menu
Menu
Corporate
profils
 
Retour liste
27
oct
2017

Énergies renouvelables : l’AIE revoit ses prévisions à la hausse

Deux tiers des nouvelles capacités électriques mondiales proviennent désormais des énergies renouvelables, notamment grâce au développement du solaire : c’est ce que révèle une nouvelle étude de l’Agence internationale de l’énergie (AIE)*. Avec 20 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, ENGIE vise 25 % de renouvelables dans son portefeuille de production d’ici 2020.

Deux pays sont particulièrement moteurs de la progression des énergies renouvelables : la Chine d’abord, à qui l’on doit 40 % de nouvelles capacités installées, suivie des États-Unis.

  • Des installations solaires domestiques (Solar Home System) peuvent fournir en électricité des populations non raccordées aux réseaux électriques.

Les énergies renouvelables montent en flèche

L’année 2016 a été une année record pour les énergies renouvelables. Pas moins de 165 gigawatts (GW) ont été mis en service l’an dernier (solaire et éolien en tête, à 80 %). Cela représente une augmentation de 6 % par rapport à 2015. Et ce n’est qu’un début : l'AIE a revu ses prévisions à la hausse, anticipant une croissance à hauteur de 43 % d’ici 2022. La place des énergies renouvelables dans le mix électrique mondial passerait ainsi de 26 à 29 % sur la même période.

Si l’AIE prévoit que le charbon reste la principale source d’électricité dans le monde en 2022, les énergies renouvelables devraient petit à petit rattraper leur retard : l’agence s’attend ainsi à ce que la génération d’électricité renouvelable croisse deux fois plus rapidement que celle du charbon ou du gaz naturel, si bien que l’écart se réduirait de moitié d’ici cinq ans.

Une croissance portée par l’énergie solaire

Le solaire photovoltaïque entre dans une nouvelle ère, observe l’AIE. Sa capacité mondiale a augmenté de près de 50 % en 2016. Pour la première fois, la croissance de cette source d’énergie dépasse celle de toutes les autres, notamment celle du charbon (74 GW contre 57 GW). Et cette croissance devrait perdurer à horizon 2022, selon l’AIE.

Un développement que l’on doit notamment à la baisse constante du coût des technologies solaires et au dynamisme du marché chinois, porté par une politique volontariste – la Chine a ainsi déjà dépassé l’objectif qu’elle avait fixé à 2020 pour le solaire.

ENGIE mise sur les énergies renouvelables…

ENGIE a fait de la décarbonisation l’une de ses priorités stratégiques. 750 : c’est le nombre de centrales exploitées par ENGIE qui recourent aux sources d’énergies les moins émettrices de CO2 (hydroélectricité, éolien, solaire, géothermie, biomasse, biogaz ou encore énergies marines). En 2016, l’électricité et la chaleur ainsi produites par le Groupe auraient permis de couvrir la consommation annuelle totale du Canada.

… en particulier sur le solaire

ENGIE est un acteur-clé du développement de la filière solaire à l’échelle internationale : par exemple en Chine – avec un investissement dans le capital d’UNISUN à hauteur de 30 % en avril dernier – mais aussi en Inde, au Chili, au Mexique ou en Europe.

Énergie décarbonée mais aussi énergie décentralisée : ENGIE œuvre à rapprocher autant que possible la production des points de consommation. Cela se traduit notamment par le développement de micro-réseaux locaux fonctionnant à l’énergie renouvelable. En Tanzanie, un mini-réseau de panneaux solaires approvisionne le village de Ketumbeine en électricité.

Le Groupe s’est par ailleurs associé tout récemment à l’entreprise Fenix, spécialisée dans les installations solaires domestiques en Afrique. Leur objectif commun est de permettre l’accès à l’énergie à des clients qui ne sont pas fournis en électricité par le réseau. Pour cela, le financement d’installations solaires domestiques leur est facilité (location avec option d’achat).

Selon l’AIE, les installations non raccordées au réseau devraient atteindre environ 3 GW en 2022 et ainsi fournir une énergie « verte » à 70 millions de personnes de plus.

* Source : Rapport « Renewables 2017 », Agence internationale de l’énergie, octobre 2017.

Retour liste