Matrice de matérialité « Groupe » d’ENGIE

> Méthodologie
> Analyse

 

Méthodologie

Elaborée suivant les lignes directrices de la norme AA 1000 définie par AccountAbility, l’analyse a été réalisée par zone géographique en fonction de la stratégie d’ENGIE, avant d’être consolidée au niveau du Groupe. Dans un premier temps focalisée sur l’Europe, la matrice a été complétée début 2015 par une analyse des enjeux sur l’ensemble des territoires d’implantation du Groupe. Afin de respecter un équilibre entre la présence géographique actuelle du Groupe et sa stratégie de développement à l’international, il a été décidé de pondérer de manière équivalente ces deux zones. La matrice propose ainsi une photographie globale des enjeux du Groupe.

Les travaux se sont appuyés sur la cartographie des principales parties prenantes d’ENGIE, sélectionnées en fonction de leur degré de relation vis-à-vis du Groupe ou de leur influence sur sa stratégie :

  • Communauté commerciale : clients grands comptes et particuliers, partenaires industriels, fournisseurs et sous-traitants ;
  • Communauté financière : investisseurs actions / crédit / ISR, actionnaires individuels, analystes sell-side, agences de notation ;
  • Ressources humaines : ensemble des salariés, managers, représentants du personnel ;
  • Pouvoirs publics : collectivités territoriales, autorités nationales, instances européennes ;
  • Société civile : ONG et associations, fédérations professionnelles, populations riveraines ; monde académique, médias.

ENGIE a identifié les principaux enjeux et évalué leur pertinence pour le Groupe et pour ses parties prenantes sur la base de l’analyse des informations existantes et de consultations internes et externes :

  • Entretiens internes auprès des Directions en lien avec les parties prenantes en Europe et à l’international ;
  • Entretiens externes en France, au Royaume-Uni, aux États-Unis, au Chili, au Pérou, et en Thaïlande : clients grands comptes, fournisseurs, investisseurs ISR, collectivités territoriales, ONG et médias ;
  • Un panel d’actionnaires individuels en France ;
  • Une enquête électronique auprès du grand public en France et en Belgique.

Un groupe de travail interne, piloté par la Direction de la Responsabilité environnementale et sociétale et regroupant les cinq Branches opérationnelles ainsi que les Directions fonctionnelles d’ENGIE (Achats, Finances, Ethique, Relations Institutionnelles, Ressources Humaines et Risques) a été mobilisé tout au long de la démarche.

Analyse

La matrice de matérialité d’ENGIE met en évidence des attentes très fortes et convergentes entre ENGIE et ses parties prenantes concernant les «fondamentaux» du Groupe : conduite des affaires, acceptabilité locale, santé-sécurité, sûreté des installations, émissions de gaz à effet de serre et réputation – enjeux inhérents à l’activité d’ENGIE.

La matrice fait également apparaître des attentes fortes concernant les ambitions d’ENGIE et leur mise en œuvre : transition énergétique, mix énergétique équilibré, relations clients responsables, développement des salariés, en particulier. Ces enjeux sont déterminants pour la création de valeur à court, moyen et long terme. Parmi les autres enjeux majeurs, ENGIE prend note d’une attente forte en matière de dialogue avec les parties prenantes, ce qui conforte les plans d’actions mis en place au sein du Groupe.

Enfin, des attentes sont également identifiées concernant des enjeux spécifiques à certaines parties prenantes ou plus prospectifs comme la gestion de l’eau, la gestion des déchets, la protection des données personnelles, entre autres. Il s’agit d’enjeux à suivre pour le Groupe, dont l’importance pour le Groupe ou pour les parties prenantes est susceptible d’évoluer à court et moyen termes.

Cet exercice participe à l’analyse du marché dans lequel ENGIE évolue et qui contribue à sa stratégie. Certains enjeux s’inscrivent ainsi dans les macro-tendances identifiées par le Groupe : l’évolution mondiale vers la transition énergétique est portée par la décarbonisation, la digitalisation et la décentralisation du système énergétique.

L’analyse des résultats a également fait apparaitre des divergences entre les zones géographiques. Les enjeux liés à l’innovation et à la protection des données personnelles sont ainsi jugés plus importants pour les parties prenantes en Europe qu’à l’international. A l’inverse, certains enjeux environnementaux comme la gestion de l’eau ou des déchets apparaissent comme des enjeux majeurs à l’international, où ils sont considérés comme plus importants pour les parties prenantes.

Pour leur grande majorité, les enjeux sont déjà couverts par la stratégie et les politiques d’ENGIE. En ce qui concerne plus particulièrement les enjeux à priorité forte pour les parties prenantes, ENGIE a mis en place des plans d’actions concrets :

  • Adaptabilité du business model : La stratégie d’ENGIE s’appuie sur un business model équilibré et résiliant, résultant du virage amorcé depuis longtemps vers l’international, le gaz naturel liquéfié et une offre diversifiée d’énergie et de services.

     

  • Innovation : L’audace et la prise de risque font partie de la culture d’ENGIE. En 2014, 189 millions d’euros ont été consacrés à la recherche et au développement technologique. Afin de stimuler l’innovation au sein du Groupe et de capter de nouveaux relais de croissance, une entité « Innovation et nouveaux business » a été créée en 2014 ainsi qu’un fonds d’investissement, GDF SUEZ New Ventures, doté de 100 millions d’euros, pour accompagner des startups innovantes dans le domaine de la transition énergétique.

