TRANSITION ENERGÉTIQUE

Springfield : bientôt la ville la plus verte d’Australie ?

Par ENGIE - 30 octobre 2020 - 16:05

En décembre 2018, ENGIE signait un partenariat avec la ville de Greater Springfield en Australie. Après un an de consultation et de recherches, l’agglomération a publié sa feuille de route pour devenir la ville la plus verte du monde d’ici 2038 ! Une nouvelle étape pour ce chantier ambitieux mené avec le Groupe. Récit d’un projet.

 

 

Une feuille de route inédite en Australie

Élaborée par Tractebel, société d’ingénierie de pointe spécialisée dans les projets durables et neutres en carbone, la feuille de route de Springfield a bénéficié du soutien d’ENGIE Impact, l’entité conseil du Groupe qui accélère la transition neutre en carbone des entreprises dans le monde entier. Au programme ? 30 % d’espaces verts dans la ville, un accès généralisé aux bornes de recharge de véhicules électriques (VE) et au réseau de bus à hydrogène, ainsi que 100 % de l’électricité issue de sources renouvelables.

 

Un projet mené tambour battant

En 2018, une alliance stratégique est signée entre ENGIE et Springfield City Group. L’année suivante, Tractebel entreprend une évaluation complète de la ville afin d’établir les besoins du projet, le plan d’action et la carte des scénarios de développement potentiels de la ville. La feuille de route décrit alors ce qui sera nécessaire pour atteindre une électricité nette zéro (électricité entièrement issue des énergies renouvelables) et la neutralité carbone (énergie entièrement issue des énergies renouvelables, y compris le carburant des véhicules et le chauffage/la climatisation). Elle repose sur cinq piliers, destinés à faire de Springfield une ville à énergie nette zéro d’ici 2038 :

 

  • Urbanisme : maintenir 30 % d’espaces verts ; développer l’agriculture urbaine et les voies de transport vertes. 
  • Mobilité : réduire de 1,98 à 0,8 le nombre de voiture par foyer ; développer l’infrastructure de recharge des véhicules électriques ; créer des solutions de dernier kilomètre durables ; passer aux bus à hydrogène et développer des solutions de transport partagé ; 
  • Bâtiments : utiliser la conception bioclimatique, la protection solaire et le refroidissement urbain ; mettre en place des programmes d’éducation du public sur l’efficacité énergétique ; 
  • Énergie : établir une part de 100 % d’énergies renouvelables locales ; installer des panneaux solaires sur tous les toits disponibles ; développer le ravitaillement en hydrogène ; mettre en œuvre le stockage de l’énergie ;
  • Digital : devenir un leader mondial en matière de solutions urbaines innovantes et intelligentes.

 

Et maintenant, que va-t-il se passer ?

Suivant la feuille de route, des travaux d’infrastructure sont déjà en cours dans l’agglomération. Le déploiement des panneaux solaires sur les toits de la ville a commencé, les bâtiments clés, dont le centre commercial Orion et la Springfield Tower, étant parmi les premiers à être équipés. En parallèle, des bornes de recharge des véhicules électriques ont été mises en place. La feuille de route sera révisée tous les deux ou trois ans, en suivant l’avancée de cet ambitieux parcours vers la neutralité carbone.

 

Une stratégie sur-mesure, des partenaires engagés

Pour Maha Sinnathamby, président et fondateur de Greater Springfield, « nous avons une chance, et la responsabilité envers nos résidents d’être un exemple à suivre pour les autres. La priorité accordée à la production et au stockage efficaces et durables de l’énergie, ainsi qu’à l’intégration dans la communauté, est d’une importance extrême pour l’Australie et pour nous. Je suis convaincu qu’ENGIE peut nous aider à devenir un leader mondial des solutions innovantes et intelligentes pour les villes ».

 

Comme l’explique aussi Charles-Édouard Delpierre, Directeur général de la Business Line Urban chez Tractebel, « il s’agit d’une étape importante. La feuille de route est le résultat d’une année de recherches et de consultations et constitue un plan ambitieux mais pratique pour faire de Greater Springfield la ville à énergie nette zéro d’ici 2038 ».

 

Le rendez-vous est donc fixé !