. Le Groupe propose des solutions performantes et innovantes aux particuliers, aux villes et aux entreprises en s’appuyant sur un portefeuille d’approvisionnement gazier diversifié, un parc de production électrique flexible et peu émetteur de CO2 et une expertise unique dans quatre secteurs clés : la production indépendante d’électricité, le gaz naturel liquéfié, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. ENGIE compte 152 900 collaborateurs dans le monde pour un chiffre d’affaires en 2014 de 74,7 milliards d’euros. Coté à Paris, Bruxelles et Luxembourg, le Groupe est représenté dans les principaux indices internationaux : CAC 40, BEL 20, DJ Euro Stoxx 50, Euronext 100, FTSE Eurotop 100, MSCI Europe et Euronext Vigeo (World 120, Eurozone 120, Europe 120 et France 20).

 

Retour liste