GREEN IT

Sobriété numérique, notre stratégie digitale plus durable

Par ENGIE - 23 septembre 2020 - 15:30

C’est inscrit dans notre raison d’être : nous avons placé la transition vers une économie neutre en carbone au cœur de notre stratégie. Cette ambition ruisselle évidemment sur toutes les composantes de l’entreprise, à commencer par nos infrastructures et usages digitaux. En un mot, nous nous inscrivons pleinement dans une démarche de Green IT. Notre stratégie digitale ouvre ainsi la voie à une consommation numérique plus durable.

 

La sobriété numérique, un enjeu mondial 

La consommation d’électricité de l’ensemble des infrastructures et usages digitaux représente aujourd’hui près de 10% de la consommation mondiale[1] ! C’est-à-dire que le digital mondial consomme cinq fois plus de ressources naturelles que la totalité du parc automobile français. Un chiffre qui n’est pas près de diminuer…

 

En effet, le volume de données échangées et stockées ne cesse de s’accroître, notre quotidien dépend de manière grandissante d’objets électroniques… nous consommons du digital partout et tout le temps. Ainsi dans le monde, plus de 4 milliards de personnes passeraient près de 5h sur Internet tous les jours ! L’enjeu de la sobriété numérique est donc indéniablement crucial.

 

Débrancher les chargeurs non utilisés, se désabonner de newsletters qu’on ne lit pas, rationaliser son usage des emails… les écogestes sont connus et les consciences s’éveillent en faveur d’une consommation numérique plus responsable, plus durable. Le Green IT devient une nécessité. 

 

Et révolution énergétique et révolution digitale ne vont pas l’une sans l’autre ! La révolution digitale a besoin des solutions techniques de la révolution énergétique pour être durable écologiquement sur le long terme. La révolution énergétique, quant à elle, a besoin du digital pour se développer, se rendre accessible et rester agile. C’est ce qui guide notre raison d’être, l’ambition collective que nous portons chez ENGIE.

 

Ainsi, ENGIE veut à la fois diminuer sa propre consommation liée au numérique et sensibiliser à la nécessité de réduire son empreinte digitale.
 

Aux côtés nos clients, faire de la sobriété numérique un engagement durable

Depuis sa création, ENGIE s’est donné pour mission d’accélérer la transition vers un monde neutre en carbone. Une ambition d’abord visible à travers les offres proposées à nos clients.

 

En effet, nous travaillons à améliorer la performance énergétique des data centers de nos clients, dont la consommation électrique pourrait atteindre 11% de la consommation mondiale en 2030.

 

Par exemple, aux Pays-Bas, où ENGIE a conçu et construit pour Interxion, l’un des plus gros fournisseurs européens de services de data centers de colocation, un data center particulièrement innovant. Outre la fourniture d’une énergie 100% renouvelable, ENGIE a mis au point un système de refroidissement remarquable, dit ATES (refroidissement par transfert de nappe aquifère).

 

Au Royaume-Uni, Merlin, le nouveau data center de Capgemini situé à Swindon, a été conçu avec l’aide d’ENGIE. Merlin est l’un des data centers les plus vertueux au niveau environnemental et éco-efficaces au monde. Il économise le rejet de 3 950 tonnes de CO2 par an avec sa capacité actuelle par rapport à une conception classique. Si tous les data centers britanniques étaient aussi efficaces, la réduction des émissions de CO2 atteindrait l’équivalent de l'ensemble des émissions liées transport du pays. En outre, plus de 90 % des constituants de Merlin sont réutilisables et recyclables. 

 

Avec tous nos clients, nous mettons en place des contrats de long terme visant à associer de façon directe une capacité de production renouvelable (solaire, éolien, hydraulique) et leurs data centers. 

 

ENGIE entend aussi accompagner les géants du digital dans leur transition vers la sobriété numérique. Comment ? En leur fournissant de l’électricité verte. Ainsi, en septembre 2019, Microsoft et ENGIE ont annoncé la signature d'un contrat d'achat d'électricité solaire et éolienne de 230 MW d’électricité verte produite par ENGIE au Texas, portant la capacité d’énergie renouvelable de Microsoft à plus de 1 900 MW. Ce contrat prévoit également la mise en œuvre de Darwin, la plateforme digitale de gestion des données développée par ENGIE à l’aide du cloud intelligent Microsoft Azure, permettant d’optimiser la performance des parcs éoliens, solaires et hybrides d'ENGIE dans le monde.


ENGIE transforme ses infrastructures dans une démarche de GreenIT 

Ce que nous faisons chez nos clients, nous l’appliquons à nos propres infrastructures. Les équipes ENGIE travaillent en effet depuis plus de 3 ans à réduire l’empreinte environnementale des datacenters du Groupe à travers 3 actions majeures : 

 

  • la mutualisation et consolidation des équipements informatiques en datacenter pour une réduction de l’utilisation des ressources primaires d’hébergement,
  • l’allongement du cycle de vie des serveurs pour augmenter l’amortissement et diminuer le carbone émis lors de la production et du recyclage des équipements, 
  • le renvoi dans le cloud d’un certain nombre d’applicatifs pour bénéficier des meilleurs PCU (plateformes de connaissances unifiées) et DCEM (data center energy management) des opérateurs de datacenter. 

