menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
06
fév
2018

Le coût des énergies renouvelables continue de baisser

Et si écologie rimait désormais avec économie ? C’est la conclusion d’une étude de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), qui annonce une baisse significative des coûts des énergies renouvelables d’ici à 2020. Une excellente nouvelle, qui pourrait rapidement changer la donne en matière de révolution énergétique.

Selon l’Irena, l’ensemble des technologies renouvelables seront compétitives par rapport aux énergies fossiles d’ici 2020. À cet horizon, ENGIE vise 25 % d’énergies renouvelables dans son portefeuille de production.

Les énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives.

Ecologiques certes, mais chères… les énergies renouvelables ont longtemps souffert du handicap de présenter un coût élevé par rapport à celui des énergies fossiles. Un écart qui s’est traduit jusqu’à aujourd’hui par une réticence de nombreux pays à investir massivement dans les énergies vertes. Mais entre faire des économies et préserver la planète, il ne sera bientôt plus nécessaire de choisir !

Selon l’Irena, « toutes les technologies renouvelables seront compétitives par rapport aux énergies fossiles en 2020 » : il faudra en effet compter entre 30 et 100 dollars le mégawattheure (MWh) pour une énergie renouvelable, contre 50 et 170 dollars le MWh du côté des énergies fossiles.1 Cette baisse des prix s’explique à la fois par les progrès technologiques réalisés et une intensification de la concurrence.

Une évolution dont on perçoit déjà les premiers signes : au Chili, le coût pour le rachat d’électricité à partir d'énergie solaire a atteint 30 euros par MWh en 2016, alors qu’il s’élevait à 700 euros par MWh en 2008. En France, le prix moyen défini dans le secteur de l'électricité photovoltaïque est d'environ 62,50 euros par MWh, soit moins de la moitié du coût de l'électricité produite par de nouveaux projets nucléaires.2

Conséquence : des investissements en hausse

Séduits par cette diminution des coûts, de nombreux acteurs décident de miser davantage sur le renouvelable. En 2017, 333,5 milliards d’euros ont ainsi été injectés dans les énergies vertes au niveau mondial, représentant une hausse de 3 % par rapport à 2016. Le solaire remporte la majorité des suffrages, avec 160,8 milliards de dollars d’investissements en 2017, soit 18 % de plus qu’en 2016.3

Cette forte croissance est notamment portée par les pays émergents, qui ont attiré la majorité des investissements dans les énergies renouvelables en 2015. La Chine notamment fait figure de champion, avec un total de 132,6 milliards de dollars d’investissements en 2016, dont 86,5 milliards dans le solaire.

Une étape décisive vers un monde décarboné

La baisse des prix des énergies renouvelables devrait permettre de livrer une bataille décisive aux émissions de gaz à effet de serre et de donner un formidable coup d’accélérateur à une révolution énergétique déjà bien engagée.

Partout dans le monde, des acteurs s’engagent en effet pour accompagner la transition vers un monde plus durable. Acteur-clé de ces mutations, le Groupe ENGIE fait de la transition énergétique une priorité à l’échelle mondiale et vise une part de 25 % d’énergies renouvelables dans son portefeuille de production d’ici 2020.

La compétitivité accrue des énergies renouvelables renforcera la portée de ces initiatives et aidera à atteindre les objectifs fixés.


1 Source : LesEchos.fr.
2 Source : « Qui peut arrêter la lutte contre le changement climatique et la révolution énergétique ? », tribune d’Isabelle Kocher.
3 Source : Bloomberg New Energy Finance.

Retour liste