     

  • Pratique des affaires : L’ambition d’ENGIE est d’agir partout et en toutes circonstances dans le respect des lois et des réglementations en vigueur. La politique d’éthique du Groupe fait l’objet d’une procédure/revue de conformité annuelle, dont le rapport est présenté au Comité de Direction Générale et au Comité pour l’Éthique, l’Environnement et le Développement Durable du Conseil d’Administration. En mai 2014, le Groupe a renforcé son dispositif avec l’adoption d’un Référentiel Droits Humains, formalisant ses engagements éthiques en faveur du respect des droits humains et prévoyant la mise en place de processus opérationnels adéquats, en réponse à l’évolution du contexte international.

     

  • Acceptabilité locale : ENGIE vise une création de valeur partagée avec l’ensemble de ses parties prenantes. Cela passe notamment par la création d’emplois directs ou indirects, une large concertation en amont des projets et le développement de partenariats avec la société civile.

 

  • Réputation : La réputation est un actif intangible d’ENGIE fondé sur le respect de ses valeurs, son excellence opérationnelle et sa légitimité d’opérateur. Par ses politiques, son organisation, ses procédures et sa gouvernance, le Groupe met tout en œuvre pour prévenir les risques opérationnels et les attaques en dénigrement qui pourraient affecter sa réputation.

     

  • Santé/sécurité : La politique santé-sécurité d’ENGIE vise à préserver l’intégrité physique des salariés du Groupe et de ses partenaires, tout en améliorant de manière continue la qualité de vie au travail. En 2014, ENGIE a poursuivi la réduction du taux de gravité et du taux de fréquence des accidents, dépassant l’objectif fixé pour 2015 (taux de fréquence inférieur à 4, -45% depuis 2008).

     

  • Sûreté des installations : ENGIE opère ses activités industrielles dans le cadre des réglementations de sécurité et de la mise en œuvre, sur chaque site, d’un système de management de la sécurité. Des audits des installations concernées sont conduits régulièrement et les risques d’accidents industriels figurent dans le programme de contrôle interne du Groupe. Le Groupe a actualisé sa cartographie des risques environnementaux et sanitaires.

     

  • Emissions de gaz à effet de serre : ENGIE développe un mix énergétique diversifié favorisant la croissance des énergies renouvelables et conçoit des solutions d’efficacité énergétique déployées en interne et auprès de ses clients. En 2013, le Groupe s’est fixé l’objectif de réduire de 10% ses émissions de COpar kWh produit entre 2012 et 2020, enregistrant en 2014 une diminution de -7,6% de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2013.

  • Développement des salariés : ENGIE a mis en place une gestion prévisionnelle des emplois et compétences visant à ajuster les recrutements et accompagner les collaborateurs vers les futurs besoins de l’entreprise pour accroître leur employabilité. En 2014, 68,1% de l’effectif du Groupe a été formé – dans toutes les catégories socioprofessionnelles – dépassant l’objectif de 2/3 de salariés formés.

     

  • Recrutement local : en 2014, ENGIE a recruté plus de 17 000 nouveaux collaborateurs dans le monde. Le Groupe s’implique particulièrement dans de nombreuses actions d’intégration et d’accompagnement vers l’emploi des publics fragilisés, notamment parmi les jeunes. Depuis sa création en 2013, 577 000 euros ont été attribués via la Fondation Agir Pour l’Emploi (FAPE) en faveur de 32 projets présentés par des structures d’insertion. Par ailleurs, la collaboration du Groupe avec l’association Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE), présidée par Gérard Mestrallet, se concrétise par exemple par l’implication des collaborateurs au sein de 35 structures locales FACE en France et à l’international.

      

  • Dialogue avec les parties prenantes : ENGIE met en place des dispositifs d’écoute, de concertation et d’échange avec ses parties prenantes, notamment pour évaluer les impacts sociétaux et environnementaux de ses projets et activités. La matrice de matérialité servira de base à l’approfondissement de ce dialogue au niveau du Groupe et des branches. ENGIE a également lancé en 2013 une communauté de pratiques, visant à encourager l’utilisation des outils nécessaires à la prise en compte des dimensions sociétales par les différents métiers et à diffuser les bonnes pratiques.

  • Achats responsables : ENGIE a adopté une stratégie d’achats responsables visant à promouvoir la gestion de l’éthique dans la relation avec ses fournisseurs. Tout accord avec un fournisseur inclut impérativement une clause éthique, responsabilité environnementale et sociétale. ENGIE souhaite également développer, avec les fournisseurs «stratégiques» et «préférentiels», une mesure régulière de leur performance au niveau du Groupe dans une approche d’amélioration continue.

 

Au regard de ces enseignements et des politiques déjà mises en place au sein du Groupe, des plans d’actions seront définis et suivis dans le cadre de l’évaluation de la performance d’ENGIE à court, moyen et long terme. La matrice fera l’objet de revues régulières avec les parties prenantes, afin de l’ajuster aux évolutions des attentes. Elle sera notamment revue dans le cadre de l’instance de concertation qui sera mise en place prochainement.

 

⇑ Retour en haut