Définitions

  • Le biogaz, mélange composé de méthane (CH4) et de dioxyde de carbone (CO2), est produit grâce à un processus de dégradation de matières organiques en l’absence d’oxygène. On parle alors de digestion anaérobique ou méthanisation. Les intrants constituant la matière traitée comprennent des résidus de cultures alimentaires, des effluents d’élevage, des cultures intermédiaires, des déchets organiques de collectivités et d’industries. Le biogaz constitue à ce titre une source d’énergie 100% renouvelable.
  • Le biométhane résulte d’un processus d’épuration du biogaz lui permettant d’avoir les mêmes propriétés que le gaz naturel. Utilisé comme combustible pour servir les usages finaux (chauffage, cuisine, industries) ou comme carburant pour se déplacer ou pour produire de l’électricité, le biométhane est généralement transporté et stocké grâce aux infrastructures gazières existantes mais il peut tout aussi bien être valorisé pour des besoins de proximité immédiate.
  • La méthanisation territoriale : la matière organique est collectée sur le secteur proche de l’unité de méthanisation et peut être d’origine agricole, industrielle ou en provenance des collectivités. Le processus naturel biologique de dégradation en absence d’oxygène produit un biogaz valorisé dans les réseaux de distribution ou de transport de gaz naturel. Le digestat produit est aussi valorisé et restitué localement au sol, en remplacement des fertilisants de synthèse
  • L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique « circulaire ».

Une filière industrielle en plein essor

over-the-years-image

Vecteur de flexibilité tant dans sa production que dans son utilisation, le biométhane est amené à jouer un rôle majeur dans un système énergétique entièrement décarboné à l’horizon 2050. La Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte fixe comme objectif de porter la part du gaz renouvelable à 10% de la consommation de gaz en France d’ici 2030.

 

Depuis la mise en production de ses premières installations en 2011, le biométhane français connaît l’expansion la plus forte d’Europe.

Une formidable création de valeur dans les territoires

L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique « circulaire ».

 

Véritable exemple de ce que peut représenter l’économie circulaire dans un territoire, le développement du biométhane irrigue tout un écosystème d’acteurs, dynamisant l’économie locale et préservant la nature.

 

Il offre en particulier aux agriculteurs une formidable opportunité de diversifier leur activité. Grâce à la méthanisation, leurs déchets organiques deviennent une ressource : les résidus agricoles et les effluents d’élevage sont valorisés pour produire du gaz. Le digestat, sous-produit de la méthanisation, remplace les engrais minéraux pour amender les sols et fertiliser les cultures. En s’engageant dans la production de biométhane, les agriculteurs s’impliquent dans un projet collectif : contribuer au verdissement du mix énergétique.

 

En valorisant leurs déchets organiques grâce à la méthanisation, les industriels peuvent également réduire l’empreinte environnementale de leur activité. A proximité immédiate de leurs usines, l’unité de méthanisation simplifie leur démarche environnementale à des conditions économiques bien souvent plus avantageuses pour la reprise des coproduits et sous-produits.

 

Enfin, les collectivités trouvent dans la filière biométhane un nouveau débouché pour leurs déchets alimentaires, les ordures ménagères fermentescibles et les déchets verts.

 

Pour chaque nouvelle unité mise en service, la filière crée en moyenne trois à quatre emplois directs non délocalisables contribuant directement à la compétitivité des territoires et renforce l’indépendance énergétique de la France vis-à-vis des pays exportateurs de gaz naturel.
 

chaîne de valeur biogaz

Une énergie au bénéfice de la planète

Fabriquée localement, cette énergie accompagne la transition énergétique. Produit à partir de matières organiques, le biogaz est une énergie 100% renouvelable permettant de réduire significativement les émissions de gaz à effet de serre et d’améliorer la qualité de l’air. La méthanisation permet la valorisation des déchets et la réduction du recours aux engrais chimiques ayant pour effet un meilleur retour au sol des agents nutritifs essentiels à la croissance organique et une réduction des émissions de CO2 liées à la fabrication d’engrais chimiques importés.

 

Le biométhane possède des propriétés semblables au gaz naturel et peut être utilisé comme combustible, pour produire de la chaleur, de l’électricité ou comme carburant pour les véhicules.

 

Relativement récent, le déploiement d’une unité de méthanisation peut susciter des interrogations. Toutefois la production de biogaz est encadrée par une réglementation très rigoureuse : la décomposition des déchets est réalisée en absence d’oxygène, sans contact avec l’air ambiant et donc sans odeur. Les risques de rejet d’ammoniac dans l’air ou de pollution des eaux liés au digestat sont étroitement surveillés. L’intégration paysagère des installations est prise en compte dès le choix du site, les émissions sonores d’une unité de méthanisation sont minimes et le trafic est limité au maximum.

 

ENGIE et le biométhane

Le Groupe ENGIE a pour objectif d’accompagner l’industrialisation de la filière pour baisser les coûts d’environ 30 % d’ici à 2030 et atteindre la parité avec le gaz naturel.

 

Portée par le Groupe ENGIE, ENGIE Bioz initie, développe, finance, construit et exploite des unités d'injection de biométhane dans le réseau de gaz français, en s’inscrivant dans la durée sur les territoires. 

 

L’objectif d’une unité de méthanisation est de produire du biométhane en collectant sur le territoire environnant plusieurs types de matières organiques. Celles-ci peuvent être d’origine agricole, industrielle, ou provenir de collectivités. ENGIE Bioz compte parmi les leaders de la production de gaz renouvelable avec 14 centrales en exploitation.

+3 Images

Nous sommes convaincus que le biométhane va jouer un rôle essentiel dans le mix énergétique européen. ENGIE Bioz apporte une expertise reconnue à chaque étape des projets de méthanisation, des études de faisabilité jusqu’à leur exploitation. Grâce à son implantation et sa connaissance des territoires, le Groupe intervient sur l’ensemble de la chaîne de valeur, du développement et du financement des projets, jusqu’à la vente aux clients finaux, en fédérant l’ensemble des acteurs locaux autour de solutions adaptées. Le Groupe est ainsi leader dans la production et la valorisation de cette énergie. 

 

Par le biais du Groupe de Travail Méthanisation du Comité Stratégique de Filière des Nouveaux Systèmes Energétiques, le Groupe s’engage à améliorer la compétitivité globale des gaz verts. 

Perspectives du biogaz