Energie biomasse

La transformation des déchets en énergie

Inauguration de la centrale 100% biomasse de Rodenhuize

La biomasse désigne l’ensemble des matières organiques dégradables et transformables, en énergie par valorisation énergétique sous forme de chaleur, d’électricité, de gaz naturel ou de bio-carburant. La biomasse permet d’alimenter par exemple des chaufferies urbaines, des réseaux de chaleur et de froid, et des usines de cogénération.

Depuis plusieurs années, ENGIE mène de nombreux projets originaux en R&D pour améliorer la combustion et utiliser d’autres ressources que le bois. Ont ainsi été testées dans ses centrales des matières multiples et diverses : noyaux et pulpes d’olive, huiles végétales, marc de café, résidus de culture, boues d’épuration… avec des résultats plus que prometteurs.

Les déchets ou «biomasse végétale» offrent un atout majeur : un bilan carbone neutre. En effet, la combustion de débris végétaux dégage une quantité de CO2 équivalente à celle qui a été absorbée lors de la photosynthèse. Pour y parvenir, deux procédés sont utilisés : la combustion directe et la gazéification.

Outre un bilan carbone neutre, la biomasse offre deux avantages notables : elle est inépuisable et disponible partout dans le monde. Des atouts inestimables pour répondre notamment aux besoins en énergie des pays émergents et des territoires isolés.

Gazéification de la biomasse

La transformation habituelle de la biomasse ligneuse (principalement les rémanents forestiers, mais aussi la paille ou les cultures énergétiques) est sa combustion directe : elle est brûlée en chaudière pour produire de la chaleur, de l’électricité ou de l’électricité et de la chaleur (cogénération).

La gazéification est une alternative innovante qui consiste à transformer la biomasse en gaz combustible valorisable de multiples façons. La biomasse est d’abord séchée, puis soumise à une pyrolyse (une décomposition par la chaleur) pour être réduite à l’état de charbon de bois. Vient alors le processus de gazéification : le charbon de bois est exposé à un agent de gazéification, pour produire un mélange gazeux contenant principalement du monoxyde de carbone, de l’hydrogène et du méthane. S’ensuit une étape de lavage du gaz combustible de synthèse, prêt à être valorisé dans plusieurs utilisations :

  • cogénération permettant la valorisation simultanée d’électricité et de chaleur (possibilité d’améliorer significativement le rendement électrique par rapport à un procédé conventionnel par combustion directe de la biomasse) ;
  • substitution directe au gaz naturel pour certaines applications industrielles comme la fusion du verre ;
  • production de biométhane (appelé aussi gaz naturel de synthèse) par le biais du procédé de méthanation.

ENGIE, un acteur reconnu

Biomasse

Pour la production d’électricité, avec plus de 50 sites en Europe, aux Etats-Unis et au Brésil, ENGIE consomme chaque année plus de 2 000 000 de tonnes de biomasse diverse, et possède l’une des meilleures expertises internationales.