 

Les résultats ? 

  • consommation électrique : -10 000 MWh/an 
  • infrastructures : -5 000 m² de data centers
  • déchets électroniques : -10 tonnes/an
  • émissions de CO2 liés à nos serveurs : -1 450 tonnes/an

 

Pilier de notre stratégie digitale, nous travaillons également à l’allongement de la durée de vie de nos équipements. Comment ? En supprimant le renouvellement automatique des équipements et en préférant une seconde vie à la destruction des équipements. Et les résultats sont spectaculaires ! Nous avons ainsi réduit de près de 30 % la consommation d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre liées à l’utilisation de notre parc.

 

Une stratégie de communication digitale tournée vers la sobriété numérique

Nos actions de communication doivent elles-aussi démontrer cet engagement. C’est tout l’enjeu de notre campagne #GreenerDigital, une illustration concrète de notre stratégie digitale.

 

#GreenerDigital, c’est un mouvement, fruit d’une réflexion collective qui met en place les premiers jalons de notre transition vers un numérique plus sobre. L’objectif ? Sensibiliser et inciter entreprises, partenaires et collaborateurs à adopter les bons comportements pour agir.

 

« La philosophie de ce programme est de permettre à chacun de pouvoir avoir un impact sur son comportement. Sans pour autant prôner une décroissance numérique, l’enjeu est  de mettre en lumière des actions individuelles qui peuvent avoir un impact au niveau collectif », explique Julien Marcaut, VP Digital Communication.

 

Plus qu’une campagne de communication et de sensibilisation, notre stratégie de communication digitale durable, c’est :

 

  • un site internet éco-conçu (c’est quoi ?)
  • une politique d’achat média responsable
  • des contenus pour les réseaux sociaux rationalisés et optimisés 
  • des audiences internes et externes sensibilisés aux écogestes
  • le passage au dark-mode

  
Un chiffre : 120. C’est le nombre moyen de mails que reçoit un collaborateur tous les jours. Chez ENGIE, nous avons mis en place un guide de bonnes pratiques pour limiter le surplus de mails. Avec l’aide de Yammer, notre réseau social d’entreprise, et de Teams, nos collaborateurs peuvent échanger et travailler de manière plus collaborative, sans multiplier les envois de mails. 

FOCUS : Un site Internet éco-conçu c’est quoi ?

Paragraph content

L'éco-conception web consiste à bâtir des sites Internet en obtenant le meilleur compromis entre performance et un impact minimal sur l'environnement.

 

En effet, un site web sollicite des ressources : consommation d'électricité par le serveur, affichage sur un navigateur, fabrication d'appareils et de terminaux, etc. Selon l'étude Web Energy Archive, soutenue par l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), les 100 premiers sites français consomment autant que 3077 foyers soit 8,3 Gwh par an.

 

Eco-concevoir son site Internet dans une démarche de Green IT, c’est :

 

  •  Privilégier des serveurs d’hébergement alimentés en électricité verte.
  • A défaut d’avoir des solutions 100% vertes, se fournir chez des partenaires qui compensent l’empreinte carbone.
  • Certaines technologies récentes comme le « lazy load » permettent d’optimiser la consommation énergétique des serveurs en n’affichant que le nécessaire à l’écran.
  • Envisager une gestion intelligente du contenu : compression des médias, archivage régulier...
  • Utiliser le « dark mode », économisant de la batterie des terminaux et la consommation des écrans.
  • Privilégier l’efficacité et sobriété du design, éviter les animations et autres boucles vidéo n’enrichissant pas l’expérience ni le parcours utilisateur.

 

Le résultat ? Le site génère moins de consommation d’énergie sur toute sa chaine de valeur : de son exploitation à son utilisation. Optimiser et rationaliser le contenu permet de diminuer significativement les requêtes aux serveurs qui l’hébergent. La maintenance du site est facilitée. Pour l’utilisateur, c’est un contenu affiché plus rapidement, des devices moins sollicitées, globalement une expérience optimale. En un mot ? Un site Internet plus durable.

Si toutes ces démarches suscitent l’optimisme, il reste encore beaucoup à faire en matière de sobriété numérique. C’est donc avec humilité et dans un esprit de co-construction qu’ENGIE s’engage dans cette démarche. Aucun des acteurs de l’énergie ou du digital ne dispose de toutes les solutions et c’est ensemble que nous pourrons innover et parler de Green IT non plus comme une ambition, mais comme une réalité.


1. Numérique : le grand gâchis énergétique. CNRS, le journal
2. Futura sciences, Quel est l’empreinte carbone d’un e-mail ?
3. Rapport parlementaire de Cédric Villani, AI for Humanity
4. Tests Google / Presse-citron.net