RSE

ENGIE x Act4Nature : accélérer la préservation de la biodiversité

Par NB6141@engie.com - 05 mai 2021 - 09:07

Avec Act4nature international, ENGIE s’engage aujourd’hui à renforcer ses objectifs RSE en faveur du climat et de la biodiversité. Hervé Casterman, Directeur Environnement d'ENGIE, revient sur ces engagements et leurs implications pour la politique RSE du Groupe, et les résultats attendus.

 

Hervé Castermann

Hervé Casterman, Directeur Environnement d’ENGIE 

 

 

ENGIE est engagé dans l’initiative Act4nature depuis 2018. En quoi cette nouvelle étape d’engagement consiste-t-elle ?

Hervé Casterman : Notre action pour la biodiversité est plus ancienne encore, puisqu’ENGIE s’est mobilisé sur le sujet depuis 2009 ; avec l’élaboration de lignes directrices puis un premier engagement dans la Stratégie Nationale pour la Biodiversité en 2011. En 2018, forts de cette expérience, nous faisions en effet partie des 65 entreprises signataires d’Act4nature, une initiative d’Entreprises pour l’Environnement. Nous avons dès lors souscrit aux 10 engagements communs du programme complétés par des engagements individuels avec des objectifs datés et mesurables, et dont un bilan a été établi en 2020. Aujourd’hui, nous allons plus loin avec un double engagement du Groupe dans Act4nature international (EpE) et Entreprises Engagées pour la Nature-Act4nature France (Ministère de la Transition Ecologique). Les deux initiatives partagent les mêmes dix engagements communs et chacune invite les entreprises signataires à leur adjoindre des engagements individuels. Cette nouvelle étape permet à ENGIE d’élargir son engagement en définissant une nouvelle feuille de route 2020-2030 dont les objectifs s’appliquent à l’ensemble des activités du Groupe en France et à l’international, avec des points d’étape en 2025.

 

« À travers cette nouvelle étape, ENGIE élargit son engagement en définissant une nouvelle feuille de route 2020-2030 dont les objectifs s’appliquent à l’ensemble des activités du Groupe en France et à l’international, avec des points d’étape en 2025. »

 

Quels peuvent être les impacts de nos activités sur la biodiversité ?

HC : Nos activités sont en interaction constante avec les écosystèmes naturels, notamment dans le cadre du développement des énergies renouvelables. Nous bénéficions également des services rendus par la nature et devons la préserver pour que tous puissent continuer à en bénéficier. Ainsi, aux Etats-Unis, la végétalisation fait partie intégrante des parcs solaires au sol, fournissant un écosystème propice aux pollinisateurs, aux oiseaux et à la vie sauvage, tout en prévenant l’érosion des sols. Dans cette interaction permanente, l’activité de nos sites industriels est susceptible de modifier les écosystèmes. Par exemple, l’emprise au sol de nos installations peut entraîner des ruptures des continuités écologiques. Autres impacts potentiels, certaines de nos activités sont émettrices de gaz à effet de serre, et de polluants atmosphériques. Ce sont des impacts que nous mesurons, et que nous devons d’abord éviter, puis réduire voire compenser en veillant à respecter cette séquence. Par exemple, sur nos réseaux hydroélectriques en France, nous préservons la continuité écologique des cours d’eau en facilitant notamment la circulation des poissons : passes à poissons, rampes à anguilles et même le premier ascenseur à poisson de France !

En quoi les dix engagements qui sont au cœur des initiatives Act4nature sont-ils des accélérateurs pour la politique RSE du Groupe ?

HC : Ces engagements sont d’abord une des nombreuses concrétisations de notre nouvelle raison d’être. Ils nous mettent sur la voie d’une gestion environnementale plus vertueuse de nos sites, avec la mise en place d’une gestion intégrée des enjeux environnementaux des sites. Concrètement, en matière de biodiversité, cela signifie à minima que nous n’utilisons pas de produit phytosanitaire chimique, que nous identifions les aires protégées1 à proximité des sites et que nous définissons des actions en concertation avec les parties prenantes pour réduire au maximum les impacts, voire lorsque c’est possible, les transformer en impacts positifs. Cela signifie également que nous nous engageons à appliquer la séquence « éviter, réduire, compenser » partout dans le monde. Ces engagements sont aussi un accélérateur de la politique RSE du Groupe car la biodiversité est un thème mobilisateur pour l’ensemble des salariés. Ce dispositif de gestion intégrée et concertée de l’environnement et plus particulièrement les actions de préservation de la biodiversité, facilitent le dialogue avec les parties prenantes locales et, au final, contribue à ancrer plus harmonieusement nos activités au sein de leurs territoires. 

 

 

Schema engagements FR

 

 

Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les solutions fondées sur la nature ?

HC : Ce sont les actions qui s’appuient sur les services rendus par la nature. Elles permettent à la fois de restaurer la biodiversité et de répondre aux grands défis sociétaux tel que l’adaption aux impacts du changement climatique. Des écosystèmes sains, résilients, fonctionnels et diversifiés fournissent en effet de nombreux services et permettent donc le développement de solutions au bénéfice de nos sociétés et de la biodiversité, dans le cadre des changements globaux. Ces solutions fondées sur la nature sont cadrées par le standard développé par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

 

1. Les aires protégées considérées actuellement sont les zones Natura 2000, les zones Ramsar, les sites Unesco (naturels et mixtes), les catégories UICN I à IV. A ces catégories seront ajoutées, dès 2021, les catégories UICN V et VI, ainsi que les zones importantes pour les oiseaux et les zones clés pour la biodiversité